La transmission des Patrimoines culturels en héritage ! Journées Européennes du Patrimoine

30 septembre 2017

Permettre au plus grand nombre d’aller à la découverte des richesses de nos patrimoines, transmettre les savoirs d’antan en sensibilisant et responsabilisant la jeunesse, savoir ouvrir son esprit et son cœur au génie humain et à la beauté de la nature, voilà sans nul doute la volonté de ces 34ème Journées Européennes du Patrimoine.

Après le succès, en 1983, de la “Faites de la Musique“, Jacques Lang, alors ministre de la Culture, récidive en 1984, pour notre plus grand plaisir, avec la création des “Journées Portes Ouvertes des Monuments Historiques”. A l’initiative de la France, le Conseil de l’Europe adopte cette formule magique et instaure, en 1991, les “Journées Européennes du Patrimoine“.
En 2017, cinquante états participent, à travers le monde, à cette grande Fête de la Culture, avec environ 17 000 lieux qui s’ouvrent au public et accueillent plus de 12 millions de visiteurs.

Placé en 2017 sous le signe de “Patrimoine et Nature” et la jeunesse, nous avons voulu rendre un hommage légitime à son créateur en abordant ces journées sous le thème de la musique et de la transmission des patrimoines intergénérationnelles.

Journées Européennes du Patrimoine, “Un week-end dans l’air du Temps” de la transmission à la jeunesse.

Festival d’Art Sacré d’Antibes

Fidèles à la notion de Patrimoine tel que le définit l’UNESCO, nos pas nous ont conduit le 16 octobre dans la magnifique Cathédrale d’Antibes où se trouve le célèbre retable peint par Louis Bréa au 16ème siècle .
Philippe Depétris, le directeur artistique du festival, a pour cette soirée programmé la 6 ème symphonie de Ludwig van Beethoven, appelé plus couramment “La Pastorale” ; œuvre par excellence et véritable hymne à la Nature. L’Orchestre de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur nous en a proposé une remarquable exécution sous la direction de son nouveau directeur musical Benjamin Lévy.

N’oublions pas que Ludwig van Beethoven et Johann-Sébastian Bach sont les deux seuls compositeurs dont des œuvres sont inscrites à ce jour au Registre des Patrimoines Mondiaux de l’UNESCO.

Musée International de la parfumerie de Grasse

Puis, le 17 octobre, le MIP, Musée International de la Parfumerie de Grasse a retenu toute notre attention.
En effet, depuis 2014, les Savoir-Faire liés au Parfum ont été reconnus au Patrimoine Culturel de la France et sont en instance de recevoir l’agrément de la commission du Patrimoine Immatériel de l’UNESCO.

Née“dans un grand champ de fleurs“, l’histoire du parfum est intimement liée à la Ville de Grasse et à son rayonnement international. Le Savoir-Faire du Parfum tire ses origines de la science des fumigations rituelles et médicinales ; il est un élément essentiel du Sacré et le symbole par excellence du pouvoir de la séduction.

Le MIP nous propose un parcours initiatique, de l’Egypte ancienne au XXIème siècle, avec de remarquables collections et de magnifiques objets, comme ce coffre de voyage de la reine Marie-Antoinette. Une fabuleuse rencontre, avec l’histoire de ces femmes et ces hommes portant cet Art, ce “Savoir-Être” qui associe la culture des plantes aromatiques aux transformations olfatiques les plus raffinées, avec une seule volonté, composer le Beau dans l’alchimie des Sens.

Notre souhait le plus cher : qu’en 2018 le MIP, Musée International de la Parfumerie, soit un des éléments porteurs de l’agrément du Parfum au Patrimoine Immatériel de l’UNESCO.

Festival de Quatuors à cordes en Pays de Fayence

Enfin, pour terminer ce week-end hors du temps, nous avons décidé de nous rendre dans les pittoresques villages perchés du Pays de Fayence, dans le Var, à la rencontre du Festival de Quatuors à cordes où a joué le célèbre Ensemble nord américain, le “Fine Arts Quartet“.
Créé en 1946 par “l’American Broadcasting Company de Chicago”, cet Ensemble est certainement l’un des plus anciens quatuors constitués à perpétuer cette expression musicale à travers le monde.
L’Art du quatuor est extrêmement difficile ; il demande une grande technicité, la perfection musicale et une harmonie parfaite entre les quatre instrumentistes, tous des virtuoses.
Formation instrumentale classique propre à la musique de chambre, elle connait un vif succès au siècle des Lumières, avec de grands compositeurs comme Haydn, Mozart, le chevalier de Saint-George, puis plus tardivement avec Beethoven, Brahms, Liszt ou Debussy, pour ne citer qu’eux.

Nous avons rencontré les membres de cette formation américaine qui va renouveler deux de ses pupitres au mois d’octobre, ce qui n’est pas une mince aventure. Le Quatuor est en réalité un patrimoine immatériel qui se transmet de musiciens en musiciens dans la symbiose de la perfection musicale. Pour preuve, cette sublime interprétation de l‘adagio de Samuel Barber, œuvre hautement symbolique qui a été interprétée en 1963 pour les funérailles du Président John Fitzgerald Kennedy.

Extrait de l’ adagio de Samuel Barber, interprété par le Fine Arts Quartet – limité a 3 minutes, dans le respect des droits d’auteur.

Ainsi, en deux jours, nous avons pu approcher l’extrême richesse des Patrimoines dans leurs diversités. Alors, comme nous, laissez vous séduire par ces Journées qui vous ouvrent les portes d’un Monde de la Beauté et de la transmission d’une connaissance et d’un savoir d’antan, tout en sachant ouvrir vos cœurs et votre esprit à l’héritage culturel de l’Humanité.

© Photos et Vidéos Béatrice Gernez