A l’affiche : Saison lyrique 2017-2018 à l’Opéra Grand Avignon

24 août 2017

L’Opéra du Grand Avignon propose pour cette nouvelle saison lyrique et ce malgré les travaux de rénovation et des changements de lieux, une programmation de 8 productions d’opéras avec 3 créations scéniques soit 17 productions.
Les spectacles sont proposés sur plusieurs lieux dont principalement les scènes de l’Opéra Confluence et du Conservatoire du Grand Avignon à l’amphithéâtre Mozart.

Durant ces trois saisons lyriques hors les murs, Pierre Guiral a souhaité en sa qualité de directeur artistique développer une thématique sur le thème fondamental de la Déclaration des droits de l’homme : Liberté, Egalité, Fraternité. Une thématique chère à Avignon puisque le Centre historique de la Cité est classé depuis 1995 à l’UNESCO, tout comme l’originale de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » classée depuis 2003 par la France au Patrimoine « Mémoire du monde » de l’UNESCO.
Ainsi la saison 2017 2018 développera l’esprit des libertés avec la production de « L’enlèvement au sérail » qui abordera le thème du despotisme et celle du « Dialogues des Carmélites » pour la liberté de conscience poussée jusqu’au martyr.

 

Une Saison Hors les Murs pour cette première année de rénovation de l’Opéra Grand Avignon :

La saison lyrique débutera le 3 décembre avec « Orphée »,

Opéra de Christoph Willibald Gluck, créé Vienne en 1762 au Burgtheater en présence de l’impératrice Marie-Thérèse, puis révisé par Hector Berlioz en 1859. Le livret de Pierre-Louis Moline puise ses sources dans la mythologie grecque. La mise en scène est signée Fanny Gioria et la chorégraphie Eric Belaud. (Opéra Confluence)
Le rôle de d’Orphée sera interprété par Julie Robard-Gendre, celui d’Eurydice par Olivia Doray et Dima Bawab interprétera celui d’Amour.
Orphée est un héros mythique dont le chant transcende la loi des mortels et séduit les dieux. Danse, chœur et airs se fondent pour exprimer ce drame absolu qui interroge l’être humain dans sa vulnérabilité face à l’inéluctable…

29 décembre :  « Les Mousquetaires au couvent »

Opérette de Louis Varney créée à Paris aux Bouffes-Parisiens en 1880. (Opéra Confluence)
Le livret est tiré de « L’habit ne fait pas le moine » un vaudeville de Villain Saint-Hilaire. La mise en scène est de Valérie Marestin et la chorégraphie d’Eric Belaud. Le rôle de Simone est chanté par Claire de Monteil, celui de Brissac par Frédéric Cornille, Antonio Figueroa interprétera le rôle de Gontran, et Pauline Rouillard celui de Marie.
Pour exploiter la fibre burlesque du livret, la mise en scène se veut plus actuelle en transposant, et pourquoi pas, les mousquetaires en chasseurs alpin, le couvent en pensionnat de jeunes filles et la prise du voile en mariage arrangé.

Et en 2018 !
28 janvier : « Les dialogues des Carmélites » de Francis Poulenc

D’après l’œuvre de Georges Bernanos inspiré de la nouvelle de Gertrud von Le Fort « La Dernière à l’échafaud », ouvrage créé en 1957 à la Scala de Milan. (Opéra Confluence)
Nouvelle production scénique à Avignon dans une mise en scène d’Alain Timár(Directeur du Théâtre des Halles Avignon), des noms d »interprètes comme Marie-Ange Todorovitch, dans le rôle de Madame de Croissy , Patrizia Ciofi ( Madame Lidoine), Ludivine Gombert (Blanche de la Force) ou encore Rémy Mathieu dans le  rôle du  Chevalier de La Force, inspireront à venir découvrir cette nouvelle mise en scène. (Opéra Confluence)
L’incessant mouvement du bonheur au malheur et du malheur au bonheur ne réside-t-il pas dans le refus ou l’acception de ce qui advient ?

18 février, « l’Enlèvement au sérail »  de Wolfgang Amadeus Mozart

d’après la pièce de Christoph Friedrich Bretzner, opéra créé au Burgtheater à Vienne en 1782.
Cette production scénique est signée d‘Emmanuelle Cordoliani, la chorégraphie de Victor Duclos. Le rôle de Belmonte sera chanté par Blaise Rantoanina, celui de Konstanze par Katharine Dain, Elisa Cenni interprétera Blondchen et Cesar Arrieta, Pedrillo.
L’œuvre est légère et empruntée à la Commedia dell’Arte, Mozart utilise la mode de la musique exotique de l’empire ottoman, récemment défait militairement au porte de Vienne.

10 mars : « Le pays du sourire » de Franz Lehar

Opérette romantique tiré du livret de Ludwig Herzer et Fritz Löhner. créée à Vienne en 1923 puis dans sa version définitive au Berliner Metropol-Theater en 1929. (Opéra Confluence)
Pour cette production, la mise en scène est signée par Pierre-Emmanuel Rousseau, la chorégraphie est d’Elodie Vella. Le rôle du Prince Sou-Chong est interprété par Sébastien Droy, celui de la Princesse Lisa par Amélie RobinsMarc Scoffoni interprétera Gustave de Pottenstein et Norma Nahoun, la Princesse Mi.
Au pays du sourire, la comtesse Lisa a épousé le prince chinois Sou-Chong, mais incapable de s’accommoder à cette nouvelle culture le malheur est inévitable et l’amour se change en haine. Néanmoins, le prince respecte les usages : toujours sourire !

6 avril, « Vanda » de Lionel Ginoux

Un opéra de chambre pour mezzo-soprano, viole de gambe et électronique sur un livret de Jean-Pierre Siméon. (Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon)
Créé le 6 novembre 2016 à l’Opéra de Reims. Ambroisine Bré interprétera la mezzo-soprano, Marie-Suzanne de Loye sera à la viole de gambe . La mise en scène est signée par Nadine Duffaut, la scénographie par Emmanuelle Favre, Costumes de Danièle Barraud, Lumières de Philippe Grosperrin et la vidéo Arthur Colignon.
Pour cette partition, Lionel Ginoux a travaillé sur une musique de l’intime où il associe vocalité instrumentale de l’époque baroque et matière sonore des musiques contemporaines, aux pulsations des musiques actuelles, à l’émotion que dégage la voix lyrique.

17 mai : « Un barbier » d’après l’opéra « Il barbiere di Siviglia » de Gioacchino Rossini

Tiré de la comédie « Le Barbier de Séville ou la Précaution inutile » de Beaumarchais. (Opéra Confluence)
L’opéra est créé à Rome en 1816 au Teatro di Torre Argentina. La mise en scène est de Damien Robert. Le rôle du comte Almaviva sera chanté par Pierre-Emmanuel Roubet, celui de Figaro par Mathieu Gardon, Thibaut Desplantes interprétera celui de Bartolo et Olivier Dejean, Basilio, pour l’instant le rôle de Rosina est en instance de distribution.
Malgré une succession de catastrophes le soir de la première représentation où un chat traversa même la scène et la salle entière se mit à miauler. L’œuvre de Rossini est considérée comme un des chefs-d’œuvre de l’opéra-bouffe italien.

Clôture de la saison lyrique le 8 juin avec la célèbre « Traviata » de Giuseppe Verdi

d’après le roman d’Alexandre Dumas fils, opéra créé en 1853 au Teatro La Fenice de Venise. (Opéra Confluence)
La mise en scène est de Stephano Mazzonis di Pralafera. Le rôle de Violetta est chanté par Valery Maria Teresa Leva, celui d’Alfredo Germont par Davide Giusti, Aline Martin interprétera celui de Flora Bervoix , Sophie Pondjiclis celui d’Annina et Ernesto Petti, Giorgio Germont.
La Traviata fait partie de ce que l’on appelle la trilogie populaire de Verdi, les deux autres opéras étant Rigoletto et Il Trovatore. L’invention mélodique du compositeur y est constante et les passions humaines des différents personnages exacerbées.

Une saison hors les murs et de nouveaux talents à découvrir !

Par ailleurs, des manifestations dans différents lieux éclatés offrent un nombreux choix de sorties culturelles, un exploit que réalisent les responsables de l’Opéra du Grand Avignon et ce malgré les travaux pour la restauration de l’ancienne salle de la place de l’horloge.
La saison est également très riche en événements pour les structures musicales rattachées comme l’Orchestre Régional Avignon-Provence dirigé par Samuel Jean, le Chœur de l’Opéra du Grand-Avignon d’Aurore Marchand ou le Ballet de l’Opéra du Grand-Avignon dont le directeur de la danse et chorégraphe est Eric Belaud.
Aussi nous vous conseillons vivement de visiter le site : www.operagrandavignon.fr pour réserver vos dates et connaitre les lieux de diffusion. Tous les spectacles hors précisions auront lieu à 20h30.

Rendez-vous est pris avec vous pour vous présenter dans notre prochain article de Projecteur TV, consacré à la saison lyrique 2017 – 2018 de l’Opéra de Nice.

A l’affiche des saisons lyriques 2017 – 2018 des Opéras de la Région PACA