Les Rendez-Vous Danse de Janvier 2018 en Région PACA

31 décembre 2017

Janvier nous invite en cette nouvelle année 2018, sur toute la Région PACA, à des Rendez-Vous Danse très éclectiques :
de la danse classique avec Giselle à Menton, au Hip Hop de Sainte Maxime et Draguignan au Break Dance à Cannes, une invitation à la Danse offerte au public par le Ballet de l’Opéra du Grand Avignon, un féérique « Ballet du Nouvel An » dans la nouvelle salle de l’Opéra Confluence.
Une programmation variée et attractive est donc ainsi proposée en ce début d’année pour notre plus grande joie. Des rendez-vous pour tous les goûts où la Danse est mise à l’honneur dans le seul but, divertir et faire passer un moment inoubliable aux spectateurs conquis par cet art complet. A signaler, le Ballet de Monte-Carlo qui repart à nouveau en tournée mi janvier, assurant ainsi la promotion d’un patrimoine culturel bien spécifique à notre Région, au moyen d’une expression artistique majeure si chère à la Côte d’azur !

Avignon, Opéra Confluence le jeudi 04 janvier à 20h30

« Ballet du Nouvel an » Ballet de l’Opéra du Grand Avignon

Direction artistique : Eric Belaud
A l’image de Vienne, il est de tradition à Avignon depuis plus de vingt ans que l’Opéra Grand Avignon invite le public à fêter ensemble la nouvelle année en danse et en musique !

Le goût pour le bal du nouvel an est issu d’une tradition viennoise qui remonte au XVIIIe siècle. L’Empereur Joseph II décide d’ouvrir aux viennois les séances de danse des salles des redoutes de la Hofburg, le Palais Impérial. Rapidement, ils vont reprendre à leur compte les mœurs de la cour et l’étiquette liée à ces fêtes et c’est cette tradition qui est encore perpétuée de nos jours. L’enchaînement des différentes danses et des genres musicaux agrémente la soirée jusqu’à une dernière danse en forme de bouquet final, sans avoir oublié le célèbre et traditionnel quadrille interlude-surprise de minuit.

Entrée libre
Pour tous renseignements et réservation : www.operagrandavignon.fr

 

Menton – Palais de l’Europe le mercredi 10 janvier à 21h00

« Giselle » Ballet Opéra National Kiev

Ballet en 2 actes sur une Musique d’Adolphe Adam
Créé à l’Académie Royale de Musique (Actuellement l’Opéra de Paris) en 1841
Chorégraphie Marius Petipa, Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg en 1887
Giselle représente l’apothéose du ballet romantique, considéré comme l’un des plus beaux joyaux du répertoire, son succès fut immédiat. Ce ballet aborde tous les thèmes du romantisme : couleur locale et pastorale amoureuse qui s’achève en tragédie, irruption d’un monde fantastique et rédemption par la force de l’amour.

Ce chef d’œuvre du ballet classique, mis en valeur par la performance des danseurs du Ballet Opéra National de Kiev, est un régal pour tous les admirateurs de danse.Une symphonie de la danse, touchante et merveilleuse.
Une production NP-Spectacles
Pratique : 04 92 41 76 95 – info@tourisme-menton.fr

Cannes – Palais des Festivals le samedi 20 janvier à 20h00

« Break the Floor International » Compétition Internationale de « Bboy’ing » (breakdance)

Une soirée où l’esthétique et la créativité s’expriment par la performance technique et sportive hors normes, dans le cadre d’une compétition acharnée entre plusieurs équipes de danseurs qui s’affrontent au fil de « battles » à couper le souffle. Entre sport et art urbain à haute énergie, cette discipline illustre un véritable lifestyle et possède un charisme irrésistible. L’édition 2018, organisée par l’association On, accueille les teams vainqueurs des épreuves de qualification qui se sont déroulées sur 3 continents, en Belgique, au Brésil et au Vietnam ! Ainsi ce sont des danseurs parmi les meilleurs mondiaux de la discipline qui vont concourir devant le public cannois.

