Accueil > Territoire > Patrimoine > Le Patrimoine Immatériel de l’UNESCO

Le Patrimoine Immatériel de l’UNESCO

Patrimoine Immatériel de l'UNESCO

Le Monde face à l’enjeu culturel et social de ses Patrimoines immatériels.

Le Patrimoine Immatériel est l’héritage des traditions orales intergénérationnelles à travers le monde, dans ses plus grandes diversités grâce aux transmissions intergénérationnelles comme la musique, la danse ou le savoir des anciens.
Si l’expression « Patrimoine Culturel Immatériel » a été officialisée en 1993, l’idée de Patrimoine Immatériel est cependant plus ancienne.
En effet lors de la conférence mondiale sur les politiques culturelles de Mexico en 1982 une première réflexion était proposée pour inclure au Patrimoine culturel mondial une notion de « créations anonymes, surgies de l’âme populaire, qu’elles soient matérielles et non matérielles ».

Il faudra attendre 1997 lors d’une conférence à Marrakech, à l’initiative d’intellectuels marocains et de l’Unesco, pour établir une distinction « Patrimoine oral de l’humanité ». Cette distinction appelée « Proclamation des chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité » prendra officiellement naissance en 2001 avec une première liste de candidatures proposées par les États. Enfin, en 2003, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée par l’Unesco, elle entrera en vigueur en 2006.

A l’image du Patrimoine Mondial, deux listes ont été créées d’abord une liste représentative puis une liste de sauvegarde urgente. En 2018, 163 États ont déposé des demandes d’approbation ou d’adhésion auprès de la Convention de l’UNESCO.
Les biens proposés doivent être une expression culturelle vivante ou menacée. Ils doivent aussi faire l’objet de programmes de préservation et de promotion. Aujourd’hui cette liste est établie tous les deux ans par un jury international.

La Liste du patrimoine mondial rassemblent des biens qui ont une valeur universelle exceptionnelle.

La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel définit des domaines dans lesquels le patrimoine peut se manifester comme : les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel, les arts du spectacle, les pratiques sociales, les rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers, ainsi que les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

En 2019, la Liste représentative compte 508 biens correspondant à 122 pays, la France a inscrit 17 patrimoines, dont en novembre 2018, lors de la dernière réunion du comité de l’UNESCO à l’Ile Maurice : « Les savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse », et « L’art de la construction en pierre sèche : savoir-faire et techniques ».

Aussi la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel est la source principale de notre diversité culturelle et sa continuation une garantie pour une créativité continue qui peut se définir ainsi : « On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Aux fins de la présente Convention, seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme, ainsi qu’à l’exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus, et d’un développement durable. »

Aussi j’aimerai, pour terminer cette présentation, donner la parole à Cécile Duvelle, qui a été responsable de la division du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO : « la Liste représentative ne vise pas à récompenser les meilleures expressions culturelles du monde. La seule chose que l’on prend en compte, c’est l’importance subjective qu’a telle ou telle pratique pour la communauté qui la maintient en vie ». Cependant elle nous met également en garde contre l’instrumentalisation politique éventuelle, à des fins nationalistes, de l’inscription de pratiques culturelles dans certains pays.

Nous vous donnons rendez-vous en avril pour vous présenter « Le patrimoine mémoire du Monde » ou « Registre du Monde » au cœur du Patrimoine mondial.

Liens Utiles

Liste du Patrimoine Immatériel à travers le Monde
Liste du Patrimoine Immatériel nécessitant une sauvegarde urgente
Liste du Patrimoine Immatériel Français
Un exemple Français : « les savoir faire lies au-parfum en Pays-de Grasse »

La France au cœur des Patrimoines mondiaux de l’Humanité de l’UNESCO
Patrimoines de l’Humanité : un enjeu majeur pour l’UNESCO
Le monde des croisières au cœur des Patrimoines de l’UNESCO
Patrimoine de l’UNESCO, les Alpes Maritimes au parfum en Pays de Grasse !

© Photo à la Une : Alain Laurioux – Cadre Noir de Saumur – www.lavoixdunord.fr

Liste du Patrimoine Immatériel Français agréé à l’UNESCO

Créé en 2003, le Patrimoine Immatériel a pour mission d’agréer les traditions héritées de la transmission orale intergénérationnelle comme la musique, la danse ou le savoir des anciens. Ainsi, 2018 a vu être classé les « Savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse », un grand honneur pour notre région et le département des Alpes-Maritimes. Il y a aujourd’hui 17 biens français agréés à l’UNESCO :
Les savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse
L’art de la construction en pierre sèche : savoir-faire et techniques
La fauconnerie, un patrimoine humain vivant
Le carnaval de Granville
Les fêtes du feu du solstice d’été dans les Pyrénées
Le gwoka : musique, chants, danses et pratique culturelle (Guadeloupe)
Les ostensions septennales limousines
Le fest-noz, rassemblement festif (danses traditionnelles de Bretagne)
L’équitation de tradition française
Le compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier
Le repas gastronomique des Français
Le savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon
La tapisserie d’Aubusson
La tradition du tracé dans la charpente française
Le Cantu in paghjella profane et liturgique de Corse
Le Maloya (Ile de la Réunion)
Géants et dragons processionnels de Belgique et de France

Date : 20 février 2019
Centre Culturel de la Roque d'Anthéron

Les vidéos les + vues

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus