Accueil > Société > Auteurs > Mathurin Méheut, cet artiste peintre méconnu, pourtant si célèbre

Mathurin Méheut, cet artiste peintre méconnu, pourtant si célèbre

« Ouvrez vos fenêtres et vous verrez comme le monde est merveilleux ».
Éclairage enrichi de l’artiste peintre et illustrateur breton Mathurin Méheut : un « beau livre », publié aux Éditions Ouest France vient de sortir. Tous les aspects de sa carrière sont abordés grâce aux recherches inlassables et passionnantes de trois auteurs. Rencontre avec l’un d’eux, Patrick Le Tiec, pour un mise en perpective de l’artiste, du pédagogue et de l’amoureux de la Bretagne.

Beau livre Mathurin Meheut

Vient de sortir, dans la collection Beaux Livres des Éditions Ouest France, un bel ouvrage coffret sur l’artiste peintre Mathurin Méheut, né un 21 mai 1882 à Lamballe. Une mise en lumière signée par trois co-auteurs : Denise Delouche, Anne de Stoop et Patrick le Tiec.

Tous trois originaires de la terre bretonne et passionnés par Mathurin Méheut, ce livre cousu à six mains, est un ouvrage incontournable pour tout connaitre sur cet artiste et illustrateur très célèbre en Bretagne.

Trois co-auteurs donnent un éclairage enrichi sur l’artiste peintre Mathurin Méheut

Denise Delouche

Denise Delouche ©Bretagne actuelle

Denise Delouche

Professeur émérite de l’université de Haute-Bretagne, Denise Lelouche est spécialiste des peintres de la Bretagne. Elle a notamment publié Gauguin et la Bretagne (1996) aux Éditions Apogée, aux Éditions Palantines, Monet et Belle-Ile (2006), Maurice Denis et la Bretagne (2009), Mathurin Méheut et la Cornouaille (2008), Les Peintres de la Bretagne (2011-2016) et aux Éditions Ouest-France, Lettres de Mathurin Méheut à Yvonne Jean-Haffen.

Anne de Stoop

Anne de Stoop Historienne

Anne de Stoop

Anne de Stoop est conservateur du Musée Mathurin Méheut à Lamballe. Elle a contribué à faire connaitre cet artiste par de nombreux catalogues et articles.

Patrick Le Tiec

Docteur en Histoire de l’Art, Patrick Le Tiec est l’auteur d’une thèse sur Mathurin Méheut en 1991, réalisée lorsqu’il était étudiant. Il a participé au musée Mathurin Méheut  de Lamballe, sous la direction de Yvonne Jean-Haffen. Il a publié des catalogues et articles sur Méheut, notamment avec le Musée Océanographique de Monaco, et un livre avec Anne de Stoop, La Bretagne de Mathurin Méheut. (Bibliothèque de l’image, Paris 200)

Par cet ouvrage de près de 380 pages, les auteurs ont mis en perspective les découvertes de leurs inlassables et passionnantes recherches. Tous les aspects de la carrière de Mathurin Méheut sont abordés : le peintre, l’illustrateur, le décorateur, les thèmes privilégiés de l’artiste, ses relations avec les milieux picturaux breton et parisien, cette envie généreuse de partager sa passion avec ses élèves…

Rencontre avec l’un des auteurs, Patrick Le Tiec

Patrick Le Tiec Co auteur livre Mathurin Meheut

Patrick Le Tiec Co auteur du livre Mathurin Méheut

Patrick Le Tiec a consacré une partie de sa vie à mettre en lumière l’artiste peintre Mathurin Méheut.
Aujourd’hui installé sur la Côte d’Azur, il est un ambassadeur du territoire, du patrimoine, de l’art et du partage, une passion commune qui réunit les deux hommes.

Découverte de ce « Beau Livre » consacré à Mathurin Méheut, racontée par Patrick Le Tiec

 C’est le livre de référence sur le sujet. 
Quand j’ai commencé ma thèse, il y en avait qu’un. C’était sur les lettres de guerre . Il n’y avait pas beaucoup d’illustrations . Il a d’ailleurs été publié aux éditions Ouest France, également.
Ce livre est une réédition. Cela faisait quelques années que Ouest France demandait le droit de le refaire pour compléter leur catalogue. Ce qu’il faut savoir, c’est que Méheut est le peintre breton le plus connu en Bretagne.

Mathurin Meheut, un artiste peintre au parcours incroyable

Mathurin Meheut s’est posé énormément de questions sur sa carrière, notamment lorsqu’il est parti après la première guerre mondiale. J’ai eu l’occasion d’en discuter avec Yvonne Jean-Haffen, son élève, son amie, sa maîtresse. Faut-il aller vers le contemporain, alors que l’époque, où Robert Delaunay commence bien à percer, est celle de l’abstraction? Méheut a préféré rester fidèle à lui-même, dans le figuratif, en suivant les sujets de science naturelle, la faune, la flore, les artisans, la

Mathurin Meheut Rennes 1900 ©Musee Mathurin Meheut

Mathurin Meheut à Rennes en 1900 ©Musee Mathurin Meheut

décoration. Il a fait une très belle carrière. Mais en choisissant une autre direction, il aurait peut-être été plus connu encore. Après, on peut toujours imaginer ce que l’on veut parce qu’il ne l’a pas fait ! Il s’en est tout de même bien sorti ! Il a été associé à de grands projets de décoration de paquebots comme le Normandie.

Les influences du peintre et illustrateur breton

Mathurin Méheut a beaucoup travaillé sur le mouvement. Il a été très influencé par les japonais lorsqu’il a voyagé pour le « Tour du Monde ». C’est le seul artiste à avoir eu la « Bourse autour du monde » attribuée par la Fondation Albert-Kahn. Il essayait à travers ses oeuvres, de saisir le mouvement dans sa spontanéité.

L’influence du Japon, l’influence de la guerre

J’ai pu découvrir ses lettres écrites pendant la guerre 14-18 chez sa fille que je connaissais. À chaque  lecture, c’était une découverte de l’histoire de la guerre, complètement différente de ce que j’avais pu apprendre à l’école. C’était passionnant . Ce que j’aime aussi particulièrement chez cet artiste peintre, c’est qu’il parle d’art et de science ensemble. Son trait est très précis et met en valeur des éléments qui ne ressortent pas la plupart du temps sur une photo .

Mathurin Méheut, de la pédagogie à la transmission

Je suis très touché par cet artiste peintre. C’était un copain de mon grand père. Il allait peindre dans son jardin. J’ai eu la chance de rencontrer sa famille lorsque j’étais étudiant. Cela m’a ouvert des portes pour connaître son histoire en profondeur et pour faire ma thèse. C’est par ce lien là que j’ai pu prendre contact avec Yvonne Jean-Haffen. Lorsque je me suis présenté comme le petit fils du Docteur Martin à Dinan qu’elle connaissait, elle a replongé 50 ans en arrière et j’avoue que cela m’a facilité les choses.

Un beau livre, une oeuvre incontournable pour découvrir l’homme, le peintre, l’illustrateur, le pédagogue

J’ai toujours su que ce serait un sujet important, et qu’un jour où l’autre on ferait sans doute un livre, parce que Mathurin Méheut est un artiste peintre très célèbre en Bretagne. Et puis les deux autres co-auteurs, Anne De Stoop et Denise Delouche avaient aussi des relations, ce qui a facilité les choses pour que les éditeurs s’y intéressent.

Un livre à 6 mains, Patrice Le Tiec, Anne De Stoop et Denise Delouche

Nous nous sommes partagés la réalisation de ce livre à trois. Je me suis occupé des biographies et certains éléments décoratifs comme les paquebots et l’institut de géologie. Nous nous sommes organisés en fonction de nos affinités et connaissances. Moi étant sur la Côte d’Azur, il était plus simple de laisser les descriptions des faïences par exemple à mes collègues.

Page 109 Livre Mathurin Meheut

Pages 108-109 : Un révélateur de la Bretagne à Paris

« Ouvrez vos fenêtres et vous verrez comme le monde est merveilleux ».

Ce livre s’adresse à tous les amateurs de peinture et de dessin.

Je pense que c’est une belle leçon de dessin pour ceux qui veulent appendre à dessiner aussi . On voit le croquis; Méheut travaillant très peu en atelier, tous les dessins préparatoires étaient faits dehors. Il disait à son élève : « Ouvrez vos fenêtres et vous verrez comme le monde est merveilleux ».
La spontanéité, le contact avec le modèle, il faut s’y habituer aussi. Une anecdote, il peignait beaucoup les Pardons à l’église. Un jour, il s’était fait remettre en place par une personne qui assistait à une messe, et il lui avait dit « Le dessin est une prière aussi valable que la tienne ».

Le livre s’adresse aux gens qui aiment la Bretagne, mais aussi à ceux qui aiment la décoration. C’est un autre aspect des années 20, de l’Art décoratif, même s’il ne s’inscrit pas dans le style « Art déco » comme on l’entend. C’est un témoignage de cette période là. À ceux qui s’intéressent aux décorateurs maritimes, car tout un chapitre y est dédié. Il y a aussi l’art et la science. En fait, on peut aborder l’ouvrage de nombreuses façons. Je pense aux gens du midi, de Paris – car les bretons le connaissent plus ou moins de nom – qui seront peut-être contents de découvrir son œuvre sous cet angle. Yvonne Jean-Haffen, elle, retenait le côté ethnographique chez Méheut.
Quand on regarde son œuvre au premier abord, on peut avoir l’impression que c’est un peu vite fait. Et plus on le regarde en avant, plus on se rend compte qu’il avait vraiment l’œil pour saisir les mouvements, les proportions, l’équilibre des couleurs.

