Distillerie Bleu Provence : Le Thym : du champ à l’Huile Essentielle

19 juin 2016

Au plus près de la production de thym, en Drôme Provençale, sur les plateaux de Mévouillon, tout près des Alpes de Haute-Provence, chez Marie-José Vidal cultivatrice de thym.
Après sa récolte, transformation en huile essentielle, chez Philippe Soguel, à la Distillerie Bleu Provence, à Nyons.


Clément nous présente les différents processus de transformation.

L’odeur ne se sent pas à travers la caméra, mais je vous assure qu’elle est enivrante….

 

Distillerie Bleu Provence

58 Promenade de la Digue
26110 Nyons

+33 475 26 10 42

www.distillerie-bleu-provence.com

 


Le Thym et son Histoire, par Françoise Richez, guide conférencière .

Le thym ou thymus vulgaris, est plus connu chez nous sous le joli nom de farigoule lorsqu’il est en fleur entre avril et mai.
Il pousse partout dans les garrigues, pas seulement parce que le sol et le climat lui réussissent à merveille, mais aussi parce que ses racines contiennent des produits toxiques qui éliminent les autres plantes autour.
Il est reconnaissable à son odeur envoûtante qu’il dégage au premier frôlement. Ses petites fleurs roses au printemps invitent à la cueillette, séchées elles procurent tout au long de l’année un goût délicieux aux tisanes qui peuvent remplacer efficacement le thé ou le café pour leur tonique, à éviter le soir évidemment !
Mais aussi en alcool de farigoule, secret du révérend Père Gaucher, qui se fabrique encore et s’apprécie très bien en digestion après un bon repas. Je ne vous parlerai même
pas des grillades d’agneau, des lapins de garenne qui se font rares, aromatisés au thym , les papilles en salivent déjà !

Les utilisations populaires du thym sont connues depuis l’Antiquité et il fait partie de toutes les pharmacopées aussi bien en infusion , en macération, en fumigation, en inhalation, et même placé sous les oreillers pour favoriser le sommeil en chassant les cauchemars et la mélancolie.
Pendant les périodes de pestes, les personnes qui soignaient les malades se frottaient les mains avec
du thym pour se désinfecter et il entrait dans la composition du fameux “vinaigre des 4 voleurs”.

En Provence, placé en croix avec le romarin sur les portes, il éloignait les fées et les sorcières.
Les Egyptiens et les étrusques s’en servaient pour embaumer les morts. Les Grecs et les Romains le brûlaient devant les autels de leurs Dieux, les Romaines en faisaient une eau de toilette qui servait à leurs ablutions.

Le thym est symbole de courage depuis le Moyen-Age, les damoiselles brodaient des abeilles voletant près d’une branche de thym sur les écharpes qu’elles offraient à leur chevalier qui partait en croisade. Lors de la Révolution il était arboré fièrement à la boutonnière et il correspondait au 28 prairial (16 juin ) du calendrier républicain.

Mais c’est à la “Belle Hélène “ princesse grecque célèbre pour sa beauté que nous devons la plus belle légende sur le thym. Hélène, fille de Léda, épouse du roi Ménélas, fut enlevée par Paris. Ce qui nous le savons, détermina l’expédition des grecs contre la ville de Troie. Mais ce que l’histoire
oublie de nous raconter c’est la détresse de la “belle Hélène”» qui versa tant de larmes qu’elles donnèrent naissance à cette plante incomparable : le thym.

Venez retrouver , Françoise Richez dans ses journées et ateliers plantes à Buisson. 

Ses actualités : Fête du lavandin de Taulignan: le 26 juin pour les ateliers plantes de la St Jean et huiles de macérations

et le 23 août à l’abbatiale de Léoncel pour une journée THEMATIQUE “LES MAUVAISES HERBES ?”
06 40 29 58 07