Dominique Trottein, chef d’orchestre “on fait un art vivant, et ça c’est vital”

27 décembre 2018


Dominique Trottein dirigera l’Orchestre Régional Avignon Provence pour clôturer l’année 2018 à l’Opéra d’Avignon. (28, 30 et 31 décembre) .Musique pétillante de Jacques Offenbach, Orphée aux Enfers, rencontre avec le maestro .

Nous retrouvons Dominique Trottein à l’Opéra d’Avignon.

Côté envers du décors, pédagogique et instructif d’une description musicale : la légèreté et un grand sens mélodique spécifiques au compositeur . “Une musique exigeante, très facile à écouter mais très difficile à réaliser . Il faut trouver le bon tempo, pour rester fidèle à l’intelligence du texte, pour que le texte ne soit pas dit trop rapidement mais pas trop lentement non plus . Et chez Offenbach, il y a vraiment ce souci là avec l’adéquation entre le texte et la musique . Et c’est un gros challenge pour les chefs d’orchestre de penser à ça .”

Pour cette troisième direction d’Orphée aux Enfers, dominique Trottein revient donc en Avignon, à l’Opéra Confluence, salle qu’il avait découvert l’année dernière sous un acoustique spécifique au bois, à la direction des Mousquetaires au Couvent, dernier opéra de l’année 2017.

Dominique Trottein, une direction musicale éclectique

Dans un pays où on n’aime pas trop l’éclectisme, j’ai la chance de faire des choses extrêmement éclectiques, parce que depuis deux ans, je suis au Théâtre Mogador à Paris tous les soirs, où je dirige une comédie musicale, avec une troupe à l’Américaine .”

Nourrit par cet éclectisme, entre le swing et Offenbach, diriger du Wagner, du Jazz, saisir l’opportunité d’une palette musicale proposée, Dominique Trottein reste néanmoins très exigeant envers lui-même pour rester fidèle à la partition .

À l’écoute de ses émotions et de la sensibilité de la musique, le chef d’orchestre nous fait découvrir à chaque fois une direction musicale qui évolue en fonction de son histoire, de son passé .