Une référence mondiale incontournable de la scène du bboy’ing (breakdance)
Des ateliers sont organisés en amont de la soirée.
Pour participer aux ateliers, inscription auprès d’Agathe Castelain : castelain@palaisdesfestivals.com
Pratique : 04 92 98 62 77 – www.palaisdesfestivals.com

Sainte Maxime – Le carré Sainte Maxime le samedi 20 janvier à 20h30

« Boxe Boxe Brazil » Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-De-Marne

Compagnie Käfig – Direction Mourad Merzouki
Direction Artistique Et Chorégraphie : Mourad Merzouki
Conception Musicale : Quatuor Debussy et As’n
Lumières Yoann Tivoli, assisté de Nicolas Faucheux et Julie-Lola Lanteri-Cravet
Réadaptées par Cécile Robin
Scénographie : Benjamin Lebreton – Costumes : Emilie Carpentier
Construction : Patrick Lerat – Peintures : Camille Courier de Mere et Benjamin Lebreton

En 2010, Mourad Merzouki invitait le quatuor Debussy à partager la scène avec ses danseurs de hip hop, en jouant sur les contrastes et les similitudes entre danse, boxe et musique classique. A l’occasion des 20 ans de la Compagnie Käfig, Merzouki pose une réécriture de sa création, pensée pour l’énergie de dix jeunes danseurs cariocas. Un Boxe Boxe aux couleurs du Brésil, dans une version inédite et détonante. Ce spectacle s’inscrit dans une dynamique d’ouverture sur le monde, démontrant une nouvelle fois la force de la danse à dépasser les frontières. Le chorégraphe emmène l’énergie généreuse et inconditionnelle des dix danseurs brésiliens vers une autre exploration du mouvement et du métissage des genres signant la réussite d’un projet ambitieux et humaniste.
Renseignements/réservation 04 94 56 77 77 – www.carreleongaumont.com/

Mougins – Scène 55 le vendredi 26 janvier à 20h30

« Sur un air de West Side » Compagnie de danse : Meauxtown et Lady Rocks

Musiciens :
André Ceccarelli – batterie
François Constantin – percussions
Rosario Giuliani – saxophone
Julian Mazzariello – Fender Rhodes -Walter Ricci – chant, claviers,
Remi Vignolo – basse et batterie

Lorsque André Ceccarelli découvre West Side Story au cinéma au sortir de l’adolescence, c’est un choc. Choc culturel d’abord, par la musique de Bernstein, empreinte de jazz et sublimée par la chorégraphie de Jerome Robbins. Choc esthétique de cette Amérique contemporaine portée l’écran par un film tourné au cœur même de New York.

Une troupe de danseurs hip-hop réinvente les mouvements chorégraphiques, en prise avec les cultures urbaines. La mission de ré-imaginer les décors est confiée à des artistes issus du street art, parmi lesquels Jérôme Mesnager. Enfin, six musiciens de jazz, accordent les partitions de Leonard Bernstein aux pulsations et aux sonorités contemporaines.
Pour tous renseignements et réservation : scene55.fr

Cannes – Palais des Festivals le 27 janvier à 20h30

« Solstice » Blanca Li

Pièce pour 14 danseurs et un percussionniste
Chorégraphie et direction artistique : Blanca Li
Scénographie, dramaturgie : Pierre Attrait
Vidéo, nouvelles technologies : Charles Carcopino
Musique : Tao Gutierrez

Personnage atypique de la scène chorégraphique française, Blanca Li met en scène une création originale au charme onirique illustrant notre rapport avec la nature. « Solstice » joue avec les éléments, le temps, la matière, le mouvement et la lumière et offre un voyage fascinant et sensible dans un univers en mouvement pour dire la beauté du monde, sa force, son énergie et sa fragilité. Sur scène, décor, effets vidéo et musique donnent aux éléments naturels une réalité quasi palpable au cœur de laquelle les danseurs s’ébattent, tandis que leur souffle intégré à la musique donne une intensité tellurique.

L’humanité n’est pas au centre, mais au cœur même de la nature, composante d’un équilibre symbiotique qui doit être préservé.
Pratique : 04 92 98 62 77 – www.palaisdesfestivals.com

Draguignan – Auditorium de la Dracénie les 30 et 31 janvier à 20h30

« Dakhla » Compagnie La Baraka, direction artistique : Abou Lagraa

Chorégraphie : Abou Lagraa
Le chorégraphe invite le public à un voyage entre Hambourg, Alger et New York. Chacune des trois villes est une porte ouverte sur un continent : les sons électroniques de la scène techno allemande, le chaâbi – la musique arabo-andalouse algéroise, les chansons avec l’accent de Fernandel, et l’énergie d’un hip hop né il y a quarante ans sur les trottoirs du Bronx. Abou Lagraa brasse les lumières, les rythmes et les cultures dans un métissage revendiqué, qui s’incarne jusque dans ses interprètes. Il nous propose une porte ouverte sur le rêve d’un monde sans frontières, sur les vagues du réel et de la mythologie urbaine en tissant une cartographie aux parfums inédits.

Une porte ouverte sur le rêve d’un monde sans frontières.
Pour tous renseignements et réservation : www.theatresendracenie.com

Photo à la Une : Abou Lagraa – « Dakhla » © www.theatre-suresnes.fr