Accueil > Territoire > Festivals > Festival Photo Marseille, Un Festival d’art gratuit et fédérateur

Festival Photo Marseille, Un Festival d’art gratuit et fédérateur

Le Festival Photo Marseille, a présenté une centaine de photographes dans 21 lieux de la Ville qui s’est terminée le 19 décembre 2021. Eric Bourret, photographe mis à l’honneur cette année, qui se dit « Traversé par les paysages qu’il traverse » expose à la Vieille Charité jusqu’au 27 février 2021. Le Festival est dirigé par Christophe Asso, lui-même photographe.

Photo Marseille Festival vielle Charité - Eric Bourret

Le Festival Photo Marseille propose chaque année d’octobre à décembre une programmation autour de la photographie contemporaine (expositions, projections, conférences, ateliers, etc…), un véritable parcours dans la ville de Marseille à la rencontre des photographes d’aujourd’hui. Depuis sa création en 2011 ce festival photographique se donne comme axes forts la découverte de jeunes talents, avec le Prix Maison Blanche notamment, et la mise en lumière de photographes reconnus de la scène internationale. La manifestation fait ainsi le lien entre l’histoire de la photographie et ses pratiques actuelles à travers des expositions, projections, et des actions pédagogiques auprès du public (visites médiatisées, ateliers, conférences, master class). Dès 2021 le festival a ambitionné d’investir l’espace urbain à grande échelle en s’appuyant sur la richesse du patrimoine marseillais pour contribuer à la diversification des publics.

Lara Almarcegui - Les friches Rio Tinto à L'Estaque, Marseille

© Lara Almarcegui – Les friches Rio Tinto à L’Estaque, Marseille

Le Festival Photo Marseille, un événement fédérateur

On dit souvent que l’identité de Marseille est constituée de celles des 111 quartiers qui la composent. La programmation du festival a été une aventure collective qui a constitué et valorisé un réseau de partenaires, acteurs culturels autour d’un événement fédérateur. Au fil des éditions le festival est devenu un acteur incontournable pour valoriser et structurer le secteur de la photographie, par le soutien à la création et à la production, la diffusion œuvres et l’organisation de rencontres professionnelles.

Rencontre avec Christophe Asso, directeur du Photo Marseille Festival

Danielle Dufour Verna/Projecteur tv – Bonjour, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Christophe Asso – Je dirige le Festival Photo Marseille depuis sa création en 2011.

DDV – Il a pris, ce me semble, cette année, une plus grande envergure…

Christophe Asso – Il est vrai que depuis sa création le Festival Photo Marseille s’est bien développé. En 2011, on a démarré, surtout autour du Prix Maison Blanche qui est un prix destiné aux photographes émergeants, en début de carrière. Cette année, 21 lieux ont été partenaires du Festival. Nous avons notamment depuis 2 ans un partenariat avec les Musées de Marseille qui avait été initié avec les expositions Man Ray au Musée Cantini et au Château Borély avec deux expositions que les musées de Marseille avaient organisées autour de « Man Ray et la mode ». Chaque année, depuis 2015, j’invite un photographe de la région. Cette année, j’avais proposé à Eric Bourret, un photographe installé à Marseille depuis 1992, d’être l’invité d’honneur qui a accepté avec plaisir. On présente le travail d’Eric Bourret au centre de la Vieille Charité depuis le 28 octobre jusqu’au 27 février. C’est une exposition importante, à la fois pour Eric Bourret car c’est la première fois qu’il fait une exposition personnelle dans sa ville d’adoption qui est Marseille, et pour le Festival, c’est une exposition importante parce qu’elle se fait avec le concours des Musées de Marseille et que la Vieille Charité est un lieu assez prestigieux.

festival photographique Marseille Celine Ravier_Mada

© Celine Ravier Mada

DDV – Lieu emblématique de Marseille

Christophe Asso – Oui, emblématique, qui a une reconnaissance nationale et internationale. Je suis très content de ce partenariat avec les Musées.

DDV – Combien de photographes ont été exposés ?

Christophe Asso – Plus d’une centaine dans 21 lieux. En fait, il y a une quarantaine d’évènements différents tout au long du Festival.

DDV –Donc un partenariat avec la Mairie de Marseille.

Christophe Asso –Oui, la Mairie de Marseille soutient le Festival depuis le début avec les autres collectivités locales que sont le Département des Bouches du Rhône et la Région Sud, également la Métropole qui nous met à disposition de l’affichage pour le Festival. On a aussi un soutien relativement important de la SAIF qui est la Société des Auteurs de l’Image Fixe qui est une société d’auteurs qui nous soutient depuis deux ans et des partenaires privés.

DDV – Gratuité ?

Christophe Asso – Les évènements du Festival, pour la plupart, sont gratuits. Il n’y qu’à la Vieille Charité que nous sommes soumis au fonctionnement des Musées de Marseille pour les expositions temporaires. Mais nous sommes sur de petits tarifs puisque l’entrée normale était à 6 euros, le billet réduit était à 3 euros et l’accès à la chapelle, gratuite, ce qui a permis d’avoir une première approche de l’œuvre d’Eric Bourret.

Eric Bourret exposition Festival Photo Marseille

© Eric Bourret – Landscape 20 – Artic Circle – Finlande 2019

DDV- Vous nous parlez de l’œuvre d’Eric Bourret ?

Christophe Asso – Eric Bourret, c’est un photographe dont j’ai découvert le travail il y a maintenant cinq ans. Il avait exposé au Musée Ziem de Martigues. C’est un photographe marcheur. C’est quelqu’un qui marche six mois de l’année à travers le monde, aussi bien dans la région, dans les calanques, sur le massif de la Sainte Victoire, de la Sainte Baume, qu’en Himalaya, dans les Alpes ou ailleurs. La marche est vraiment liée à son mode de vie et à sa pratique photographique. Il photographie lors de ses marches. En fait, son travail est de faire sentir, à travers ses images, son expérience du paysage. Il dit qu’il est traversé par les paysages qu’il traverse. Son expérience du paysage est vraiment très intense. Il éprouve physiquement le paysage, c’est ce qu’il veut soumettre dans ses photos.

DDV –Vous êtes vous-même photographe et avez fait plusieurs expositions.

Christophe Asso – Oui je suis moi-même photographe. Je travaille actuellement pour les hôpitaux universitaires de Marseille. Ce n’est pas un travail d’auteur que je réalise-là, simplement de la communication.

DDV – Qu’est-ce qui attire le technicien, le photographe, l’artiste que vous êtes, chez Eric Bourret ?

Exposition Marseille Festival Photo Eric Bourret

© Eric Bourret – Landscape 4 – Excuse me, while I kiss the sky – Himalaya 2010-2011

Christophe Asso – C’est un travail très singulier dans le champ de la photographie actuelle. Il y a également la picturalité de son travail. C ‘est une photographie très abstraite, très picturale. Moi qui m’intéresse beaucoup à la peinture, c’est vraiment quelque chose qui me touche. Les tirages d’Eric, ce sont des tirages très grands formats. On est là aussi dans un rapport très physique. Ce sont des œuvres dans lesquelles on peut s’immerger, devant lesquelles on peut être dans une forme de contemplation, de méditation. L’accrochage qu’on a fait à la Vieille Charité est un accrochage très épuré, très apaisé.

DDV –Voulez-vous ajouter quelque chose à cette interview ?

Christophe Asso – Oui, il y a quelque chose importante pour moi. En créant ce Festival, je voulais vraiment démocratiser l’accès à la photographie actuelle à Marseille avec une manifestation d’envergure. Ce qui explique la gratuité. J’essaie depuis quelque temps à ce que la photographie soit accessible dans l’espace urbain. C’est un volet du Festival que je veux vraiment développer. A partir de la semaine prochaine, il y aura une installation sur les grilles de plusieurs parcs publics avec la restitution d’ateliers photos qui ont été menés d’enfants scolarisés et également en difficulté. C’est vraiment quelque chose que je souhaite développer : amener la photographie dans l’espace urbain à Marseille.

DDV – Et dans les quartiers Nord ?

Cosmic Solitude - Festival Photographie Marseille

Le reflet de…dans une vitre cassée d’une construction abandonnée de la gare d’Aragat

Christophe Asso – C’est ce que nous avons fait sur les grilles du parc Font Obscure. On a fait intervenir trois femmes photographes dans des groupes d’enfants suivis dans le cadre de programme éducatif. Elles ont mené auprès d’eux des ateliers photos. C’est la restitution de ces ateliers sur les grilles des parcs. Une exposition a rassemblé l’ensemble des travaux réalisés sur les grilles du jardin des Vestiges au Musée d’Histoire. Je voudrais également investir des espaces comme le Vieux Port ou le bas de la Canebière qui est piétonnier, maintenant, pour proposer de la photographie aux Marseillais, aux touristes, qui sont très nombreux sur ces espaces-là de la ville. C’est quelque chose que j’espère pouvoir développer dès l’année prochaine.

Informations pratiques Festival Photo Marseille

contact@laphotographie-marseille.com
www.laphotographie-marseille.com

Date : 23 décembre 2021

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus