Patrimoine Vaison la Romaine
Accueil > Territoire > Lieux > Le MUCEM, un Musée pour la Méditerranée à Marseille

Le MUCEM, un Musée pour la Méditerranée à Marseille

Mucem J4_passerelle_FSJ_eclairage Yann Kersale © Mucem_Lisa Ricciotti_Architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta

Le MUCEM, un Musée pour la Méditerranée, un regard ouvert sur le monde

Marseille cosmopolite ouvrière fraternelle

Marseille est née de la mer. Sans elle, Protis, ce marin venu de Phocée, n’aurait pas bu à la coupe de la belle Gyptis. Les Marseillais sont viscéralement attachés à leur mer, à leur port. Le J4, pour les travailleurs portuaires, c’était le lieu d’où provenait le poisson tout frais, les anchois, les sardines. On y faisait des grillades. Les bars alentours ouverts jusqu’à 1 heure du matin pour reprendre à 4h, place de la Joliette, fourmillaient de ces ouvriers portuaires qui parlaient toutes les langues car il y avait toutes les nationalités chez les dockers. Là, avec ceux qui déchargeaient les mêmes cales, les mêmes bateaux, le dos courbé sous le poids, là se construisait la Marseille cosmopolite ouvrière fraternelle. Gagné sur la mer au XIXème siècle, le môle J4 était encore dédié à l’activité portuaire jusqu’en 1997.

Quand le projet Euroméditerranée a prévu un équipement spécifique situé à la proue du J4, les habitants familiers du lieu ont pris la nouvelle avec circonspection. C’est qu’il ne faut pas leur en compter, aux Marseillais ! Leur rade, cette mer bleue où dansent les poissons, ces fonds de cale, ces hangars qui sentent le poisson, c’était à eux. Détruire les hangars, c’était faire table rase du passé, des luttes ouvrières, d’un temps révolu où le port de Marseille comptait ici ses ouvriers par milliers. C’est dire si le projet avait intérêt à être à la hauteur ! Et la réalisation fut à la hauteur des espérances !

 

Vue-sur-le-Mucem-©Photo-Cyrille-Weiner_Mucem.jpg

Vue sur le Mucem ©Photo Cyrille Weiner Mucem 

Le Mucem, sans trame, ni chaine, une résille, véritable dentelle de béton, pour voir au-delà des mers…

Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée implanté sur l’esplanade du J4 a ouvert ses portes, le 7 juin 2013. Du Fort Saint-Jean rénové au J4 en passant par le Centre de conservation et de ressources à la Belle-de-Mai, le Mucem, héritier du musée national des Arts et Traditions Populaires de Paris s’étend sur plus de 40 000m². Au cœur de cette structure multiple, le môle du J4, du nom de l’emplacement historique, imaginé par Rudy Ricciotti en partenariat avec Roland Carta attire tous les regards.
Librement accessibles depuis le rez-de-chaussée, deux rampes extérieures serpentent jusqu’au toit-terrasse, invitant le visiteur à vivre une fascinante promenade ascensionnelle, multipliant les panoramas sur le fort Saint-Jean, le large et l’horizon, visibles à travers la fine résille de béton qui enveloppe délicatement le bâtiment.
De la terrasse s’élance une passerelle aérienne vers le fort Saint-Jean. Ici, ni arc ni hauban, mais un simple trait de béton noir suspendu à 19 mètres de hauteur. Un défi technique remarquable.
Quand la nuit tombe, le bâtiment s’anime de douces lumières imaginées par l’artiste Yann Kersalé, tel un nouveau phare aux portes de Marseille.
Ce bloc minéral entouré d’une résille de béton dévoile de nombreuses salles d’expositions dont la Galerie de la Méditerranée, espace permanent entièrement dédié à l’Histoire de la civilisation méditerranéenne. C’est une invitation à aller au-delà du Monde connu qui attend le visiteur. Grâce à l’impressionnante collection conservée par le Mucem (environ 1 million d’œuvres), la Galerie de la Méditerranée renouvelle régulièrement les œuvres présentées avec toujours cette optique de mieux faire comprendre la civilisation méditerranéenne.

 

Passerelle_fort_saint_jean_j4_©_mucem___agnes_mellon_–_architectes_rudy_ricciotti_et_roland_carta_

Passerelle entre le Fort Saint Jean et le Mucem ©mucem Agnes Mellon architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta

Une passerelle entre passé et présent
Le Fort Saint-Jean

Le Fort Saint-Jean est un complexe militaire indissociable de l’histoire de Marseille. Si ses fondations remontent à la fin du XIIe siècle, la construction du fort à l’emplacement de l’ancienne commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem date du XVIIe siècle, lorsque Louis XIV décide de renforcer les défenses de la ville. Il conservera une vocation militaire pendant plus de trois siècles. Cet ancien fort militaire, totalement inaccessible au public, avait jusqu’ici des allures de forteresse imprenable. En 2013, son ouverture fut donc une ‘première’ historique: entièrement restauré, le fort s’ouvre, depuis, gratuitement aux Marseillais, qui se sont immédiatement réapproprié le site, à la manière d’un nouvel espace public. Si certains bâtiments accueillent des expositions, le fort Saint-Jean est avant tout un nouveau lieu de vie au cœur de la cité phocéenne, offrant une large palette d’activités, entre parcours historique, promenade botanique au fil du Jardin des Migrations, et découverte de panoramas spectaculaires, invisibles jusqu’alors. De nombreuses autres expositions temporaires, rencontres, débats, projections, spectacles sont également prévus tout au long de l’année. Classé monument historique en 1964, puis placé sous la tutelle du ministère de la Culture, le fort bénéficie de travaux de restauration à partir de 2005 dans la perspective de l’ouverture du Mucem. Le fort est relié au bâtiment J4 par une passerelle de 115 mètres de long. Au carrefour des deux passerelles du Mucem, le fort Saint Jean constitue ainsi un véritable point de jonction entre la ville et le musée, entre l’histoire et son écrin contemporain.

 

Passerelle et toit terrasse_J4 (c) Mucem_Agnes Mellon_Architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta

Passerelle et toit terrasse_J4 (c) ©mucem Agnes Mellon architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta

Les Expositions vues au Mucem

Exposition au Mucem, Voyage Voyages : Regards croisés d’artistes sur le … Voyage
Exposition Mucem : Giono et ses zones d’ombre
Kharmohra : L’Afghanistan au risque de l’art, une exposition au Mucem pour rappeler la mémoire
Exposition au Mucem : Jean Dubuffet, un barbare en Europe
La transition de l’art africain – Mohammed Kacimi – Mucem
Marseille : l’Amour de A à Z exposé au Mucem
Marseille : « Evolutions élastiques » et « Installations » de Johann Le Guillerm, « du pas grand chose au reste du Monde »

Infos Pratiques
MUCEM
7 promenade Robert Laffont (esplanade du J4)
13002 Marseille
+33 (0)4 84 35 13 13

Autres articles du même auteur 

Marseille, contée par ses monuments…Histoire et Patrimoine
Le Château de Florans de la Roque d’Anthéron : Un festival mais pas que…

Localisation : Marseille
Date : 25 février 2020

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner
x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus