Accueil > Patrimoine > La Bibliothèque d’Alexandrie : un pont entre nos rives

La Bibliothèque d’Alexandrie : un pont entre nos rives

Réunir le savoir universel en un seul lieu : voilà le défi de la magnifique Bibliothèque d’Alexandrie, centre culturel situé sur les rives égyptiennes de la Méditerranée. Célèbre bibliothèque Antique détruite par les ravages du temps, les travaux de réhabilitation initiés par l’UNESCO aboutirent en 2002. La bibliothèque est classée première bibliothèque numérique du 21ème siècle et contient aujourd’hui plus de huit millions de livres.

bibliotheque-d-alexandrie-egypte-antique-histoire-incendie-virtuelle-


La Bibliothèque d’Alexandrie, la plus célèbre bibliothèque de l’Antiquité, a été fondée en 288 avant notre ère puis détruite par un incendie. Elle a été reconstruite en 2002 grâce au projet de l’UNESCO.

« Après une navigation de trois jours, nous arrivâmes à Alexandrie. Lorsque j’y entrai, par la porte dite du Soleil, j’eus immédiatement devant moi l’incomparable beauté de la ville, et mes yeux furent remplis de plaisir. Une rangée de colonnes, rectiligne, s’étend des deux côtés, de la porte du Soleil à celle de la Lune… Car ces deux divinités ont la garde de la ville. » Achille Tatius (vers 200 de notre ère)

alexandrie-egypte-ville

© David Evers

Alexandrie, lumière du monde

Alexandrie d’Égypte, métropole du monde antique, aujourd’hui deuxième ville de l’Égypte moderne, s’élève à une vingtaine de kilomètres de la partie la plus à l’ouest du delta du Nil, sur une bande de sol sablonneux qui sépare le lac côtier Maryūt de la Méditerranée. La ville a été fondée par Alexandre le Grand en 332-331 avant JC ; avec les premiers Lagides (Ptolémée I et II) elle devint une grande réalité monumentale et urbaine, elle accueillit les restes du fondateur et remplaça Memphis comme capitale de l’Égypte hellénisée. Dès le premier Ptolémée, le musée et la bibliothèque ont commencé à être construits dans le quartier royal, deux des plus grandes institutions culturelles de l’Antiquité.

La Bibliothèque d’Alexandrie : quand renait la culture, mémoire des hommes

En octobre 2002, sur les lieux mêmes de la Bibliothèque antique, a été inaugurée la nouvelle grande Bibliothèque, reconstruite grâce au projet de l’UNESCO et de la communauté internationale. La Bibliothèque Alexandrina est une bibliothèque et un centre culturel situé sur les rives de la Méditerranée dans la ville d’Alexandrie, en Égypte. Les travaux débutèrent en 1995 et coûtèrent 220 millions de dollars. Inaugurée le 16 octobre 2002, elle a été classée première bibliothèque numérique du 21e siècle et contient plus de 8 millions de livres. Des milliers de textes anciens au format numérique consultables dans la plus grande salle de lecture du monde : 3000 places, 600 avec ordinateur : des puces et des octets au lieu d’anciens papyrus sur les « étagères virtuelles » de la bibliothèque d’Alexandrie renaissante.

bibliothèque-d'alexandrie-gravure

Évocation de la bibliothèque d’Alexandrie sur une gravure du XIXe siècle.

Un événement réel, puisqu’il réalise un rêve ancien : celui d’enfermer le savoir universel en un seul lieu, autrefois une tâche difficile et aujourd’hui réalisable grâce aux nouvelles technologies, qui permettent l’acquisition au format numérique de textes anciens, de manuscrits et palimpsestes sans les retirer de leurs lieux d’appartenance. La nouvelle Bibliothèque d’Alexandrie est donc « virtuelle » dans sa collection d’antiquités, tandis que les livres les plus récents sont réels et tangibles, qui sont mis à disposition par les différents pays, soit 800 000 volumes, un peu plus de 700 papyrus conservés dans l’ancienne structure. Un complexe de 600 ordinateurs à l’intérieur permettra aux étudiants et universitaires de consulter en ligne le patrimoine littéraire de la nouvelle bibliothèque.

De forme futuriste, celle d’un cylindre découpé en diagonale, la nouvelle construction contient deux musées, un centre de congrès, des salles d’exposition et la plus grande salle de lecture du monde : 20 mille mètres carrés.

« Je l’ai conçu comme un lieu de méditation, inspiré des premières bibliothèques occidentales, et essayant de créer une rencontre entre toutes les cultures, de l’italienne aux anciennes de la Grèce et de l’Égypte » Craig Dykers, architecte

Avec ses murs extérieurs en blocs de granit d’Assouan et le parquet intérieur en bois, réalisé selon les techniques et matériaux norvégiens, la salle de lecture rappelle la Bibliothèque nationale de Paris mais aussi l’ambiance d’une mosquée.

Antique Alexandrie

bibliotheca-alexandrinaLes merveilles d’Alexandrie n’ont pas seulement éblouis des voyageurs comme le Grec Strabon, elles exercent toujours une grande fascination, enrichissant, de tout temps, la fantaisie et l’inspiration littéraire. Alexandrie, « la ville des villes », est célèbre non seulement pour ses structures magnifiques, dues aussi bien à l’ingéniosité de son grand fondateur qu’à celle de l’architecte Dinocrate de Rhodes.

Alexandre le Grand (356 avant JC – 323 avant JC), roi de Macédoine, fonda Alexandrie pendant l’expédition qu’il conduisit en Égypte après avoir vaincu Darius à la bataille d’Issos en 333 avant J-C. Successivement, à la conquête des cités syriaques de Sidone, Tiro et Gaza, il se dirigea vers la terre du Nil, où il resta jusqu’à jusqu’au printemps 331.

En ce qui concerne l’incendie de César, Ammiano retranscrit la version selon laquelle cet évènement aurait provoqué la perte complète des volumes recueillis par Ptolémée. C’est également ce que dit Plutarque, donnant le nombre de 700.000 volumes détruits.

Alexandrie ne fut pas seulement célèbre pour les études de philologie, mais fut à la pointe, dans le monde antique, pour sa contribution fondamentale dans les champs de la Mathématique, de la Mécanique et de l’Astronomie avec des savants comme le célèbre mathématicien Euclide qui vécut à Alexandrie à l’époque de Ptolémée Ier.

La bibliothèque d’Aristote et le mécénat de Ptolémée

« Combien de dizaines de livres y-a-t-il ? –Plus de 200.000 ô roi, mais je m’occuperai bientôt d’en trouver pour arriver à 500.000. On m’a informé que même les lois des Juifs méritent d’être retranscrites et de faire partie de ta bibliothèque.» Démétrios de Phalère

BIBLIOTHEQUE ALEXANDRIE ANCIENNELe grand philosophe et précepteur d’Alexandre, Aristote (384 av JC – 322 av JC), est considéré comme l’un des plus grands collectionneurs de l’Antiquité. « La lettre de Aristhée à Philocrate » est l’unique information que nous possédions sur l’activité de Démétrios en Égypte. Démétrios de Phalère, né vers 360 av. J.-C. et mort en 282 av. J.-C., fut un orateur et homme d’État athénien. Philosophe péripatéticien (philosophe suivant la doctrine d’Aristote) et écrivain fécond, il fut élève d’Aristote et de Théophraste, et ami de Ménandre. C’est l’un des fondateurs de la bibliothèque d’Alexandrie. Chargé de s’occuper de la Bibliothèque du roi, il reçut une grosse somme d’argent pour recueillir, là où c’était possible, tous les livres du monde. Pour traduire la Thora hébraïque, 72 intellectuels, venus de Jérusalem à Alexandrie, furent réunis sur l’île de Faro pour traduire en 70 jours, c’est-à-dire les cinq premiers livres de la Bible connus sous le terme grec de Pentateuque. Cet évènement est passé à l’histoire sous le nom de la Septante.

PAPYRUSPtolémée 1er (vers -368/283 av J-C), roi en -305, accueillit Démétrios de Phalère à Alexandrie, avec l’ambition, comme le fera son fils, de collectionner toute la connaissance humaine. Le roi ordonna de prendre les livres qui se trouvaient dans tous les navires qui entraient au port d’Alexandrie et de les copier sur de coûteux rouleaux de papyrus, donnant aux propriétaires 15 talents d’argent en garantie, avant de ramener les originaux aux propriétaires. Les textes de Sophocle, Euripide, Eschyle vinrent en sa possession. Mais il fit rendre les copies au lieu des originaux, faisant cadeau par la même occasion des 15 talents d’argent. Ptolémée, ayant réuni avec ses propres moyens à Alexandrie les livres de chaque endroit du monde, les aurait entreposés dans deux bibliothèques. La collection, ou plutôt les collections, devaient donc faire part d’un complexe architectural très hétérogène, à l’intérieur duquel travaillaient les savants.

Ptolémée institue comme capitale Alexandrie dont il est le grand bâtisseur et fonde une colonie de vétérans à Ptolémaïs, au sud de Memphis. Vers 297, il débute la construction du phare d’Alexandrie qu’il fait relier à la terre. À partir de 288, il fait ériger la bibliothèque d’Alexandrie, intégrée au Mouseîon, le temple des Muses, comprenant l’Université (une des premières de l’histoire) et une Académie où se retrouvent les poètes, scientifiques et artistes invités par les Lagides. Il accueille à sa cour des historiens, tels que Clitarque, afin de glorifier la mémoire d’Alexandre le Grand et d’asseoir son prestige. Il fait également construire le majestueux tombeau (sêmaa) d’Alexandre.

Une découverte extraordinaire : la liste des directeurs de la grande Bibliothèque d’Alexandrie

Bibliothèque d'Alexandrie 1En 1909, on retrouva un rouleau de papyrus du 1er siècle contenant des renseignements historiques et mythologiques. Le document fut classifié : « produit caractéristique de l’érudition alexandrine qui pratiquaient la recherche antique et la classification en tables. »

La découverte était exceptionnelle. Il s’agissait en fait de la liste des directeurs de la bibliothèque d’Alexandrie. La première colonne du document, très abimée, s’ouvre sur une liste de sculpteurs, peintres et grammairiens fameux. Dans la seconde colonne, sont énumérés tous les directeurs (Apollonium Rhodium, Eratosthène etc.)

Mort et Résurrection de nos mémoires

On dit qu’elle a rendu l’âme, brûlée, saccagée, oubliée, trop onéreuse ? Les historiens discutent encore… La fin de la grande bibliothèque d’Alexandrie d’Égypte, qui conservait tout le savoir, scientifique et littéraire de l’époque Antique, est en réalité un mystère. Même si les flammes, à la suite du siège de Jules César en 47 avant J-C, ont endommagé les papyrus des œuvres d’Homère, des tragédiens, des historiens, et tant d’autres, la bibliothèque a continué son existence pendant des siècles jusqu’à sa disparition complète, sa décadence. Même si la bibliothèque d’Alexandrie et le Sérapéon, qui en faisait partie, ont été brûlés et détruits au IVème siècle par les chrétiens, — qui, en outre, massacrèrent dans les rues la célèbre Hypatie, philosophe pythagoricienne, Même la conquête arabe, qui aurait provoqué des dommages réels, n’aurait pas signé sa fin. La vérité, selon certains, serait tout autre : trop coûteuse, elle aurait subi continuellement des coupes budgétaires et de personnel, avec l’imposition de règles bureaucratiques absurdes et nocives, jusqu’à son extinction.

Enfin, les hommes ont décidé de rendre à la culture ses lettres de noblesse en construisant sur le même site une bibliothèque, lieu de vie, de devenir et de promesses en l’humanité. Le Phare d’Alexandrie, construit sur l’île de pharos après la mort d’Alexandre, donne son nom à tous les « phares » du monde. Que leur lumière soit un appel à la connaissance.

Que la culture soit !

Photo à la une © Effeietsanders

Localisation : Alexandrie
Date : 13 janvier 2021

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus