Opera de Monte Carlo
Accueil > Art > Artistes > Kyle (Eastwood) s’est fait un prénom et une place dans le… jazz

Kyle (Eastwood) s’est fait un prénom et une place dans le… jazz

Avec un nom aussi célèbre dans le cinéma avec d’abord son père Clint – acteur et réalisateur et sa sœur Alison , réalisatrice, malgré quelques apparitions comme acteur, Kyle a toujours préféré le jazz où il est à la fois reconnu comme musicien et compositeur.

Kyle Eastwood concert jazz Grasse 2020


Concert Jazz autour des musiques de films dans le Pays Grassois : rencontre avec Kyle Eastwood lors de son passage au Théâtre de Grasse pour présenter son dernier album Cinematic.

Kyle Eastwood, multi-instrumentiste et compositeur-arrangeur

Comme un certain nombre de « fils de » ou de « filles de » le public pourrait se dire que c’est facile avec un nom aussi connu… Il aurait pu suivre le chemin familial du cinéma où Clint (Eastwood), son père, s’est construit une belle carrière mais où s’illustre l’immense majorité de la tribu. La passion de la musique a été la plus forte, celle du jazz mais le cinéma n’est pas loin… Il a pratiqué le piano, la batterie avant de se diriger vers la contrebasse et la basse.
Pour son dixième album, il s’est replongé dans les films dont les musiques pouvaient se décliner à la sauce « jazzie », certaines très reconnaissables dès les premières notes, d’autres à découvrir. Pour cela il a fait appel à son complice Michaël Stevens, co-compositeur avec lui de quelques arrangements mais qui a aussi travaillé sur les films de Clint.

Notre interview avec Kyle Eastwood

En sortie du concert« Cinematic »

Projecteurtv.com – Philippe Déjardin: Votre dernier album Cinématic est dédié à la musique de films, le cinéma pour vous c’est avant tout une affaire de famille?

Kyle Eastwood: Bien sûr. Quand j’étais enfant, j’ai vu beaucoup de films et j’écoutais beaucoup de musique également. C’étaient les deux passions de ma famille, les films et la musique.

Vous avez même commencé des études de cinéma …

Kyle Eastwood: J’ai étudié le cinéma à USC (L’Université de la Californie du Sud) mais pas très longtemps, deux ans seulement. Je faisais de la musique en même temps et finalement j’ai préféré la musique, même si j’aime beaucoup le cinéma.

Votre première rencontre marquante avec le jazz vient du Festival de Jazz à Monterey ?

Kyle Eastwood: J’ai entendu Count Basie c’était en 1977. Mes parents écoutaient beaucoup de musique et de Jazz, mais Count Basie, était mon premier concert. Je me rappelle que j’étais très impressionné par le son du Big Band.

Mais l’envie d’en faire une carrière est venue beaucoup plus tard dans un club à Los Angeles avec votre père où vous être captivé par Bunny Brunel, le bassiste?

Kyle Eastwood: Oui je suis allé dans un club, le Dante à Los Angeles, j’ai entendu le trombone de Bill Watrous, il jouait avec Bunny Brunel qui est un bassiste de Nice, c’était super. J’ai fini par étudié la basse et la contrebasse avec lui. Il a été un professeur important.
Il est pas très connu en France, Bunny Brunel, car il est parti aux États Unis en 1977 pour jouer avec Chick Corea et il est resté en Amérique.

Une autre personne importante est Michael Stevens. Il a composé beaucoup de musique avec votre père et vous avez composé ensemble 4 morceaux.Cela nous ramène à votre dernier album.

Kyle Eastwood : Oui nous avons écrit beaucoup de musiques de films ensemble et nous avons également écrit des morceaux pour mon album. Nous nous sommes rencontrés à l’USC, il étudiait la musique et c’est à cette époque où j’étais de plus en plus attiré par la musique et de moins en moins dans les films.

Pour cet album, comment avez-vous choisi les musiques?

Kyle Eastwood: Je voulais choisir des morceaux qui étaient familiers et d’autres un peu moins connus comme Per le antiche scale d’Ennio Morricone. The Eiger Sanction de John Williams est un peu moins connue et ça fait une interprétation jazzy, un mix de musique classique et de jazz.

Et pour l’ordre des titres sur l’album?

Kyle Eastwood: Pour l’ordre je mets tous les morceaux dans l’ordinateur, et au hasard, après c’était la meilleure séquence à l’oreille.

Parlez-nous des deux invités qui ont fait les voix, Camille Bertault et Hugh Coltman

Kyle Eastwood : J’ai vu Camille chanter à Paris au New Morning puis je l’ai regardé sur YouTube, elle chantait Giant Steps‘ de Coltrane et là j’ai fait « wow ». J’ai toujours adoré le morceau et je trouvais qu’elle avait la voix qu’il fallait pour Les Moulins de mon cœur.
Et pour Hugh je l’ai vu avec Eric Legnini à un concert à Paris et j’ai écouté le morceau  Sin City avec Stefano di Batista. J’aime beaucoup sa voix et je trouve qu’elle colle bien sur Gran Torino

L’album est aussi un hommage à votre père puisque vous avez choisi des musiques de ses films

Kyle Eastwood : Oui il a composé le morceau de Unforgiven, c’est une composition originale de mon père.

Je sais que vous avez une relation particulière avec Ennio Morricone

Kyle Eastwood: C’est l’un de mes compositeurs de musiques de film préférés. Il a travaillé avec mon père sur les films de Sergio Leonne, il a fait plusieurs musique de film pour mon père, In the Line of Fire et aussi peut être Deux Mules pour Sister Sarah avec Shirley MacLaine, donc il y a définitivement des connections. J’aime beaucoup ce qu’il a fait.

Vous êtes né à Los Angeles, l’endroit où vous avez décidé d’être un musicien, suivez vous également le parcours incroyable des Lakers?

Kyle Eastwood: Pendant le confinement j’étais en Californie, tous les concerts étaient annulés et donc j’ai vu quelques matchs des Lakers, oui j’aime bien, mais j’ai grandi à Carmel plus près de San Francisco, et donc je ne les connais pas trop.

Le public de notre région a la chance de vous voir jouer plusieurs fois avant la fin de l’année. Ajaccio,Six Fours et Monaco *, Quand vous ne pouvez pas jouer, comment occupez vous votre temps?

Kyle Eastwood: J’ai écrit quelques morceaux pendant le confinement et j’aime bien juste répéter, surtout la contrebasse, parce que c’est dur.

A quel rythme ?

Kyle Eastwood : Une à deux heures par jour, parfois un peu plus. Je devrais répéter cinq ou six heures par jour, mais les meilleurs apprentissages ce sont les concerts avec les musiciens comme ce soir même si c’est fatiguant. J’ai très mal aux doigts après ces deux concerts dans l’après-midi. Mais il n’y a pas mieux !

* Kyle Eastwood sera en concert dans le sud de la France à Ajaccio (22/10) Six Fours (30/10) & Monaco (27/11) 
(dates annoncées avant l’extension du couvre-feu.Se renseigner sur place)

Localisation : Grasse
Date : 24 octobre 2020

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus