Accueil > Patrimoine > Le chemin des mots : les rois mages, la diète et le calendrier

Le chemin des mots : les rois mages, la diète et le calendrier

Tout au long de notre vie, nous apprenons et utilisons des mots sans parfois connaitre leur parcours, fruit de la lente évolution d’une racine parfois très ancienne. Nous vous proposons une chronique bimensuelle sur l’origine de mots ou d’expressions françaises : plongeons aujourd’hui dans ceux que l’on appelle les Rois Mages, puis dans l’origine des mots diète et calendrier.

chemin-des-mots-symbole-origine-rois-mages-diete-calendrier

Sur le chemin des mots, il en est un que nous n’avions plus l’habitude d’entendre, et pourtant… Partons à la découverte de ceux que l’on appelle les Rois Mages ainsi que de l’origine des mots diète et calendrier.

Parlons vocabulaire. Le vocabulaire du français s’est enrichi de mots d’origine étrangère. Une grande partie du vocabulaire français a pour origine le latin (80 % des mots !), le francique, le grec (pour les mots savants) et quelques mots d’origine gauloise, mais la langue française utilise fréquemment des mots qui ont une autre origine. Dans ces temps de Covid 19, avec des frontières plus ou moins fermées, des peurs plus ou moins avérées, il nous a paru intéressant de mêler nos pays en prenant des mots, des expressions qui nous lient, par leur origine, à la langue de nos amis de la péninsule italienne, histoire de se sentir plus proches….

Fouiller les mots pour en saisir le sens et s’enrichir de son sens, depuis son origine jusqu’à son usage actuel. Les comprendre, pour mieux comprendre ces mots qui sont part entière de notre patrimoine culturel français.

« La liberté commence là ou l’ignorance finit » Victor Hugo

Les « Rois » Mages

Albrecht_Altdorfer_The_Adoration_of_the_Magi_Stadel

Adoration des Mages par Altdorfer, huile sur tilleul, vers 1530, musée Städel

Mage, du latin magus (« magicien », « sorcier », « prêtre » chez les Perses), emprunté au grec ancien μάγος, mágos. Du latin major (« plus grand »). La visite des mages est célébrée le jour de l’Épiphanie, le 6 janvier, avec les deux « mystères lumineux » du baptême dans le Jourdain et des noces de Cana. C’est le jour où, chez nous, on tire les rois.

Mais les mages sont-ils magiciens ?

La réponse est non. Les magiciens sont en fait ceux qui ont des pouvoirs magiques (réels ou présumés) et pratiquent les arts magiques, presque toujours… des imposteurs. Les mages étaient d’anciens prêtres persans, admirés pour leur sagesse. Les plus célèbres étaient sans aucun doute les Trois Rois mages, sur lesquels planent tant de mystères. Le nombre de Trois n’est pas sûr, mais il a été déduit des trois dons : l’or, l’encens et la myrrhe (une résine alors utilisée pour l’embaumement). Dans la tradition catholique trois est un nombre fortement symbolique, en référence à la Trinité.

Des experts en astronomie auraient suivi la comète et, partant de différents endroits, se seraient rencontrés à la fin du voyage. Leurs noms (Gaspar, Balthazar et Melchior) ont été attribués plusieurs siècles après la naissance de Jésus et tous les savants ne sont pas d’accord. S’ils ont existé, ils n’étaient probablement même pas rois. La référence dans l’Évangile de Matthieu (le seul qui en parle) est très pauvre et les renseignements que nous avons appartiennent avant tout à la tradition orale qui, à partir de certaines données, a élaboré une… belle histoire.

Inutile de rappeler l’importance du culte des reliques dans les premiers temps du christianisme et au Moyen-Âge. On était prêt à tout pour posséder des reliques, par dévotion d’abord, mais aussi pour le prestige politique et la prospérité économique qu’elles suscitaient, grâce aux pèlerinages. Les « reliques » des mages sont conservées et vénérées en Italie dans la chapelle des mages de Brugherio et dans l’église de Sant’Eustorgio à Milan, d’où elles ont été volées et amenées en Allemagne dans la cathédrale de Cologne à l’époque de Frederick Barbarossa puis partiellement restituées.

Après les fêtes… La Diète !

luther diete de worms 1521 anton von werner 1877

Luther à la Diète de Worms en 1521, peinture historique d’Anton von Werner (1877).

Impopulaire, difficile, mais nécessaire

Diète dérive du grec Daita et du latin Diaeta (ae se lit e) qui signifie habitude, mode de vie et de comportement. Le régime alimentaire, déjà dans les temps anciens, réglementait plusieurs aspects de la vie quotidienne : la nutrition, mais aussi l’exercice physique et en même les temps de repos et la manière d’y accéder. En fait, Diète ne signifie pas seulement une « cure minceur temporaire », mais un mode de vie à respecter soigneusement. Les régimes momentanés, souvent annoncés à des fins commerciales, ne fonctionnent pas. Ce sont les bonnes habitudes qui peuvent réussir.

Il faut donc revenir à l’ancien sens originel du terme Diète : une façon de prendre soin de soi et de répondre aux besoins du corps, mais aussi aux aspects psychologiques par la satisfaction des sens et le respect des rythmes de la vie quotidienne.

Historiquement, cependant, le terme Diète a également été utilisé comme synonyme d’Assemblée – Parlement, en particulier à l’époque du Saint Empire romain. Le plus célèbre était le DIET OF WORMS (1521). Dans ce cas, cependant, l’étymologie est différente car le mot Diète destiné à Assemblée – Parlement dérive de la contraction de l’expression latine DIE (S-DIC) TA pour indiquer le jour fixé pour la réunion. Il y a donc Diète et Diète mais mettre à la Diète un Parlement n’est pas facile !!!

Des calendes grecques… à notre calendrier

calendrierIl y a peu, nous avons inauguré avec 2021 le nouveau Calendrier, peut-être sans imaginer que ce mot dérive aussi du latin. Pour les anciens Romains, en effet, le premier jour de chaque mois s’appelait Calende, celui de la nouvelle lune quand le calendrier suivait un cycle lunaire (années de Romulus et de Numa Pompilius). Par exemple, le 1er janvier s’appelait les Calendes de janvier. D’où dérive le terme actuel, Calendrier, utilisé pour indiquer la subdivision du temps en mois, semaines, jours.

À l’origine, cependant, le Calendarium était un registre où étaient enregistrés les impôts, les paiements, les entrées et les sorties. Ce nom était lui-même dérivé du fait que la date fixée pour ces opérations était les Calendes, chaque premier de mois. Lorsque l’empereur Auguste n’avait pas l’intention de faire un paiement, il disait à ses fonctionnaires de le renvoyer aux Calendes grecques car les Grecs continuaient à utiliser leur méthode de comptage du temps, sans calende !

L’expression « Renvoyer aux calendes grecques » a été transmise au fil du temps avec le sens de reporter quelque chose à une date qui n’existe pas, c’est-à-dire : Jamais. Il y a plusieurs anecdotes à ce sujet. Il semble que la reine Elizabeth I d’Angleterre (XVIe siècle) ait répondu au roi Philippe II d’Espagne qui lui avait adressé des demandes assez coûteuses :

« Cher Roi, nous exécuterons certainement toutes vos commandes aux calendes grecques! »…

L’humour anglais, sans-doute ?

Photo à la Une : Les Trois Rois Mages vers Bethlehem

Les tags

Langue
Date : 30 janvier 2021

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus