Accueil > Patrimoine > Olympe de Gouges, Une femme moderne au Panthéon de l’égalité

Olympe de Gouges, Une femme moderne au Panthéon de l’égalité

« La femme qui a le droit de monter à l’échafaud doit aussi avoir le droit de monter à la tribune » (Art. X). » (dédicace d’Olympe de Gouges à Marie -Antoinette). Quand une femme donne sa vie pour l’émancipation, l’égalité, la liberté, quand son nom s’inscrit au fronton des lycées, des places etc, elle est un exemple pour les jeunes générations et fait partie à part entière de notre patrimoine culturel immatériel.

Olympe de Gouges son combat - biographie

Olympe de Gouges, femme de lettres et pionnière féministe, s’est battue pour l’égalité, contre l’esclavage et pour les droits des femmes. Malgré son idéologie révolutionnaire – ou peut-être à cause d’elle – elle a été guillotinée en novembre 1793 à Paris, à la suite de la purge qui a suivi la Révolution française. Son fils l’a publiquement désavouée, et la France et le monde entier l’ont enterrée pendant trop longtemps. Ce n’est qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale que la figure d’Olympe de Gouges a été retrouvée comme l’une des grandes figures humanistes de la France de la fin du XVIIIe siècle. Objet d’études aux États-Unis, en Allemagne et au Japon, en France, après la publication de sa biographie, elle a été honorée lors des célébrations du bicentenaire de la Révolution française en 1989. Depuis, plusieurs de ses pièces ont été jouées, ses écrits sont réédités et plusieurs communes françaises ont donné son nom à des écoles, des lycées, des places et des rues. Une reconnaissance tardive mais essentielle d’une grande combattante pour les femmes et pour l’égalité.

« Tant que les femmes ne s’en mêlent pas, il n’y a pas de véritable révolution » (Mirabeau)

La place des femmes dans l’Histoire en 1750

Quelle est la place de la femme dans la société française du 18ème siècle ?

‘’Avant tout, il est essentiel de rappeler que la société occidentale du 18ème siècle est chrétienne. Les mentalités sont forgées de croyances anciennes, sur les femmes notamment. Au 18ème siècle, même si la société chrétienne européenne a quelque peu évolué depuis le Moyen-Age, il est des mythes qui perdurent. Ainsi en est-il du mythe de la femme créée non en même temps que l’homme, mais à partir de l’homme… Sur ce mythe repose l’essentiel du comportement des hommes à l’égard des femmes : la femme doit tout à l’homme, elle lui est soumise… Sans oublier que la femme est le symbole du malheur du genre humain : en effet, n’est-ce pas, Eve qui, dans la mythologie judéo-chrétienne, incita Adam à manger le fruit interdit ?’’ (Source : Association Thucydide)

Femme faible de par sa constitution, femme tentatrice, femme fatale, les femmes, depuis des temps très anciens, sont cause de nombreux malheurs. A la veille de la Révolution française, les mentalités n’ont pas beaucoup changé…

En 1789, lors des débats sur les conditions de formation des assemblées primaires, la question du droit de vote des femmes ne fut même pas soulevée à l’Assemblée Constituante. Elles étaient naturellement évincées des droits civiques, sous le poids des préjugés sur la nature des femmes et de la perception de la frontière entre espace privé et public, l’ordre des rapports naturels et sociaux.

Olympe de Gouges - feministe - abolition de l esclavage

Olympe de Gouges, une féministe avant-gardiste

Née à Montauban

Considérée comme l’une des premières féministes, Olympe de Gouges, de son vrai nom Marie Gouze, est née à Montauban, dans une famille modeste, le 7 mai 1748. Forcée à se marier à l’âge de 17 ans, elle devient veuve moins d’un an après et décide, avec son nouveau-né, de quitter sa ville natale pour vivre à Paris. Elle refuse de porter le nom de son mari et, pour faire accepter ses idées, se donne le pseudonyme d’Olympe de Gouges, créé à partir du nom de sa mère et de son patronyme.
Elle devient alors une femme écrivain et publie, à partir de 1780, des romans et des pièces de théâtre destinés à défendre ses idées novatrices.

Olympe de Gouges - femmes revolution francaise

La révolution française

À Paris, elle rencontre des philosophes, des écrivains et des journalistes et commence à écrire des comédies et des pièces de théâtre aux thèmes anti-esclavagistes et libéraux. Ses écrits transpirent les idées des Lumières. Influencée par Rousseau et autodidacte, elle se consacre à une vie considérée comme libertine, refusant d’être la propriété de tout membre du genre masculin, mais sans devoir renoncer à ses plaisirs Lorsque la révolution éclate, Olympe se laisse emporter par l’illusion d’une lutte pour les droits de tous. Elle rêvait également d’une constitution qui garantirait les droits fondamentaux des marginaux, des pauvres, des enfants naturels et des Noirs.

Olympe de Gouges, sa revendication pour l’abolition de l’esclavage, le divorce, contre la peine de mort, pour la non-violence, pour le vote des femmes etc.

Zamore et Mirza ou « L’esclavage des noirs »

Sa pièce « L’esclavage des noirs » connait un grand succès et est inscrite au répertoire de la Comédie-Française en 1785 sous le titre Zamore et Mirza, ou l’heureux naufrage. Dans cette pièce, elle traite de la condition des esclaves, ce qui lui vaut d’être emprisonnée à la Bastille, mais d’être libérée peu après grâce à ses amis. Pendant la Révolution française, sa pièce est jouée à la Comédie Française, et elle devient l’un des principaux défenseurs de l’abolition de l’esclavage aux côtés de l’abbé Grégoire et du député girondin Brissot. Elle a également écrit des pamphlets politiques sur la fiscalité, les réformes sociales dans lesquels elle demandait l’égalité des droits pour tous les citoyens sans distinction de sexe, de couleur de peau ou de statut social. Elle défend également la non-violence, les orphelins et les droits des femmes célibataires.

Olympe de Gouges : femme de lettres, femme moderne

La Révolution française a donné à Olympe de Gouges l’occasion de montrer à quel point elle était moderne par rapport à son époque. Elle réagit contre l’Assemblée constituante qui exclut les femmes des droits électoraux, et publie un texte, une déclaration qui appelle à l’émancipation des femmes, pour la reconnaissance au divorce et à l’égalité totale et inconditionnelle entre les sexes, posant de fait les bases du féminisme.
Olympe n’hésite pas non plus à dénoncer le régime de terreur et les excès sanglants du gouvernement révolutionnaire. Sans hésiter, elle s’en prend d’abord à Marat, puis à Robespierre. C’était un geste imprudent, qui a entrainé sa condamnation à mort. Même prisonnière, elle a continué à condamner l’injustice et à plaider sa cause.

Pourquoi Olympe de Gouges a été guillotinée …

Elle avait la témérité de ‘’vouloir être un homme d’état et d’avoir oublié les vertus propres à son sexe.’’

Après la défaite des Girondins, elle est accusée d’être l’auteur d’une de leurs affiches.

Olympe de Gouges mort guillotineArrêtée le 20 juillet 1793, en prison, elle exige d’être jugée afin de se défendre contre les accusations et d’éviter le Tribunal révolutionnaire. Le 2 novembre 1793, après l’exécution des amis Girondins, elle est traduite devant le Tribunal révolutionnaire sans l’assistance d’un avocat. Elle se défend dans un procès sommaire qui la condamne à mort pour avoir défendu un État fédéré, conformément aux principes girondins.

Marie-Olympe de Gouges a été guillotinée le 3 novembre 1793, à l’âge de 45 ans, sur la place de la Concorde à Paris. Son fils, Pierre Aubry, l’a désavouée publiquement peu après son exécution par crainte d’être arrêté.

Elle avait la témérité de ‘’vouloir être un homme d’état et d’avoir oublié les vertus propres à son sexe.’’

La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Olympe de Gouges – 1791

Adressée à la reine Marie-Antoinette par Olympe de Gouges :
« Défendez ce sexe malheureux et vous aurez bientôt pour vous une moitié du royaume et le tiers au moins de l’autre ! »

« Homme, es-tu capable d’être juste ? C’est une femme qui t’en fait la question ; tu ne lui ôteras pas moins ce droit. Dis-moi ? Qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe ? Ta force ? Tes talents ? Observe le créateur dans sa sagesse ; parcours la nature dans sa grandeur, dont tu sembles vouloir te rapprocher, et donne-moi, si tu l’oses, l’exemple de cet empire tyrannique. Remonte aux animaux, consulte les éléments, étudie les végétaux, jette enfin un coup d’œil sur toutes les modifications de la matière organisée ; et rends-toi à l’évidence quand je t’en offre les moyens. Cherche, fouille et distingue, si tu le peux, les sexes dans l’administration de la nature. Partout, tu les trouveras confondus, partout ils coopèrent avec un ensemble harmonieux à ce chef-d’œuvre immortel. L’homme seul s’est fagoté un principe de cette exception. Bizarre, aveugle, boursouflé de sciences et dégénéré, dans ce siècle de lumières et de sagacité, dans l’ignorance la plus crasse, il veut commander en despote sur un sexe qui a reçu toutes les facultés intellectuelles ; il prétend jouir de la Révolution, et réclamer ses droits à l’égalité, pour ne rien dire de plus. »

« La femme naît libre et vit égale à l’homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ».

Sur les 17 articles de la déclaration des droits des femmes, seul celui sur le divorce a été pris en compte

Photo à la Une : Portrait d’Olympe de Gouges attribué à Alexandre Kucharski. Pastel sur parchemin, vers 1788 © Wikimedia commons

Date : 11 mars 2022

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus