Franz-Olivier Giesbert – Michel Onfray au Théâtre Toursky : Le Débat

14 novembre 2017

Une rencontre peu avant leur montée sur la Scène du Théâtre Toursky à Marseille. Deux acteurs du débat: Franz-Olivier Giesbert et Michel Onfray. Peut-on encore débattre en France ?
L’un directeur éditorial du journal La Provence, l’autre philosophe, c’est avant tout deux hommes passionnés, liés tous deux par une grande amitié, qui savent s’écouter au delà de leurs idées qui parfois les opposent.

Franz-Olivier Giesbert et Michel Onfray nous ont accordé quelques instants avant la conférence, l’envers d’un décor d’une conversation.

Salle comble au Théâtre Toursky à guichets fermés, durant près de deux heures, le public a assisté ce 4 novembre dernier, à une conférence sur le débat, animée par deux hommes passionnés de la question, qui partagent les mêmes valeurs, réunis par la liberté, l’écoute et le respect, valeurs essentielles au débat.

Attaché à la ville de Marseille, passionné par la “Culture d’auteurs” et défenseur des lieux qui la propage, l’éditorialiste a été sensibilisé par le Théâtre Toursky, lieu de respect et de liberté sur la création d’auteurs, pour inviter le public à une conversation sur le débat.

Michel Onfray fait alors le constat sur l’évolution de la possibilité de débattre encore en France.
Avec une certaine liberté avant la Révolution Française, le débat aujourd’hui devient plus complexe dans une Société surveillée par l’anonymat d’internet où l’insulte devient réflexe en réponse à une idée d’opposition.

Le philosophe dénonce par ailleurs “les médias d’aujourd’hui sont possédés par des gens qui ont de l’argent, donc il faut qu’il y ait de l’audience, il faut de l’audience, pas de l’intelligence, pas de débat, pas de la réflexion, il y a du grabuge, il faut que ça saigne, il faut que ça s’agresse, donc effectivement il y a plein de choses qui expliquent que le débat n’est plus possible, n’est plus pensable.”

Quant à Franz-Olivier Giesbert, ancien directeur du Nouvel Observateur, du Figaro et du Point, il dénonce “une presse française devenue rigide où il n’y a plus d’espace d’écoute.” regrettant que l’antenne soit fermée à une certaine “liste noire” d’interlocuteurs.

Pour suivre la programmation du Théâtre TourskyThéâtre Toursky