Notre Sélection Opéra en Région SUD Février 2019

Sélection Opéra en Région SUD Février 2019

Le mois de février sera un mois de découvertes, découverte d’un compositeur un peu oublié, Baldassare Galuppi, avec son opéra comique “Il mondo alla roversa” sur un livret de Goldoni à l’Opéra confluence d’Avignon.  Une nouvelle scène lyrique s’inscrit dans les Alpes Maritimes, celle du Théâtre d’Antibes avec “Don Giovanni”, dans une mise en scène très attendue de son directeur Daniel Benoin, en coproduction avec l’Opéra de Nice.
Suivra à Marseille “Faust” de Gounod dans la production scénique de Nadine Duffaut. Enfin, l’Opéra de Monte-Carlo présentera un opéra baroque, “Ariodante”, sur une musique de Georg Friedrich Haendel et un livret d’Antonio Salvi, une œuvre inspirée de “l’Orlando furioso” de Ludovico Ariosto.

Notre Sélection Opéra en Région SUD Février 2019

Un mois de redécouverte d’ouvrages peu joués du répertoire lyrique, mais de grande qualité et d’originalité, en particulier la production présentée à l’Opéra d’Avignon. En effet, le parcours du compositeur Vénitien Baldassare Galuppi est exceptionnel pour son époque. Il écrit son premier opéra en 1722, il a tout juste 16 ans. Admiré dans toute l’Europe, il est un modèle pour nombre de ses contemporains comme Joseph Haydn, Carl Philipp Emanuel Bach ou Jean-Jacques Rousseau. En 1765, il est nommé compositeur de la cour impériale à Saint-Pétersbourg par Catherine II de Russie avant de commencer en 1740 une production fructueuse avec Goldoni qui allait donner naissance en moins de sept ans à 17 œuvres comiques.
A noter également à Monte-Carlo “Ariodante” de Haendel avec “Les Musiciens du Prince” sous la direction musicale de Gianluca Capuano, dans une production du Festival de Salzbourg.

© Photo à la Une : Istockphoto Zodebala

Antibes

“Don Giovanni”

Antipolis Théâtre d’Antibes 6 et 8 février à 20h00 et la dimanche 10 à 15h30

Musique de Wolfgang Amadeus Mozart
Livret de Lorenzo da Ponte, d’après Giovanni Bertati
Création au Théâtre National de Prague en octobre 1787
Mise en scène et lumières : Daniel Benoin
Scénographie : Jean-Pierre Laporte
Costumes : Nathalie Berard-Benoin
Orchestre Philharmonique de Nice, directeur artistique : György G. Ráth
Choeur de l’Opéra de Nice, chef de chœur : Giulio Magninini
Direction musicale : György G. Ráth
Nouvelle production en coproduction avec l’Opéra de Nice

Distribution :

Don Giovanni : Andrei Kymach
Leporello : Mirco Palazzi
Donna Anna : Natalia Pavlova
Donna Elvira : Alessandra Volpe
Don Ottavio : Matteo Falcier
Zerlina : Veronica Granatiero
Masetto : Daniel Giulianini
Il Commendatore : Ramaz Chikviladze

Présentation :

C’est la nuit. Don Giovanni s’est introduit dans la maison du Commandeur pour séduire Donna Anna, la fille de celui-ci. A l’extérieur, Leporello monte la garde, pestant contre cette condition qui l’oblige à supporter la faim, la fatigue et les intempéries, pendant que son maître s’adonne à ses menus plaisirs. Soudain, Donna Anna paraît, poursuivant Don Giovanni qu’elle essaie de démasquer. Alerté par les cris, le Commandeur accourt et provoque l’agresseur en duel…
L’opéra de Mozart est un drame joyeux animé d’une force irrépressible. Le livret habilement troussé de Lorenzo da Ponte reprend le mythe de Tirso de Molina, dont Molière a aussi fait son Don Juan ; mais la musique de Mozart, dès l’ouverture, pare l’ensemble d’une dimension métaphysique qui dépasse de très loin l’anecdote. Don Giovanni est la quintessence du génie mozartien, une sorte d’absolu du genre, où le haut et le bas de la nature humaine se côtoient, où flirtent le tragique et le grotesque, le sublime et le dérisoire, les élans spirituels et les plaisirs de la chair. Le tout coulé dans une musique qui fera dire à Richard Wagner que Don Giovanni est “l’opéra des opéras”.

Infos pratiques :

Antipolis Théâtre d’Antibes
260, avenue Jules Grec – Antibes
www.anthea-antibes.fr


Avignon

“Il mondo alla roversa”

Opéra Confluence samedi 2 février à 20h30 et dimanche 3 à 14h30

Musique de Baldassare Galuppi
Livret de Carlo Goldoni
Mise en scène : Vincent Tavernier
Scénographie : Claire Niquet
Costumes : Erick Plaza-Cochet
Lumières : Carlos Perez
Orchestre Akadêmia
Chœur de l’Opéra Grand Avignon
Direction musicale : Françoise Lasserre
En co-production avec l’Opéra de Reims et Akadêmia

Distribution :

Tullia : Marie Perbost
Rinaldino : Armelle Marq
Aurora : Dagmar Saskova
Cintia : Alice Habellion
Graziosino : Olivier Bergeron
Giacinto : David Witczak
Ferramonte : João Pedro Coelho Cabral

Présentation :

Avec son opéra-bouffe, Goldoni se propose d’abord de déclencher le fou-rire des spectateurs, et surtout d’offrir à Galuppi un scénario plein d’effets. C’est précisément à l’écoute de la partition que se manifeste le caractère allègre, loufoque et truculent de l’œuvre. Surtout, ne nous hâtons pas trop d’extraire une forte morale de la farce, ce qui ne veut pas dire que cette extravagance ne contienne pas quelques saines leçons pour chacun des deux sexes… Puisque la fantaisie semble le maître mot du “Mondo alla roversa”, renversons à notre tour la réalité du monde, et donnons-nous les moyens de parcourir cette mystérieuse île des antipodes où Goldoni et Galuppi placent leur action.
Rêvons. Que toute cette histoire invraisemblable soit le rêve d’un des personnages qui, après s’être endormi tranquillement auprès de son conjoint, va prendre le large sur un lit devenu bateau pour aborder aux rivages de l’empire des Femmes !

Infos pratiques :

Opéra Confluence
Pont de l’Europe – Avignon
www.operagrandavignon.fr


Marseille

“Faust”

Opéra de Marseille 13/ 16/ 19 et 21 février à 20h et le dimanche 10 à 14h30

Musique de Charles Gounod
Livret de Jules Barbier et Michel Carré
Création à Paris, Théâtre-Lyrique, le 19 mars 1859
Mise en Scène : Nadine Duffaut
Décors : Emmanuelle Favre
Costumes : Gérard Audier
Lumières : Philippe Grosperrin
Orchestre et Chœur de l’Opéra de Marseille
Direction Musicale : Lawrence Foster

Coproduction : Opéra Grand Avignon, Opéra de Marseille, Opéra de Massy, Opéra Théâtre Metz Métropole, Opéra de Nice, Opéra de Reims

Distribution :

Marguerite : Nicole Car
Marthe : Jeanne-Marie Levy
Faust : Jean-François Borras
Vieux Faust : Jean-Pierre Furlan
Méphistophélès : Nicolas Courjal
Valentin : Etienne Dupuis
Wagner : Philippe Ermelier
Siebel : Kévin Amiel

Présentation :

Ouvrage sur la quête d’une jeunesse éternelle, Faust est probablement le mythe littéraire ayant été le plus adapté en musique. La version la plus célèbre demeure celle que Charles Gounod compose en 1859 pour le Théâtre Lyrique à Paris.
Ce Faust aux accents français recentre l’intrigue sur la relation impossible entre Marguerite et Faust. La première finit par tuer l’enfant illégitime né de son union avec celui qui a accepté de pactiser avec le diable pour avoir la jeunesse éternelle.
Gounod propose ici une immense fresque haletante, riche en enjeux et rebondissements. Il pare ses personnages d’airs parmi les plus connus de tout le répertoire d’opéra français. Bianca Castafiore peut en témoigner ; elle qui a chanté dans les albums d’Hergé le fameux “Air des bijoux” de Marguerite.

Infos pratiques :

Opéra de Marseille
2 Rue Molière – Marseille
www.opera.marseille.fr


Monaco

“Ariodante”

Opéra Garnier les 22/ 26 et 28 à 19h00 et le dimanche 24 février à 15h00

Musique de Georg Friedrich Haendel
Livret d’après “Ginevra, principessa di Scozia” d’Antonio Salvi,
Inspiré de l’Orlando furioso de Ludovico Ariosto
Création : Londres, Covent Garden, 8 janvier 1735
Mise en scène : Christof Loy
Décors : Johannes Leiacker
Costumes : Ursula Renzenbrink
Lumières : Roland Edrich
Chorégraphie : Andreas Heise
Chœur de l’Opéra de Monte-Carlo, Chef de chœur Stefano Visconti
Les Musiciens du Prince
Direction musicale : Gianluca Capuano

Distribution :

Le roi d’Écosse : Peter Kalman
Ginevra, sa fille, fiancée d’Ariodante : Kathryn Lewek
Ariodante, prince feudataire : Cecilia Bartoli
Lurcanio, son frère : Norman Reinhardt
Polinesso, duc d’Albany : Christophe Dumaux
Dalinda, servante de Ginevra : Sandrine Piau
Odoardo, favori du roi : Kristofer Lundin

Présentation :

A la suite du triomphe salzbourgeois de la production signée Christof Loy, c’est au tour du public monégasque d’apprécier ce spectacle envoûtant. Créé en 1735 à Londres, Ariodante de Haendel a toujours fasciné les admirateurs du compositeur et ne cesse de conquérir le cœur du grand public depuis la renaissance des œuvres haendéliennes, il y a une cinquantaine d’années. Basé sur un excellent livret d’Antonio Salvi, Ariodante nous offre plus qu’une succession d’airs virtuoses et de complaintes aux mélodies captivantes. La description des stratagèmes auxquelles les êtres humains sont prêts à recourir pour s’approcher du pouvoir en fait un ouvrage particulièrement profond. Dans cet épisode du poème épique, si les deux personnages principaux, Ariodante et Ginevra, se partagent musicalement la part du lion, l’étoffe des seconds rôles enrichit en permanence le propos de cet ouvrage.

Infos pratiques :

Opéra Garnier
Place du Casino – Monte-Carlo
www.opera.mc