Bilal Alnemr, violoniste : de la Syrie à la France

6 septembre 2018


Festival International de Piano de la Roque d’Anthéron : rencontre avec le violoniste Bilal Alnemr, jeune musicien hors pair au parcours atypique .

Le Festival International de Piano de la Roque d’Anthéron, réputé pour sa qualité artistique des concerts, est aussi un lieu d’émergence de jeunes talents qui résident en masterclass.

Nous y avons rencontré Bilal Alnemr, issu du conservatoire d’Aix en Provence .
Il est arrivé en France en 2010, suite à un échange culturel Méditerranéen entre le conservatoire d’Aix en Provence et le conservatoire de Damas dans lequel il faisait ses classes supérieures alors qu’il n’avait que 13 ans.

Accueilli de famille en famille pendant six années avant de retrouver sa propre famille arrivée en France, Bilal Alnemr s’est consacré à l’apprentissage du violon,  devenu un jeune musicien hors pair au talent prestigieux.

En 2014, il est invité au Festival de Pâques d’Aix en Provence, où il est distingué par le célèbre violoniste français Renaud Capuçon.

Il poursuit aujourd’hui ses études musicales au Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris, où il est considéré l’un des meilleurs élèves de sa classe.

L’histoire du violon est entrée dans la vie de Bilal à l’âge de 6 ans , lorsqu’il a reçu son premier instrument en cadeau de son père passionné par la musique, qui lui a offert un violon électrique “où l’on appuyait sur les touches et ça faisait de la musique”dont le prix d’achat correspondait à trois mois de salaire de son père .
“Mon père travaillait énormément pour nous offrir le luxe à ma soeur et moi, d’apprendre la musique” … 

Avant son entrée au conservatoire, Bilal Alnemr a appris à jouer du violon avec comme seul support un DVD. Beaucoup de discipline, de travail de courage, de volonté lui ont permis de poursuivre son chemin vers la musique . …“Il faut travailler, travailler, travailler pour y arriver….Le talent, je n’y crois pas …” … “Travailler pour être libre “… “pour qu’un jour je puisse défendre mon pays avec mon travail, à ma manière”. “La musique est tellement forte que c’est un langage divin, universel…” Le violon, c’est pour me connaître moi-même et faire partager ce que je connais vers le Monde “…

Une belle rencontre intimiste qui nous permet de croire en l’espoir que la musique adoucit les meurs vers la paix .