Women in Business
Accueil > Bien-être > Psycoaching > Où se trouve la troisième voie ? Impasse, mais passe donc ! par notre coach Jill Székely

Où se trouve la troisième voie ? Impasse, mais passe donc ! par notre coach Jill Székely


Vous est-il déjà arrivé de vous trouver dans une impasse ? Face à un mur, devant un précipice, bloqué à la croisée de deux chemins sans savoir lequel prendre ? Que se passe-t-il ? On s’arrête. C’est le blocage. L’arrêt sur image. Plus rien ne bouge. Figé.

 

Et là, on se désespère, et on laisse passer le train. On regarde les autres s’enrichir, s’épanouir, grandir. Et moi, je suis toujours planté là.

 

Tel l’âne de Buridan qui se trouve face à un seau d’eau et un seau d’avoine. Il a très soif et il a très faim. Par quoi commencer ? Il se dit qu’il va boire d’abord, mais comme il a très faim il renonce et se dirige vers le seau d’avoine. Arrivé devant, il se dit qu’il a en fait très soif, même plus soif que faim peut-être, alors il se retourne vers le seau d’eau. Et devant le seau d’eau, il hésite, et finalement, retourne à l’avoine. Vous devinez la suite ? Ce pauvre âne meurt de faim et de soif, devant ses deux seaux pleins.

 

Quand vous avez un choix, un choix entre deux options, vous devez en choisir une et renoncer à l’autre. Renoncer est un deuil. Même petit ou insignifiant, c’est un deuil. Cela signifie que ce deuil fait écho aux autres deuils que vous avez vécus. Surtout aux grands deuils, quand vous avez souffert, profondément, voire longtemps.

Renoncer est une étape difficile. Et choisir c’est renoncer.

 

D’autre part, vos voix intérieures se bagarrent, l’une veut la première option et l’autre veut la seconde.

En n’identifiant pas « qui parle » dans ce dialogue, vous pouvez punir les deux ou penser avoir la paix en ne prenant aucune option. Vous pouvez aussi donner le gain de la dispute à une voix ou à l’autre, ce qui vous culpabilise forcément d’un côté, étant donné que ces deux voix sont bien vous-même.

Vous pouvez aussi donner raison à votre résistance au changement : « c’est trop dur, je n’ai pas l’argent, je n’y arriverai jamais alors à quoi bon perdre du temps, c’est pas ma faute, je m’en fiche, c’est à l’autre de commencer et après je ferai » etc. etc.

Mais si vous vous voyez comme le personnage le plus héroïque de votre vie, la personne qui mérite de vivre sa vie comme un conte de fées, de surmonter les obstacles, sauter les fossés et prendre un chemin, qui quand bien même ne serait pas parfait permettrait d’avancer, alors vous allez apprécier ce conseil.

Souvenez-vous notre bon De Funès, dans un film qu’on n’oserait pas imaginer aujourd’hui quand il s’exclame, alors qu’il presse Salomon, son chauffeur de doubler, « Mais que fait-il dans la troisième voie ? »

La troisième voie. Voilà la solution.

Quand vous vous trouver devant un choix, une alternative à deux options du style « je fais ou je ne fais pas », « je choisis le plan A ou le plan B », posez-vous et cherchez une troisième option. Une troisième voie.

 

La troisième voie peut être une option de même type que l’option A ou l’option B, comme une option C ou K ou T. Elle peut aussi être une option qui englobe les deux options, une option méta. Comme par exemple « je continue à travailler dans ce poste ou je me mets à mon compte » ? Qui peut devenir « je continue à travailler dans mon poste et demande une réduction de mon temps de travail et je commence mon activité indépendante ». Ou bien « je quitte cet homme ou je reste avec lui » qui peut produire la troisième option de « je vais lui dire que j’hésite entre rester et le quitter ». Cela vous donne trois options. Et du coup, le choix est plus aisé.

 

Ce qui est fascinant dans la troisième voie c’est que bien souvent, vous le constaterez par vous-même, vous choisirez finalement l’option A ou l’option B. Cette troisième option vous sert de révélateur, de consolidateur, de soutien à la décision.

 

Votre chemin vous attend. A mon âne de Buridan j’aurais proposé de vider le seau d’avoine dans le seau d’eau. Il aurait sans doute rétorqué que l’eau aurait débordé et se serait répandue sur le sol. Je pense du coup qu’il aurait commencé à boire afin de ne pas gaspiller la précieuse eau.

Et vous ? Que lui auriez-vous dit ?

 

Jill Székely – Coach
WiB-Swiss Winners in Business

Date : 5 septembre 2016
W!B-Women coaching

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus