My Fair Lady : Opéra de Marseille, “on en ressort avec la banane”

6 janvier 2018

My Fair Lady, comédie musicale de Fréderick Loewe, traversait l’année 2017 vers 2018 à l’Opéra de Marseille.

My Fair lady, pour la première fois à l’Opéra de Marseille

Inspirée de la pièce éponyme Pygmalion de George Bernard Shaw en 1914, cette coproduction Opéra de Lausanne/ Opéra de Marseille, apporte toute sa fraîcheur au public marseillais, qui pour la première fois, a pu apprécier là,  cette comédie musicale faisant escale à Marseille, depuis sa création au Mark Hellinger Theatre à New York en 1956.

Textes traduits en français par Olivier Cautrès pour une meilleure compréhension et ouverture vers un public plus large, la mise en scène de Jean Liermier, directeur par ailleurs du Théâtre de Carouge à Genève, s’adapte bien en ce sens, dont la politique culturelle de directeur est de rendre l’art accessible à tous.

L’action de ce classique de Broadway se situe à l’époque victorienne, so british. Eliza Doolittle est une jeune fille des milieux populaires qui gagne sa vie en faisant et vendant des bouquets de violettes, et pour qui le mot « grammaire » n’a pas de signification. Elle rencontre accidentellement le professeur Henry Higgins qui voit en elle la possibilité de mettre en pratique ses théories linguistiques et d’en faire une femme distinguée…

Une oeuvre intemporelle ou contemporaine de par l’adaptation de la comédie musicale de la pièce de Shaw, qui reste pertinente, ironique, incisive, dont la mise en scène s’adapte au public d’aujourd’hui .

Rencontre avec Jean Liermier, metteur en scène et directeur de théâtre .

Une “Eliza Doolittle” qui rêvait d’être, par Marie-Ève Munger

Marie-Ève Munger, soprano à la “tessiture colorature”, est arrivée tout à fait par hasard dans le monde lyrique, après s’être formée dans le chant pop et variétés .
“C’est par hasard que j’ai pris un jour un cours de chant classique et ça a changé ma vie”

Mais qu’il en advienne, cette jeune artiste québecquoise a eu un coup de foudre pour le rôle d’Eliza Doolittle, interprété par la fabuleuse Audrey Hepburn, adaptation cinématographique de la comédie musicale éponyme par George Cukor sortie en 1964.

Rencontre avec Marie-Eve Munger, dans sa loge à quelques minutes des premières répétitions publiques

My Fair Lady, du théâtre à l’opéra

Du théâtre en 1914, puis comédie musicale en 1956, adaptée au cinéma en 1964, My Fair Lady rassemble à travers son unicité, une diversité artistique .
Jeanne-Marie Levy, interprète de Mrs Pearce, gouvernante du Professeur Higgins, en est le témoin vivant.

Rôle de composition, c’est un vrai plaisir pour cette artiste qui oriente sa carrière vers des rôles de caractère du répertoire lyrique, vers des interprétations théâtrales de “personnages psycho-rigides ou délirants” .

Une approche du théâtre au coeur de l’opéra, intimement liés l’un à l’autre, racontée par Jeanne-Marie Levy :

Distribution de My Fair Lady – Opéra de Marseille –  Correspondance des rôles de notre extrait vidéo

Direction musicale Bruno MEMBREY
Mise en scène Jean LIERMIER
Décors Christophe de LA HARPE
Costumes Coralie SANVOISIN
Lumières Jean-Philippe ROY
Chorégraphe et Assistant à la mise en scène Jean-Philippe GUILOIS

Eliza Doolittle Marie-Ève MUNGER
Mrs Higgins / Mrs Hopkins Cécile GALOIS
Mrs. Pearce Jeanne-Marie LÉVY
Mrs Eynsford-Hill Carole CLIN
Servante / La Reine Danièle DINANT

Professeur Henry Higgins François LE ROUX
Colonel Hugh Pickering Jean-François VINCIGUERRA
Freddy Eynsford-Hill Raphaël BRÉMARD
Alfred P. Doolittle Philippe ERMELIER
Jamie / 1er Cockney / Charles Jacques LEMAIRE
Harry / 2nd Cockney Arnaud DELMOTTE
Karpathy / 3ème Cockney Jean-Philippe CORRE
George Jean-Luc EPITALON

Orchestre et Chœur de l’Opéra de Marseille