Accueil > Art > Spectacle Vivant > Au Palais des Festivals de Cannes, « Casse Noisette », par le Ballet National de Chine

Au Palais des Festivals de Cannes, « Casse Noisette », par le Ballet National de Chine

© Ballet National de Chine

« Quand Clara s’éveillera ! » « Casse – Noisette » – Ballet féérique sur une musique de Tchaïkovski. Pour son unique représentation en France, le Ballet National de Chine a choisi la ville de Cannes !

 

Une interprétation très orientalisée avec la sympathique participation des jeunes élèves de l’Ecole Supérieure de danse de Cannes-Mougins Rosella Hightower.

Oeuvre mythique du grand répertoire classique, « Casse-Noisette » est tirée du livret d’Ivan Vsevolojski et de Marius Petipa ; il est inspiré d’un conte d’Hoffman  » Casse – Noisette et le roi des souris » sublimement mis en musique par Tchaïkovski.

Ce conte de Noël parmi les contes, est un ouvrage féerique qui sublime toute la symbolique de Noël, c’est bien logiquement ce que nous a proposé Feng Ying, chorégraphe et directrice artistique du Ballet National de Chine à l’occasion de cette tournée en Angleterre et de cette unique représentation en France.

Le Ballet National de Chine est une institution officielle créée en 1959 avec la participation de Piotr Gusev qui lui a transmis les solides bases du ballet russe. Maître de ballet internationalement reconnu, il est le créateur en 1982 de la Journée mondiale de la Danse de l’UNESCO en l’honneur de Jean-Georges Noverre, précurseur au XVIIIème siècle du ballet moderne.
Durant la révolution culturelle, le Ballet National de Chine n’aura le droit de programmer que deux ouvrages : « Le détachement féminin rouge » et « La fille aux cheveux blancs« .

Heureusement, aujourd’hui leur répertoire est plus vaste et s’ouvre à de nouvelles chorégraphies comme celle de William Forsythe.

 

 

Feng Ying, la directrice artistique du Ballet, a été d’abord formée à l’Académie de danse de Pékin puis à l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris.
Elle a étudié en France avec Maurice Béjart et Rosella Hightower. A partir de 1997, elle se consacre à la formation de jeunes artistes pour prendre en 2009 la direction artistique du Ballet National de Chine.

Cette institution est la seule institution officielle de danse classique en Chine et elle accueille plus de 2000 élèves et 500 professeurs. La hiérarchie y est semblable aux compagnies de danse occidentale avec un grade en plus de ceux du corps de ballet, des coryphées, des solistes et des étoiles, celui de « Prima Ballerina« . Peu de danseuses ont ce privilège et cet honneur ; Zhang Jaïn qui participait à cette tournée en est un des éléments les plus prestigieux.

Sujet tout à fait adapté à la période des fêtes de Noël, Casse-Noisette nous conte l’histoire d’une petite fille Yuan Yuan (Clara ou Marie suivant les versions et les adaptations) qui s’endort avec un jouet, le fameux casse-noisette offert par un mystérieux ami de la famille. Ce jouet envié par son frère deviendra durant le songe d’une nuit d’hiver un prince charmant dans la deuxième partie du spectacle.

 La chorégraphie en harmonie avec le livret donne libre cour à des tableaux mettant en valeur l’ensemble de la troupe et les solistes tout en laissant le songe et la féerie dans l’imaginatif d’un rêve d’enfant. Une chorégraphie, des costumes et des décors on ne peut plus exotiques très « made in China ». Un clin d’œil, le seul personnage européen de la production, l’ami étranger qui est joué par Lars Peter Freden qui n’est autre dans sa vie de tous les jours que l’ambassadeur de Suède en Chine. Il réunit ainsi très symboliquement l’esprit de la danse du début du XXème siècle dans l’imaginatif révolutionnaire des Ballets russes, des Ballets suédois de Rolf de Maré et dans l’originalité très orientale de l’éclectisme des arts si singuliers et colorés de la Chine.

Enfin, j’aimerais laisser la parole à Tchaïkovski, qui ma foi est bien humble et peu réaliste face au succès mondial de cette ouvrage aujourd’hui du grand répertoire :« je n’aurais jamais cru que ce ballet puisse avoir un tel succès ! »

 

Gernez reduite 2 Béatrice et Jacques Gernez

Correspondants Côte d’Azur de Menton à Toulon

Date : 27 décembre 2016

Articles similaires

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus