Accueil > Art > Cinéma > Projection sur grand écran : Gandhi de Richard Attenborough

Projection sur grand écran : Gandhi de Richard Attenborough

Gandhi, réalisé par Richard Attenborough en 1982 est un film sur la vie de Mohandas Karamchand Gandhi, militant politique né à Porbandar le 2 octobre 1869 et mort assassiné à Delhi le 30 janvier 1948. Important guide spirituel de l’Inde et du mouvement pour l’indépendance du pays, initiateur du Satyagraha, ou principe de non-violence par la désobéissance civile, nous vous proposons un résumé détaillé en 4 actes de cette projection sur grand écran pour « essayer de poser un regard différent sur les choses de la vie… »

critique Film gandhi biographie richard attenborough 1982

Gandhi, biopic de la vie de Mahatma Gandhi, a été réalisé par Richard Attenborough en 1982. Le film indo-britannique est en tout point de vue superbe, tant dans l’interprétation, que dans les paysages et les décors naturels qui sont splendides. Cette création cinématographique nous plonge dans un voyage en Inde où nous entraîne le réalisateur anglais.

Avant-propos du film Gandhi

« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon. Nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. » Mahatma Gandhi (1869 – 1948)

Gandhi richard attenborough affiche film 1982 indeLe 17 mars 2020, la France se confinait… Cette date marque le début du premier confinement, et la vie des français allait rentrer dans une période d’incertitude et de questionnement. De longs débats contradictoires sont apparus, des sentiments de doute, de peur, d’inquiétude personnelle légitime au chacun pour soi, les pour et les contre sur tant de sujets où on a pu entrevoir à la fois la quintessence des relations humaines, la solidarité jouant un grand rôle, mais aussi à de nombreuses postures de défiance, de discours et de discussions sans fin, propre à la nature humaine.

En écrivant cette nouvelle critique j’ai voulu apporter un peu de bienveillance, de spiritualité, voire de légèreté. Par le biais des citations de Gandhi et au travers de ce film qui retrace sa vie, nous pouvons essayer de poser un regard différent sur la façon dont nous recevons les choses de la vie…

Une anecdote sur la réalisation du film sur la vie de Gandhi

C’est en voyant des actualités à l’âge de 9 ans, sur Gandhi, que Richard Attenborough fasciné par le personnage, a pensé un jour réalisé un film sur lui.

Ce film nous fait découvrir l’incroyable destin d’un homme qui a voué sa vie à l’indépendance de l’Inde, en transmettant son message de paix, de tolérance et de non violence à travers le monde. Ce langage universel basé sur la bienveillance et la compassion, est aujourd’hui plus que d’actualité.

Au détour des citations que Gandhi a distillé durant toute son existence, et que l’on entend dans le film, j’espère que vous prendrez plaisir à la vision de ce magnifique film, où le dépaysement est garanti et recevoir, sinon des réponses, un peu de cette spiritualité qu’a si bien incarné Gandhi.

Qui était Mahatma Gandhi ?

Mahatma Gandhi, de son vrai nom Mohandas Karamchand Gandhi, est né en Inde en 1869 de parents hindous très pieux. Il grandit dans les valeurs hindouistes, mais sa famille est très ouverte et tolérante envers les autres religions. À l’âge de 14 ans, Gandhi épouse Kasturbai, suivant les coutumes de sa caste (les Vayshia), avec qui il restera marié jusqu’à sa mort.

ben kingsley film sur gandhi realisateur richard attenborough

Gandhi : Le pitch du film

De ses débuts d’avocat en Afrique du Sud défendant les droits de la minorité indienne à son retour dans son pays, Gandhi a mené son peuple à l’indépendance, jusqu’à son assassinat en 1948, ce drame-biopic parcourt sa vie et sa lutte en faveur de la communauté indienne par un combat pacifiste.

Si vous le voulez bien, pour réaliser cette critique sur ce film de plus de trois heures, j’ai fait le choix de choisir 4 scènes importantes et emblématiques, et les illustrer par une ou deux des citations si célèbres de Gandhi.

Le film fut couronné de 8 Oscars, et il faut dire que pour réaliser un tel film, sur une personnalité si complexe que Gandhi, le réalisateur Richard Attenborough se devait d’être au plus près de la vérité historique, et comme il le précise dans ses commentaires, il s’est entouré de nombreux spécialistes dont Motilal Kothari qui fut l’un de ses grands disciples, et qui le premier présenta au réalisateur une biographie de Gandhi, lui demandant de faire un film sur la vie du Mahatma.