Page 227 Livre Mathurin Meheut

Pages 226-227 (à gauche) : Marguerite Méheut lisant. « Le Japon a singulièrement agi sur nous « 

Patrick Le Tiec, co-auteur et ambassadeur de Mathurin Méheut

Moi, je me bats pour ne pas l’enfermer en Bretagne. Il a fait un livre d’une trentaine de planches sur la plante exotique, sur les cactus et les agaves. Il l’a fait au Cap Martin, dans le jardin d’Albert Kahn, à côté de chez moi. Il a dessiné Gorbio, à côté de Menton, il a été à Gourdon…

L’art, la pédagogie, la transmission de Méheut

C’était quelqu’un qui était humain, généreux. J’ai rencontré plusieurs de ses élèves, et ils en gardent un souvenir très vivant. Cinquante ans plus tard, ils sont toujours aussi passionnés. C’était un personnage aussi. Tout cet aspect sur la personnalité de l’artiste, je l’ai découvert en faisant des études, je ne le savais pas avant. Quand je faisais mes études, je supposais certaines choses et puis après je trouvais des documents qui me montraient que j’étais sur la bonne voie.

Page 103 LIvre Mathurin Meheut

Pages 102-103 Les œuvres documentaires dans la lignée de l’Art nouveau

« Ne considérez jamais le peintre sur lequel vous travaillez comme le plus grand peintre du monde ».

Un livre à trois, qu’est-ce que ça apporte ?

Déjà c’est un peu plus facile pour un ouvrage de cette taille (rires) ! C’était un sacré chantier. Ça apporte une autre vision aussi, parce que ça permet également de confronter sa vision à celle des deux autres. Cela permet d’être un peu plus rigoureux aussi, d’éviter certains travers. La dernière fois, je discutais avec Anne De Stoop au sujet de l’exotisme chez Méheut. Elle m’a dit que l’exotisme ne serait peut-être pas le mot approprié pour parler du travail du peintre. Denise Delouche a été ma directrice de thèse. À l’époque, elle nous avait dit « Ne considérez jamais le peintre sur lequel vous travaillez comme le plus grand peintre du monde ». Être plusieurs, ça permet de ne pas tomber dans ces sortes de travers, de rester rigoureux et objectif aussi.

Être auteur et sortir un livre au moment où les librairies sont fermées

Je me dis que c’est un peu dommage. Je vais vous dire, la première édition, nous en avions vendu un peu plus de 10 000 exemplaires. La première édition est sortie en 2001, la deuxième en 2004 et la troisième en 2021. Cette troisième édition que nous faisons sur Mathurin Méheut sera achetée par les bibliothèques, les collectionneurs, pour avoir les nouvelles illustrations. Elle est en vente sur les plateformes, sur le site Ouest France qui a fait des pages dans son quotidien. Mais en tant qu’auteur, même si je suis très fier de ce travail, je sais que ce n’est pas ça qui va me faire vivre.

Éviter que Mathurin Méheut tombe dans l’oubli

Je suis content aussi pour Mathurin Méheut, car cela évite qu’il tombe dans l’oubli. Quand il est décédé, il est tombé dans l’oubli pendant une dizaine d’années (de 1958 à 1970). Madame Yvonne Jean-Haffen a créé le musée qui lui est consacré à Lamballe en 1972, et là ça a repris. Quand j’ai commencé ma thèse au début des années 1990, ça s’est su. Les collectionneurs ont été au courant car j’allais les voir, ce qui lui a redonné encore un peu plus de visibilité. Ses petits enfants ont vendu beaucoup d’œuvres au début des années 2000, au moment de la première édition, pas mal d’œuvres étaient sur le marché. Il y a aujourd’hui un projet de nouveau musée, dirigé par une association.
Moi-même, je n’ai pas d’œuvre (rires) ! Mais les collectionneurs sont actifs.

Page 295 Livre Meheut

Pages 294-295 : « La peinture confrontée à l’esprit d’enquête » Le cornac, l’un des tableaux commandés pour le décor de la villa Miramar à Cap Martin par Albert Khan

L’illustration du Livre de la jungle

Dès 1914, quand il est parti faire le tour du Monde, il avait ça en tête, il voulait aller en Inde. Mais malheureusement il a dû repartir au front. À ma connaissance, deux de ses projets ne sont pas aboutis : les légendes de la mort en Bretagne, et son grand projet : Le livre de la jungle.

Le mot de la fin

Je suis heureux de cette interview. Méheut avait une maison à Cassis. Et si il y avait des œuvres inédites encore présentes dans le coin, si ça pouvait aider à faire ressortir quelques œuvres, à les faire connaître, ça serait bien.
C’est un artiste qui vaut vraiment le coup, qui a vraiment une œuvre très complète, qui est connu régionalement mais à mon avis pas assez au niveau national.

 

Date : 12 décembre 2020

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus