Accueil > Art > Spectacle Vivant > La Véritable Histoire du Cheval de Troie, une Ode à la Paix

La Véritable Histoire du Cheval de Troie, une Ode à la Paix

La véritable Histoire du Cheval de Troie

La Véritable Histoire du Cheval de Troie, un spectacle d’un lyrisme poignant d’actualité au Théâtre Toursky
« De vagues bleues en vagues qui dansent,
Tu es comme un point sur la mer immense.
Reviens me chercher, mon bateau de papier.
Reviens me chercher…» (Hugues Aufray- Le Bateau de Papier)

Un pamphlet contre la guerre, la violence, le racisme

« Où est ma patrie ? Quel coin de terre ou quelle mer, pourra m’abriter désormais ? »

La Véritable Histoire du Cheval de Troie, c’est l’histoire d’un migrant perdu, de sa marche désespérée vers une autre vie, un autre lieu, une autre fraternité.

En adaptant les chants de l’Enéide de Virgile, Claude Brozzoni raconte l’épouvante de la dernière nuit de Troie, le massacre de son peuple par les Grecs, jusqu’à l’embrasement total de la ville. Avec ce mythe d’autrefois, ce sont les exodes d’aujourd’hui, ceux de ces héros qui fuient la guerre au péril de leurs vies, l’horreur du massacre, la longue et épuisante traversée de la Méditerranée, l’accueil attendu et qui ne vient pas…qui sont mis en scène. Ce sont l’horreur de la guerre, l’horreur de perdre les êtres les plus chers au monde, l’incompréhension de la peur des autres, la douleur du rejet, le désespoir, mais aussi l’amour, la fraternité, une force de vie.
Sans forcer le trait, par touches, à la façon d’un tableau impressionniste, mêlant les couleurs vives aux ciels les plus sombres, l’amusement à l’émotion, le grain de folie à l’accablement, Claude Brozzoni fait revivre la tragédie de la guerre – une tragédie antique vue du côté des perdants, qui fait malheureusement écho à toutes les guerres et migrations forcées d’aujourd’hui…
Un spectacle musical à la sobriété lumineuse.

Guillaume Edé, Enée magistral

Guillaume Edé est comédien, chanteur, metteur-en-scène et pédagogue. Il poursuit depuis 1989 une brillante carrière de chanteur lyrique et comédien. Il a enregistré Syllabaire pour Phèdre avec Musicatreize et Roland Hayrabédian chez Calliope (1992), La légende du Châtelain de Coucy avec L’Itinéraire Médiéval chez Calliope (Choc de la Musique) (2005), l’Arbre sans Lumières chez l’Autre Distribution (2005), Carmina Carolingiana (2012) et Héloïse et Abélard chez Ligia (2015), Urbex Romance aux studios Jam (2018).
Ce soir, la voix chaude et puissante de Guillaume Edé, magnifique, s’allie à un jeu exceptionnel. Le comédien passe de l’immobilité au saut, à la danse, transformant fabuleusement les expressions de son visage à la manière de ces masques du théâtre grec antique, que l’on ferait passer en un éclair l’un derrière l’autre. Il excelle dans ce rôle difficile, tour à tour récitant et jouant et s’offre au public qui le reçoit en plein cœur.

Claude Gomez, Tchavalo, virtuose discret

Avec des tournées internationales, Europe, Etats Unis, Amérique Centrale, Inde, Afrique de l’Ouest etc., et une discographie impressionnante, ce musicien chevronné, également improvisateur – domaine où il excelle- créateur et programmateur, joue ici de l’accordéon harmonique. A ses compositions, il mêle des improvisations au gré et au rythme du spectacle et de l’acteur, plaquant le jeu, le suivant pas à pas avec poésie, mélancolie, frénésie. Si le récit est en Français, les paroles des chansons sont en Romani, celle de l’Etranger. S’ils n’en comprennent pas les mots, les spectateurs sont subjugués par la magie de ces chants dont on leur fait deviner le sens. Cette langue devient alors la langue de Tous les étrangers en quête d’un asile. En musicien des rues venu d’Europe Centrale, la musique de Claude Gomez enveloppe, construit, appuie, intensifie l’atmosphère, l’allégeant, l’épaississant, l’obscurissant. Elle transcende les images. Ce soir, sa musique parle aussi.

Discographie/ Paracétamol Créativo Vol1 Autoproduction KLODE Quand m’embrassera-tu ? Mise en scène Charlie BROZZONI Fantasia Orchestra Orchestre National de Jazz Frank Tortiller – Electrique Alain Klingler – 32 Décembre Lionel Damei – Les ailes en chiffon 7.3 CONNEXION Les enfants d’abord ST EGREVE (38) Live – United Colors Of Robert BANK KATAPULSE – La page bleue United Colors Of Robert BANK – Doctor Jazz La Grande parade au cabaret de l’ange bleu SUKYA Enregistrement public Grenoble Festival de Jazz

Claude Brozzoni, talentueux et humaniste

« O mon peuple de Troie, mon peuple de fous, quatre fois le cheval a cogné les murs, quatre fois un bruit d’armes et de fer a retenti dans son ventre et nous n’avons rien arrêté. »

Claude Brozzoni est fils d’ouvriers. Il fait des études d’électronique. En 1976, il rencontre pour la première fois le théâtre. C’est un choc qui va bouleverser sa vie. Il quitte tout pour suivre, pendant huit ans, un plasticien metteur en scène, Jacques Quoëx, et une communauté avec qui il fonde la Kompagnie du Karton Pâte. Tous travaillent sur des pièces écrites collectivement. Durant toutes ces années, il réalise les décors, les lumières, le travail de son, et découvre la direction d’acteurs. De 1982 à 1984, il travaille au Théâtre d’Annecy, comme machiniste de plateau et électricien, apprenant ainsi les techniques de la scène. Au cours de ces deux années, il découvre le travail d’Alain Françon qui le marquera par sa grande exigence artistique. En 1984, il suit un parcours plus personnel. Il se forme comme acteur et joue chez d’autres metteurs en scène, montant bientôt ses propres spectacles. Il crée en 1985 la CIE BROZZONI-PICCAMIGLIO. Cette compagnie fait suite à sa rencontre avec un jeune auteur, Robert Piccamiglio. Il met en scène Dominique Vallon dans deux de ses textes. Sa formation sur le terrain, son rapport au décor, à la lumière, au son et son rejet d’une certaine froideur du théâtre des années 80 lui font prendre le chemin de la mise en scène.
Pendant plus de 26 représentations de ‘La Véritable Histoire du Cheval de Troie ‘ le succès ne se démentit pas, preuve que la collaboration de ces trois grands artistes fait mouche.

Avant les trois coups…de la Véritable Histoire du Cheval de Troie

Le Théâtre Toursky est bondé en ce samedi soir de février 2020. Quand le public envahit la salle Léo Ferré, les acteurs sont déjà en place. Droit, en fond de scène et sur le côté, un homme, grand, se tient debout, immobile. C’est Enée, héros déchu de la guerre de Troie, survivant d’une longue guerre sans merci et de la plus célèbre ruse militaire de l’histoire antique grecque. Dans un costume sombre banal, sous lequel on devine toutefois une chemise rouge, un gilet et une cravate, chapeau planté sur la tête, l’homme tient à la main une valise en carton marron et, plié sur son bras, un pardessus. Il regarde le public, visage fermé. A droite de la scène, un accordéoniste, chemise rouge assortie à son accordéon. Il joue, une musique comme une litanie. C’est Tchavalo, survivant lui aussi de cette horrible nuit de Troie. A leurs pieds, un tapis oriental dans les tons de rouge. Sur le tapis, derrière eux, de petits bateaux de papier blanc, plusieurs, un peu de l’innocence de l’enfance qui viendrait se poser là. Le ton est donné. L’histoire va crescendo, entre claquettes et moments intenses… Enée portant son vieux père sur les épaules, dans la nuit noire, course éperdue vers la vie… l’ombre de la femme aimée se dressant devant lui : « Va, vis… »… jusqu’à une dernière folle danse où il agite un mouchoir blanc, symbole d’espoir, symbole de paix, blanc comme la colombe. Ensemble, dans une forme contée, chantée et dansée, les deux compagnons mêlent leur souffle à la poésie des chants tirés de L’Enéide de Virgile. Dès le départ, les spectateurs sont soustraits à leur réalité pour ne plus décrocher jusqu’au déchainement final des applaudissements et des rappels. Du grand art !

Conversation avec le public

« Je suis du côté des vaincus, pas des vainqueurs »

Claude Brozzoni fait partie de ceux qui aiment le théâtre ‘à la Vilar’, celui de la fraternité et de la culture. À la fin de la représentation, une conversation s’instaure avec le public. Il est toujours, dit-il aux spectateurs, du côté des vaincus. Il va d’ailleurs monter une pièce, un Scapin en Robin des Bois. Répondant à une question d’un spectateur, il explique adorer travailler sur le texte car le texte, entrant dans l’acteur, est une énergie qui lui échappe. L’acteur est possédé par le verbe. C’est lui qui donne le souffle de l’énergie : « Je veux le JE, pas le JEU »

La Véritable Histoire du Cheval de Troie, En conclusion

Une pièce musicale d’un intérêt crucial. Les enfants, même très jeunes –nombre de représentations se font dans les écoles- arrivent en pépiant à la façon de milliers d’étourneaux. Quand la représentation commence, le silence s’installe comme par magie, avec des fulgurances de rire du groupe dans son entier si Enée les provoque. Ils font ainsi connaissance avec Virgile, avec Homère, d’une autre manière, bien plus ludique, bien plus vraie.

Quant aux adultes, si le raccourci avec notre époque est vite et tristement fait, ce sont quelques 60 minutes de pur bonheur.

 

Mise en scène et adaptation : Claude Brozzoni
Par la Compagnie Brozzoni : Guillaume Édé (jeu et chant) & Claude Gomez (composition musicale et accordéon)
Scénographie : Élodie Monet
Costumes : Pascale Robin
Lumière : Nicolas Faucheux
Régie en tournée : Titou Victor
Traduction Paul Veyne, éditions Albin Michel
La Cie Brozzoni est en convention triennale avec le Ministère de la Culture DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Ville d’Annecy. Elle reçoit le soutien du Département de la Haute-Savoie.

Localisation : Marseille
Date : 13 février 2020
Saison Culturelle Carpentras - AnimartCentre Dramatique des Villages - Haut Vaucluse

Les vidéos les + vues

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus