Le Chocotourisme, un nouveau concept de loisirs et de voyages des îles à L’Isle …

7 août 2017

Venant d’apprendre que les premiers lauriers du chocotourisme allaient être décernés à l‘Isle-sur-la-Sorgue début juin 2017, nous avons décidé d’en savoir plus sur ce concept novateur en matière de tourisme.

Le Chocotourisme, l’histoire

Le Chocotourisme est une nouvelle idée de voyages créée en 2012 par l‘AFITV (Alliance Francophone Internationale du tourisme et des Voyages) avec pour vocation de faire découvrir une région grâce aux activités liées au cacao et au chocolat.
Depuis maintenant plus de deux ans, et avec un réel succès, les Offices de Tourisme de l’Isle-sur-la-Sorgue et du Lavandou développent cette nouvelle approche touristique à la rencontre des maîtres chocolatiers locaux pour le plus grand plaisir gustatif des gourmets et des vacanciers.
Aussi, notre souhait a été de remonter aux sources mêmes de cette volonté culturelle en allant dans cet esprit à la rencontre d’une région française d’Outre-Mer productrice de cacao, la Guadeloupe.
Ce reportage vous est présenté en trois étapes comme si vous faisiez vous même la découverte en temps réel de ce circuit sur les routes paradisiaques des Antilles françaises.

L’or des Aztèques, l’histoire…

Lors de la découverte du nouveau continent, Christophe Colomb reçoit comme présent des fèves de cacao, mais il n’en comprend pas la signification. Il faudra attendre encore vingt ans pour que Cortès n’en saisisse toute l’importance lors d’une rencontre avec l’Empereur Moctezuma. En effet, les Aztèques se servent de la cabosse des cacaoyers comme monnaie d’échange, ils en tirent également une boisson, le xocoalt, à l’origine du nom chocolat.
Pour les aztèques, le cacao est associé aux cérémonies, en particulier pour la naissance, la mort et les cérémonies d’initiation. Ils s’en servent également comme produit médicinal pour combattre différentes infections, comme le décrit au 16ème siècle José de Acosta ; « Bonne pour l’estomac et contre les inflammations catarrhales ». Ainsi, la cabosse représente dans l’Amérique précolombienne un élément majeur social, économique et religieux.

Aux Antilles Françaises, d’après le Père Labat, c’est vers 1600 que l’on commence à le cultiver en Martinique puis plus tardivement en Guadeloupe.
Du 18ème siècle au début du 20ème siècle, cette culture y est prospère. De nos jours, face à la concurrence internationale et les difficultés d’exploitation, la production du cacao ne cesse de décroître. Cependant, des initiatives locales s’attachent à faire revivre ce patrimoine économique et culturel. Ces initiatives sont la base même du développement du chocotourisme et permettent, n’en doutons pas, de créer un circuit original de découverte de la Guadeloupe grâce aux cacaoyers et ses multiples dérivés tout en ayant un regard attentif aux patrimoines culturels et naturels majeurs de l’île.

Reportage en Guadeloupe mars 2017 de Béatrice et Jacques Gernez – La suite, très bientôt…

www.afitv.org
www.oti-delasorgue.fr
www.ot-lelavandou.fr
www.lesilesdeguadeloupe.com