La reconnaissance est un tiroir à l’anglaise … par notre coach Jill Székely

14 mai 2018

La reconnaissance est un besoin fondamental, un besoin de tout être humain, du petit au grand, de la femme à l’homme, du nigaud au sage.

Le besoin de reconnaissance

C’est un besoin fondamental révélé par Abraham Maslow, dans sa pyramide, qui place le « besoin d’estime » ou de reconnaissance, au quatrième étage, avant le besoin de s’accomplir, de se développer. Ce besoin de reconnaissance est le sentiment d’être utile, d’avoir de la valeur, de conserver son identité. Voilà pour la théorie.

Pour ma part, j’identifie dans ce besoin de reconnaissance deux aspects : la reconnaissance externe, liée aux autres, et la reconnaissance interne, qui dépend de moi.

La reconnaissance externe est celle qui vient des personnes qui vont émettre un jugement, une valorisation, un avis, une critique, à mon encontre. « Tu as super bien réussi cet examen, bravo », « Tu es très gentil d’être venu me chercher », etc. L’Autre reconnaît un trait de mon caractère, une de mes qualités, ce qui valide, et renforce cet élément qui me définit. Plus on me dit que je suis très gentil d’avoir été serviable, plus cette valeur de gentillesse va se renforcer en moi.

La reconnaissance interne est de « croire » à cette reconnaissance externe, de la faire sienne, de l’intégrer, de l’accepter. Elle peut venir suite à celle des Autres, ou s’imposer avant celle des autres. On parle aussi, en PNL, de « référence interne » ou de « référence externe », les deux ne s’excluant pas.

Alors me direz-vous, en quoi est-ce un « tiroir à l’anglaise » ?

Le tiroir à l’anglaise est un tiroir dans lequel se trouve un autre tiroir. En d’autres termes, la reconnaissance, est une re-connaissance. On connaît une seconde fois ce qu’on connaît déjà. Je suis « gentil » d’aider mes voisins, je sais que je suis gentil, je connais ma gentillesse, et le fait que les autres, mes voisins par exemple, me le disent, me le renvoient, est une connaissance qui s’ajoute à la première, une re-connaissance. Cet effet miroir renforce cette qualité.

Dans ce tiroir à l’anglaise de la re-connaissance se trouve un autre tiroir secret, celui de la « naissance ».

La reconnaissance est une estime de soi, par soi et par les autres. C’est aussi une naissance, à certaines qualités, qui, tout au long de la vie, peuvent « naître » dans notre être. La naissance de mon respect pour le travail manuel est venue de la prise de conscience de l’effort, du savoir-faire, des savoirs théoriques nécessaires à la création, la production d’un objet ou d’une prestation.

Cette naissance est une prise de conscience.

D’objet de reconnaissance, je deviens « sujet » de reconnaissance, C’est moi qui reconnais chez l’autre une qualité, un talent, qui peut grandir et se développer. Cette naissance en moi est la reconnaissance en l’Autre, qui n’est plus de l’ordre de se connaître et être reconnu, mais bien d’éveiller l’estime de soi chez l’Autre.

Le besoin de reconnaissance est un besoin fondamental et il a été identifié comme l’un des plus essentiels à notre développement. Ce qui n’a pas été clairement distingué est que ce besoin, mon besoin de reconnaissance, fait écho à celui de l’Autre. J’ai besoin de « recevoir » de la reconnaissance et j’ai besoin de « donner » ma reconnaissance. Un peu comme une pièce de monnaie qui a deux côtés, la pile et la face, qui vont ensemble et ne peuvent être dissociés.

J’ai besoin de reconnaissance, d’être reconnu, de re-connaître, de connaissance, donc de connaître d’abord au creux de moi, et de faire naître, de naissance de ce qui attend là, ici et maintenant, chez moi et chez l’Autre. Je reconnais ta beauté, cette beauté qui est tienne est un miroir de la beauté que je porte en moi. Si je n’ai pas cette beauté je ne peux pas la reconnaître en toi.

« La beauté est dans l’œil de celui qui regarde » disaient les anciens, repris par Oscar Wilde.

Reconnais le beau et tu seras beau car tu l’es déjà et ne le sais – peut-être – pas.

WiB-Swiss Winners in Business – Supervision Coaching Facilitation Formation

 

© Photo à la Une : reprendreconfiance.fr