Richard Attenborough nous indique également qu’il a fallu pas moins de 9 scénarios avant de choisir le bon, et qu’ils ont été très rigoureux quant à la genèse du destin fabuleux de ce petit homme affublé d’un dothi (pagne) et d’un simple bâton.

Toutes les scènes que l’on voit dans le film sont véridiques et cela apporte un véritable regard historique sur la vie du Mahatma Gandhi. Pour les jeunes générations c’est un véritable cours d’histoire que nous permet le visionnage de ce film.

Ben Kingsley et Gandhi film attenborough richard 1982 non violence

Dans tout biopic, le choix de l’interprète principal est hautement important, et il est toujours difficile de ne pas tomber dans la caricature. Mais ici, on peut dire sans aucune hésitation que le choix et l’interprétation de Ben Kingsley, dans le rôle titre, sont tout simplement époustouflants de justesse et de véracité.

Anecdote sur le choix du rôle titre du film Gandhi

John Hurt avait été pressenti pour le rôle principal et lors d’une audition, il voit sortir Ben Kingsley de sa loge et il s’écrie alors auprès de Attenborough « Je viens de croiser Gandhi ! »

Bien au delà de la ressemblance troublante entre Ben Kingsley (il est demi indien) et Gandhi, c’est son jeu et son mimétisme avec le Mahatma qui sont extraordinaires. C’est en partie une des grandes réussites du film, et le plus beau rôle de Ben Kingsley (Oscar du meilleur acteur en 1983).

Scène 1 : L’assassinat de Gandhi et ses funérailles

Assassinat de Gandhi jardin de Burla jan 1948 filmDès le début du film, on est confronté à ce qu’a combattu Gandhi toute sa vie, la violence et la haine. En effet les premières images nous font découvrir l‘assassinat de Gandhi, lors de l’heure de la prière qu’il donnait dans les jardins de Birla, le 30 janvier 1948, par un fanatique et extrémiste hindou, de trois balles de revolver au cœur.

Cette première scène où l’on voit Ben Kingsley, dans les jardins de Birla, en pagne blanc et soutenu par ses deux nièces, est criante de vérité. Le physique de l’acteur mais aussi le maquillage donne une image très réaliste du vénérable Gandhi, alors vieux.

Anecdote sur la scène des funérailles de Gandhi

Pour la cérémonie des funérailles qui suit juste la scène de l’assassinat, Richard Attenborough, le réalisateur, nous précise que ce n’est pas moins de 400 000 véritables figurants qui y participent et qui en fait la première séquence au monde avec autant de figuration physique (aujourd’hui on aurait utilisé des images de synthèse).

Les dernières paroles de Gandhi que l’on découvre dans le film « Oh mon Dieu… » sont ses véritables paroles lorsqu’il s’effondre sous les balles.

Quelques citations de Gandhi :

« Je suis prêt à souffrir n’importe quelle humiliation, n’importe quelle torture, un ostracisme absolu et la mort même, pour empêcher ce mouvement de devenir violence ou précurseur de violence. »

« Le bonheur, c’est l’harmonie entre ce que vous pensez, ce que vous dîtes, et ce que vous faites. »

Scène 2 : Premier discours de Gandhi sur la Non violence en Afrique du Sud

Dans cette scène, où l’on découvre Gandhi/Ben Kingsley, avec des cheveux, on assiste à l’un de ses premiers discours en 1906, alors qu’il démarre sa carrière d’avocat. Ce sont les prémisses de ce que sera le combat de sa vie, montrant également ses talents d’orateur et de charisme. Ben Kingsley est bluffant dans cette scène et son regard déjà hypnotique.

Ben kingsley film sur la vie de gandhi

On peut apprécier dans cette scène filmée dans une sorte de théâtre, le détail apporté aux vêtements et surtout à la physionomie des personnages… Un grand nombre d’indiens ayant participé au film. Les gros plans sont saisissants et si vrais.

La résistance par la non-violence

Cette résistance passive dont parle Gandhi : La Satyagraha (pouvoir de la vérité en Sanskrit) est donc née et a grandi en Afrique du Sud avant de se propager en Inde et finalement à toute l’humanité. La phase sud-africaine de Gandhi a une grande importance dans sa vie et l’histoire en général. Ses premiers pas en Afrique du sud sont assez déterminants sur le reste de sa vie. L’histoire nous apprends qu’il a vécu près de 20 ans en Afrique du sud et que c’est là qu’il a élaboré la Satyagraha, son principe de non violence par la désobéissance civile.

Quelques phrases du discours de Gandhi sur la non violence :

Discours prononcé à Genève le 30 décembre 1931.

« Quoiqu’ils nous fassent, nous ne tuerons personne… Ils saisiront tous nos biens… Mais ce qu’ils ne pourront prendre par la force, c’est notre dignité… »

« Ils peuvent me tuer, c’est ma dépouille qu’ils auront et non pas ma soumission. »

Comme un symbole, à la fin de son discours, l’assemblée se lèvera comme un seul homme, prêt à suivre ce qui sera leur futur guide, et entonne tous ensemble le God Save The Queen.

Une citation de Gandhi :

« La non-violence est mon premier article de foi. C’est aussi le dernier article de mon credo. »

Si il y a une citation qui caractérise bien sa pensée, c’est bien celle ci, et nous découvrirons tout au long du film ce qui va animer Gandhi toute sa vie : la désobéissance civile.

« Vivre simplement, pour que simplement d’autres puissent vivre. »

Scène 3 : Le massacre d’Amritsar

Cette haine et cette violence véhiculées par les extrémistes hindous et musulmans, mais aussi par l’occupant anglais, et qui aura fait tant de mal à Gandhi, on l’a découvre dès son assassinat et sera omniprésente durant tout le film.

le massacre de Amritsar inde

Ainsi il y aura de nombreuses scènes très réalistes de massacres (des deux côtés) montrés par le réalisateur comme le massacre d’Amritsar – connu aussi comme le massacre du Jalianwalla Bagh – où, le 13 avril 1919, après trois jours de violences meurtrières commises dans cette ville contre des civils européens par des Indiens suiveurs de Gandhi, les soldats indiens du Raj britannique ouvrirent le feu sur un rassemblement politique non autorisé de gandhiens, tuant plusieurs centaines d’entre eux.

C’est d’après le réalisateur un des moments les plus dramatiques du film, et certainement ce qui a déclenché et accéléré le départ de l’empire anglais de l’Inde.

Une citation de Gandhi :

« Le terrorisme et le mensonge sont les armes du faible, pas du fort. »

la marche du sel film sur GandhiScène 4 : La marche du sel

Gandhi lance un nouvel acte de désobéissance

En avril 1930, Gandhi entame la marche du sel.

C’est certainement le plus beau « coup » tactique de Gandhi. Accompagné d’une dizaine de disciples, puis rejoint par des milliers de sympathisants, il parcourt plus de 380 km jusqu’à la mer. Après 25 jours de marche, il s’avance vers l’océan et recueille un peu de sel. Par ce geste dérisoire et symbolique, Gandhi encourage à violer le monopole britannique sur la distribution du sel, qui oblige les indiens à payer un impôt sur le sel et leur interdise d’en récolter eux-mêmes.

Ce passage comme tant autres est un moment important du film, et il faut voir avec quelle énergie Ben Kingsley marche et entraîne derrière lui cette foule bigarrée… C’est une de mes scènes préférées. Il paraît que Gandhi marchait comme cela, vigoureusement et vite… Comme pour la scène des funérailles la foule devant l’océan est bien réelle et composée de milliers de figurants, Richard Attenborough insiste pour dire qu’il n’y a aucun trucages ni images de synthèse.

gandhi la marche du sel film attenborough

Une citation de Gandhi :

« Là où il y a l’injustice, j’ai toujours pensé que nous devions lutter… »

« Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses. »

Épilogue

Attenborough et kingsley aux oscars 1983

Richard Attenborough et Ben Kingsley à la Cérémonie des Oscars – 1983

Je finirai par les mots de Richard Attenborough sur son film qui résume bien la force et la grandeur du cinéma :

« En Inde, l’accueil du film a été extraordinaire. Et les gens qui étaient opposés à sa réalisation, qui étaient presque violents dans leur opposition, ont tous fait volte face, et ont accepté le film, à cause du scénario en partie et aussi à cause de l’extraordinaire interprétation de Ben, et enfin parce qu’on a tenté désespérément d’être honnêtes. On a vraiment tenté de communiquer la vérité de cet homme remarquable… »

Et n’oublions pas ce beau message pour l’humanité :

« L’amour est la plus grande force au monde et, en même temps, la plus humble qu’on puisse imaginer. »

Photo à la Une : Ben Kingsley marchant aux côtés de Candice Bergen dans une scène du film Gandhi, 1982 © Columbia Pictures/Getty Images

Les tags

Cinéma
Auteur : Joseph Lustro
Date : 15 avril 2021

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus