Opéra de Monte Carlo - Lucia di Lammermoor - 1905x350px - du 28 octobre au 24 novembre 2019

L’Opéra Grand Avignon : hier et aujourd’hui

Catégorie : Opéras

En Avignon, la culture est reine ! L’Opéra Grand Avignon : hier et aujourd’hui

Avignon : Le théâtre, c’est la vie. Le théâtre, c’est la ville

A l’intérieur, comme à l’extérieur de ses murs, en Avignon ne souffle pas seulement le mistral. Un vent de culture envahit ses rues, souffle en rafale sur ses habitants et les curieux venus ici le respirer avec bonheur.
Au XVIIe déjà, c’est à Avignon que Nicolas Mignard exécute un des plus beaux portraits de Molière, représenté en César dans la mort de pompée. L’épouse du peintre est propriétaire d’un jeu de paume à côté de l’atelier de son mari (à proximité de l’actuel hôtel du Conseil Départemental), Molière y viendra jouer en 1650 l’étourdi, le dépit amoureux. 
Au XVIIIe, la renommée de ces artistes avignonnais dépassant très largement les remparts, ils embelliront toutes les cités du sud de la France qui s’extirpent de leur coquille moyenâgeuse pour se mettre en scène. Sous l’impulsion de la contre-réforme, les théâtres s’urbanisent et les villes se théâtralisent. Elles organisent leurs espaces comme autant de décors. Les places ouvrent sur de superbes façades, désignent les lieux de pouvoirs et en célèbrent le faste. De ce double mouvement, naît la première salle de spectacle digne de ce nom à Avignon : le théâtre de la comédie de la place Crillon en lieu et place du dernier jeu de paume en activité, une vraie salle de spectacle. Présenter de grandes œuvres dans de bonnes conditions artistiques devient un enjeu d’excellence. Le théâtre et l’opéra donnent toute leur noblesse à la cité. C’est une marque distinctive majeure, la noblesse regroupée en société d’actionnaires ne s’y trompe pas, qui fait construire la salle en deux ans (1732 et 1734).

Donner un cœur à la ville

Sous le second empire, la ville amplifie sa transformation en construisant un nouvel hôtel de ville et un nouveau théâtre. Reconstruit en un an seulement, le bâtiment de l’Opéra Grand Avignon est aligné sur la même façade que la mairie. C’est une pièce essentielle d’un vaste ensemble : le redéploiement de la place de l’horloge. Cet alignement impératif s’effectuera au détriment du hall de l’opéra et du foyer durablement sous dimensionnés pour leur capacité d’accueil. L’emblématique beffroi moyenâgeux de l’ancien hôtel de ville est relégué au second plan derrière des colonnes néoclassiques. Ainsi l’Hôtel de Ville et l’Opéra sont construits et pensés en même temps par le même architecte Léon Feuchère, les deux bâtiments ayant même jusqu’à aujourd’hui, une chaufferie commune. C’est dire à quel point l’Opéra est au cœur de la ville : deux façades néo-classiques marquent de leur fronton à colonne cet espace historique entre tous : premier forum de l’époque romaine.

Et le faire battre…

Mais dans cette course à la distinction, la centralité des lieux et la qualité architecturale ne suffisent pas : pour qu’un opéra soit vraiment un opéra, il lui faut un orchestre capable d’exécuter les grandes œuvres du répertoire afin de hisser la programmation à un niveau national. C’est une condition essentielle pour attirer sur le plateau les artistes de renommée internationale qui donnent tout leur prestige à l’entreprise. C’est pour cette raison qu’Avignon s’enorgueillit de son orchestre depuis plus de deux cent ans (1814). 
Quand, au sortir de la Seconde guerre mondiale, Jean Vilar fonde le festival d’Avignon en 1947 dans la cour d’honneur du plus grand palais gothique du monde, l’exigence artistique n’a pas faibli, bien au contraire. Devenu en 70 ans, le plus grand festival de théâtre en Europe, il viendra chaque année se produire à l’opéra. La ville lui doit une renommée contemporaine internationale.

L’Opéra Grand Avignon… Aujourd’hui

Alors, quand la commission de sécurité a annoncé à Avignon Capitale Culturelle Européenne en l’an 2000, la possible fermeture du bâtiment en juin 2017 pour non-conformité, la refondation de l’opéra est apparue indispensable. Au regard des liens si particuliers que la ville entretient avec le spectacle depuis si longtemps, il y avait là une logique historique évidente.
 
Depuis juin 2017, le Grand Avignon a donc engagé la restauration de l’un des fleurons culturels de l’agglomération. Afin de conserver une qualité d’accueil et de représentation optimale, des travaux de mise aux normes de la structure sont devenus indispensables. Ils touchent à l’ensemble de l’édifice : agrandissement du hall, amélioration de la visibilité des spectateurs, confort et climatisation de la salle, amélioration et sécurisation des accès, figurent dans le programme des travaux. Ainsi, il s’agit pour le Grand Avignon, qui gère l’Opéra, de redonner de l’élan à ce prestigieux établissement d’intérêt communautaire qui rayonne bien au-delà des remparts d’Avignon, de par la qualité de ses productions et des spectacles présentés.
Par cette refondation de l’Opéra Grand Avignon, la communauté d’agglomération entend déployer un nouveau projet culturel, avec une priorité donnée à la jeunesse et à la recherche de nouveaux publics. L’entrée aux nouveaux lieux de l’Opéra de l’Horloge est prévue pour septembre 2020, avec une jauge de 923 places.

L’Opéra Confluence à Avignon, un lieu de spectacle éphémère et durable

pour 3 ans et des perspectives de réutilisation.
Le défi lancé par l’agglomération du Grand Avignon à l’été 2016 était explicite : concevoir en moins d’un an, une enveloppe démontable pour 950 spectateurs. Ce projet répond au projet de restauration de l’Opéra Grand Avignon et a la volonté de maintenir les spectacles et l’activité culturelle. Comme d’autres opéras avant lui (Théâtre de la Comédie Française à Paris, Opéra Royal de Wallonie à Liège…), le Grand Avignon a décidé de monter une salle éphémère pendant les deux années de travaux prévues. La magnifique salle à l’italienne de 1847, située en plein centre-ville, serait remplacée temporairement par un lieu original.
Ce fut l’occasion pour l’Opéra et l’Agglomération d’en faire un lieu atypique, d’imaginer ouvrir l’opéra “hors les murs” et d’adapter une programmation culturelle spécifique. A l’image de l’ambition programmatique, le site fut choisi en face de la gare TGV. Cette implantation stratégique profite ainsi des terrains en devenir de la ZAC Courtine, de l’attractivité de la gare et offre à l’Opéra et à ses spectateurs, nouveaux et fidèles, une nouvelle expérience. L’Opéra Confluence se révèle de l’intérieur. Contrastant avec le parement métallique inerte en façade, le bois est démultiplié en éléments de structure, en panneaux de finition et en éléments acoustiques. Les équipements récupérés tels que les fauteuils rouges typiques des opéras créent une ambiance atypique avec la nouvelle enveloppe. Cette identité forte accompagne la vie de cet équipement nomade.
Cette transition a été facilitée par Raymond Duffaut, ancien directeur général, qui a marqué de son empreinte l’histoire de cette maison ces quarante dernières années. On le voit, le Grand Avignon est un corps vivant dont les formes et la texture évoluent. Son Opéra, s’insère dans le magnifique espace de culture que représente Avignon pour le monde entier.

Pierre Guiral, directeur de l’Opéra Grand avignon

Pour Pierre Guiral, directeur de l’Opéra depuis le départ de Raymond Duffaut en 2017, ce qui compte le plus c’est la transmission. Formé d’abord à la flûte et à diverses disciplines comme la composition, Pierre Guiral se dirige ensuite vers la voix, avec un timbre de basse. Professeur de chant puis directeur du Conservatoire à Rayonnement Régional d’Avignon, il est devenu en 2015 directeur de l’Opéra Grand Avignon, dont il accompagne les grands travaux de rénovation. Ses fonctions administratives ne l’empêchent pas de se produire sur scène, ou au pupitre, comme dans la Petite Messe solennelle de Rossini.

Quelques œuvres présentées

Saison 2016/2017 :

-Sol y Sombra, un récital exceptionnel de Béatrice Uria-Monzon
-L’ombre de Venceslao de Matalon,
-Faust de Gounod …

Saison 2017/2018 :

– Durant ces trois saisons lyriques hors les murs, Pierre Guiral a souhaité en sa qualité de directeur artistique développer une thématique sur le thème fondamental de la Déclaration des droits de l’homme :

Liberté, Egalité, Fraternité.

Une thématique chère à Avignon puisque le Centre historique de la Cité est classé depuis 1995 à l’UNESCO, tout comme l’originale de la “Déclaration des droits de l’homme et du citoyen” classée depuis 2003 par la France au Patrimoine “Mémoire du monde” de l’UNESCO.
 Ainsi la saison 2017 2018 développera l’esprit des libertés avec la production de “L’enlèvement au sérail” qui abordera le thème du despotisme et celle du “Dialogues des Carmélites” pour la liberté de conscience poussée jusqu’au martyr.

Saison 2018/2019 :

-Les Noces de Figaro de Mozart
-Orphée aux enfers d’Offenbach
-La Bohème Puccini…

Saison 2019/2020 :

Après la Liberté, l’an passé, puis l’Egalité actuellement, la saison 2019/2020 de l’Opéra du Grand-Avignon sera placée sous les bons auspices de la Fraternité.

Danielle Dufour-Verna

Coordonnées