Magali Léger au Festival des Nuits Caraïbes 2018 : “Claude Debussy, dans un vent de liberté”

21 juin 2018

Après le succès des Nuits Caraïbes 2017, les organisateurs du festival ont souhaité rendre un hommage particulier à Claude Debussy à l’occasion de la commémoration du 100ème anniversaire de sa mort en mars 1918.

Notre présence en Guadeloupe du 17 au 24 février nous a permis de retrouver et d’apprécier le talent de la soprano antillaise Magali Léger, lors de sa représentation vocale et scénique à cette édition 2018 du Festival des Nuits Caraïbes.

Les Nuits Caraïbes, un festival qui rend un hommage tout particulier au compositeur Claude Debussy

Au début de l’année 1870, à l’approche de la guerre naissante, Achille-Claude Debussy part avec sa mère enceinte, son frère et sa tante Clémentine, à Cannes. Sa tante décelant en lui des dispositions artistiques, lui trouve son premier professeur musique Jean Cerutti, un violoniste italien, . C’est à Cannes,  dans notre belle région de Provence qu’enfant il découvre et se façonne dans l’univers musical.

Claude Debussy est l’image même d’un compositeur anticonformiste

Il rejette tous les académismes esthétiques et son influence est décisive dans l’histoire de la musique. Il donne à la musique de chambre des accents impressionnistes tout en utilisant une palette sonore particulièrement riche et évocatrice. Avec “La Mer”, l’œuvre la plus connue du grand public, il renouvelle la forme symphonique. Avec “Pelléas et Mélisande”, il fait sortir l’opéra français de la tradition du drame lyrique. Tandis qu’avec “Jeux”, il inscrit la musique pour ballet dans un modernisme prophétique.
Avec “Prélude à l’après-midi d’un faune”, joué avec dextérité par Yves Henry au piano, nous avons eu le plaisir d’écouter cette œuvre musicale lors du concert inaugural. Il est indéniable que Debussy se place au premier rang de la musique moderne et met ses compositions à l’avant-garde musicale.

Debussy incarne la révolution musicale du vingtième siècle où souffle un vent de liberté.

Aussi, c’est avec un réel intérêt que nous avons souhaité honorer la mémoire de ce maître à penser de la musique française dans un environnement on ne peut plus original, sous la douceur des tropiques. Au programme, une semaine de découvertes en Guadeloupe de lieux authentiques, comme l’habitation Maud’huy à Saint François, le Pavillon de la Ville de Pointe à Pitre nouvellement restauré ou la Chapelle Néron au Moule, lieu emblématique des Routes du Patrimoine Caribéen.

Quatre concerts dans des lieux authentiques du patrimoine culturel guadeloupéen

Les Nuits Caraïbes ont mis à l’honneur ce grand compositeur, avec quatre concerts de musique de chambre dans des espaces souvent intimistes et chargés d’émotion. Quatre spectacles de mélange des genres alliant des artistes de qualité et un ensemble vocal, “La raison folle”, qui ont su prouver le bien fondé d’un festival dédié à la musique classique en terre du Zouk, de la Biguine et des nonchalances tropicales.

Voyage musical au coeur des tropiques avec la soprano Magali Léger

Comme en 2017, Magali Léger nous a charmés, lors du concert inaugural, par son talent et son interprétation brillante du “colibri” et de “la chanson perpétuelle” sur un texte de Charles Cros, deux ouvrages lyriques d’Ernest Chausson, elle était accompagnée au piano par Yves Henry, le directeur artistique du festival. Nous avons également pu apprécier, pendant cette même soirée, un quatuor talentueux, le “Quatuor Debussy”, ce qui est assez emblématique pour rendre un hommage légitime à ce compositeur. Dans le salon de cette authentique demeure créole, la musique devenait un enchantement qui s’alliait délicieusement au charme et à la douceur environnante.
Lors de la deuxième soirée, nous avons pu apprécier des musiques de Schumann et Brahms dans des œuvres pour quatuor à cordes et piano, de remarquables quintettes joués avec un plaisir partagé devant un public nombreux et attentif.
Pour le troisième concert, l’Ensemble vocal “La raison folle” a proposé un programme éclectique de Bach à Henry Salvador, dans un mélange de style étonnant mais très sympathique et original. Nous avons pu, en autre, entendre une œuvre de Louis Rodet Abel, un des chanteurs de l’ensemble. Un ensemble vocal de très grande qualité qui a su nous transmettre leur passion de la musique et la joie de leur complicité artistique.
Enfin, pour clore le Festival, nous avons retrouvé l’ensemble des artistes pour un double concert dans un lieu original, la Chapelle Néron, inscrite au Patrimoine culturel de la Guadeloupe. Magali Léger a su nous séduire avec son interprétation de Strauss et Gershwin, tout comme l’ensemble vocal “La raison folle” dans une grande liberté d’harmonie musicale. Une soirée émouvante et de partages pour la plus grande joie du public qui a su réserver aux artistes des applaudissements mérités.

Magali Léger, des Nuits Caraïbes au Festival de Lacoste Pierre Cardin

C’est avec impatience que nous attendons la venue de Magali Léger au Festival de Lacoste en juillet prochain, où elle interprètera dans un spectacle éblouissant le rôle de Joséphine Baker, comédie musicale qui ouvrira le festival au 16 juillet .
Artiste afro-américaine, Joséphine Baker est naturalisée française en 1937, c’est une artiste chère à la Guadeloupe puisqu’elle parraina Gérard La Viny en 1955 à “la Canne à sucre”, célèbre établissement parisien qui sera pendant de nombreuses années le temple de la Biguine et l’image des Antilles en Métropole.

Une belle réussite pour Bernadette Beuzelin, fondatrice de cet événement des Nuits Caraïbes, qui fait vivre avec courage cette 16ème édition, un festival évoluant dans un environnement difficile où la musique classique doit encore trouver ses marques. Heureusement, Bernadette Beuzelin sait nous transmettre avec passion son amour de la Musique.

Pour suivre les actualités du
Festival des Nuits Caraïbes
Festival de Lacoste 

© Photo à la une : Espace Cardin
© Photo galerie : Béatrice Gernez