Notre sélection Opéra – décembre 2018, en région Sud, Provence

opéra décembre 2018 Provence

En ce mois de décembre, nous retrouverons les cinq Maisons d’Opéra de notre Région Sud avec un clin d’œil à Giuseppe Verdi qui est à l’honneur avec deux de ses opéras à Monaco et Marseille ainsi que dans le cadre d’une tournée où la “Traviata” est revisitée par Benjamin Lazar à Draguignan, Sainte Maxime et Mougins ; “Luisa Miller” en version concertante sur la Principauté et La Traviata dans la capitale phocéenne. De quoi passer honorablement le cap de la nouvelle année dans l’ambiance de la belle époque. Cette ambiance sera également mise à l’honneur en Avignon avec une comédie musicale de Jacques Offenbach, “Orphée aux enfers”, dans une mise en scène de Nadine Duffaut. A l’occasion du centenaire de la naissance de Leonard Berstein, Nice met à l’affiche en version concertante “Wonderful town”, une comédie musicale de Broadway. Alors qu’à Toulon, nous pourrons nous divertir avec le célèbre opéra bouffe de Gioacchino Rossini, “Le Barbier de Séville” avec un Figaro on ne peut plus entremetteur. Une façon très agréable de finir l’année 2018 en beauté dans les cotillons et des situations burlesques.
Alors, laissons nous entrainer par Orphée et sa lyre sur les chemins détournés de notre belle Région Sud Provence Alpes Côte d’Azur, 2018 se meurt “Vive 2019” !

Voici donc notre sélection opéra de décembre en Provence, pour cette fin d’année 2018

© photo à la Une – istockphoto-lambada

Avignon

“Orphée aux enfers”

Opéra Confluence les 28 et 31 décembre à 20h30 et dimanche 30 à 14h30

Comédie en musique de Jacques Offenbach
Livret d’Hector Crémieux et Ludovic Halévy
Mise en scène : Nadine Duffaut
Chorégraphie : Éric Belaud
Décors : Éric Chevalier
Costumes : Katia Duflot
Lumières : Philippe Grosperrin

Distribution :

Eurydice : Julie Fuchs
L’Opinion publique : Sarah Laulan
Cupidon : Amélie Robins
Vénus : Caroline Mutel
Diane : Caroline Géa
Junon : Jeanne-Marie Lévy
Minerve : Raphaèle Andrieu
Orphée : Samy Camps
Jupiter : Francis Dudziak
Pluton et Aristée : Florian Laconi
John Styx : Jacques Lemaire
Mercure : Éric Vignau
Mars : Alain Iltis
Chœur et Ballet de l’Opéra Grand Avignon
Chœur et Ballet de l’Opéra Grand Avignon
Orchestre Régional Avignon-Provence
Direction musicale : Dominique Trottein

Présentation :

Créé en 1858, Orphée aux Enfers est le premier ouvrage important donné aux Bouffes-Parisiens. Avant cela, Offenbach ne pouvait légalement composer que des ouvrages en un acte, avec un petit nombre de chanteurs, et pas de chœurs. L’élargissement des privilèges du théâtre, suite au succès des ouvrages précédents, permet enfin au compositeur de concevoir une œuvre de plus grande envergure.
Il a le génie de poser son regard satyrique sur un sujet tabou : le mythe d’Orphée, fondateur de l’opéra. Après quelques soirs, “l’opéra-bouffon” trouve sa vitesse de croisière en même temps qu’un succès public incontestable : deux cent vingt huit représentations sont données la première année, un nouveau genre est né !
Nouvelle production, en co-production avec l’Opéra de Reims et l’Opéra de Marseille

Infos pratiques :

Opéra Confluence
Pont de l’Europe – Avignon
www.operagrandavignon.fr


Draguignan

“Traviata – Vous méritez un avenir meilleur”

Théâtres en Dracénie Vendredi 14 décembre à 20h30

Programme :

Florent Baffi, Safir Behloul, Jérôme Billy, Renaud Charles, Elise Chauvin,
Axelle Ciofolo de Peretti, Myrtille Hetzel, Bruno Le Bris, Gabriel Levasseur,
Sébastien Llado, Benjamin Locher, Marie Salvat, Juliette Séjourné.

D’après La Traviata De Giuseppe Verdi
Conception : Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla
Mise en scène : Benjamin Lazar
Arrangements et direction musicale : Florent Hubert et Paul Escobar
Chef de chant : Alphonse Cemin
Scénographie : Adeline Caron
Costumes : Julia Brochier
Maquillages et coiffures : Mathilde Benmoussa
Lumières : Maël Iger

Présentation :

La Traviata de Giuseppe Verdi est inspirée de La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas fils, et de la vie dissolue de la courtisane Marie Duplessis. Avec Traviata vous méritez un avenir meilleur, Benjamin Lazar multiplie l’aller-retour entre l’opéra et le théâtre, entre l’italien et le français. Cinq chanteurs et huit instrumentistes constituent une formation populaire chère à Verdi. Les musiciens ne sont pas dans la fosse, comme cela se pratique traditionnellement à l’opéra. Chanteurs et musiciens forment une seule et même communauté. On retrouve des extraits revisités de La Dame aux Camélias. Marguerite Gautier joue du piano, chante des chansons érotiques, revendique sa liberté. Il flotte autour d’elle comme autour de Violetta ce parfum entêtant composé d’essences de fleurs rares, d’alcools, de médicaments, de peaux caressées et d’argent et de scandale. Une revisitation de la figure romantique transcendée avec passion.

Infos pratiques :

Boulevard Georges Clemenceau – Draguignan


Marseille

“La Traviata”

Opéra de Marseille

Programme :

Musique de Giuseppe verdi
Livret de Francesco Maria Piave
d’après la pièce d’Alexandre Dumas fils, La Dame aux camélias
Création à Venise, La Fenice en mars 1853
Mise en scène : Renée Auphan
Décors : Christine Marest
Costumes : Katia Duflot
Eclairages : Roberto Venturi

dimanche 23 à 14h30 et les 26 28 et 31 décembre / 2 janvier à 20h00

Distribution :

Violetta : Nicole Car
Flora : Laurence Janot
Annina : Carine Séchaye
Alfredo : Enea Scala
Germont : Étienne Dupuis
Baron Douphol : Jean-Marie Delpas
Gastone : Carl Ghazarossian
Marquis d’Obigny : Frédéric Cornille
Docteur Grenvil : Antoine Garcin
Le Commissionnaire : Florent Leroux-Roche
Giuseppe : Wladimir-Jean-Irénée Bouckaert
Orchestre et Chœur de l’Opéra de Marseille
Direction musicale : Nader Abbassi
Production Opéra de Marseille

Présentation :

Une courtisane se prend à rêver du véritable amour, à un amour non tarifé auprès d’Alfredo. Malheureusement, les moeurs de son époque lui interdisent de prétendre à cette nouvelle vie. Violetta ne peut lutter et referme, avec douleur, son doux rêve d’amour “mystérieux, sublime, croix et délices pour le cœur”.
Verdi et son librettiste Piave parviennent à offrir l’un des plus beaux rôles jamais écrit pour une soprano. Violetta passe ainsi par tous les états : de la séduction à l’amour en passant par le doute ; faisant preuve d’un indéniable courage en sacrifiant son amour face aux conventions sociales et à la maladie. Sa musique souligne ses aspirations, ses projets et sa souffrance. Les accents y sont magistraux, éclatants, fiévreux mais aussi intimes.

Infos pratiques :

Opéra de Marseille
2 Rue Molière – Marseille
www.opera.marseille.fr


Monaco

“Luisa Miller”

Auditorium Rainier III dimanche 15 décembre à 20h30

Musique de Giuseppe Verdi
Première à l’Opéra de Monte-Carlo, version concert
Livret de Salvatore Cammarano
d’après la pièce “Kabate un Liebe” (Intrigue et amour) de Friedrich von Schiller
Création : Naples, Teatro San Carlo, en 1849

Distribution :

Le comte Walter : Adrian Sâmpetrean
Rodolfo, son fils : Roberto Alagna
Federica, nièce de Walter : Ekaterina Sergueïeva
Wurm, intendant : In-Sung Sim
Miller, vieux soldat : Artur Ruciński
Luisa, sa fille : Aleksandra Kurzak
Laura, une paysanne : Antonella Colaianni
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Chœur de l’Opéra de Monte-Carlo, chef de chœur Stefano Visconti
Direction musicale : Maurizio Benini

Présentation :

L’opéra de Verdi en s’immergeant pour la première fois chez les gens les plus ordinaires, marque un spectaculaire changement de cap. La figure douloureuse du père, la personnalité complexe de Luisa, les accents véhéments de Rodolfo opèrent une inéluctable métamorphose dans la grammaire verdienne : les héros quittent la scène, voici venu le temps des personnages. Si l’entrée de Luisa a toutes les caractéristiques décoratives des opéras de jeunesse de Verdi, son grand air de l’acte II révèle une manière nouvelle, plus fouillée psychologiquement et éminemment dramatique. L’écriture du dernier acte, libérée des formes anciennes, est d’une justesse de sentiment bouleversante. En moins de trois heures, Luisa Miller offre au spectateur moderne le spectacle de la métamorphose du prodige du théâtre lyrique italien en génie universel.

Infos pratiques :

Auditorium Rainier III
Boulevard Louis II – Monaco
www.opera.mc


Mougins

“Traviata – Vous méritez un avenir meilleur”

Scène 55 mardi 18 Décembre à 20H30

D’après La Traviata De Giuseppe Verdi
Conception : Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla
Mise en scène : Benjamin Lazar
Arrangements et direction musicale : Florent Hubert et Paul Escobar
Chef de chant : Alphonse Cemin
Scénographie : Adeline Caron
Costumes : Julia Brochier
Maquillages et coiffures : Mathilde Benmoussa
Lumières : Maël Iger

Distribution :

Florent Baffi, Safir Behloul, Jérôme Billy, Renaud Charles, Elise Chauvin,
Axelle Ciofolo de Peretti, Myrtille Hetzel, Bruno Le Bris, Gabriel Levasseur,
Sébastien Llado, Benjamin Locher, Marie Salvat, Juliette Séjourné.

Présentation :

D’après La Traviata De Giuseppe Verdi
Conception : Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla
Mise en scène : Benjamin Lazar
Arrangements et direction musicale : Florent Hubert et Paul Escobar
Chef de chant : Alphonse Cemin
Scénographie : Adeline Caron
Costumes : Julia Brochier
Maquillages et coiffures : Mathilde Benmoussa
Lumières : Maël Iger

La Traviata de Giuseppe Verdi est inspirée de La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas fils, et de la vie dissolue de la courtisane Marie Duplessis. Avec Traviata vous méritez un avenir meilleur, Benjamin Lazar multiplie l’aller-retour entre l’opéra et le théâtre, entre l’italien et le français. Cinq chanteurs et huit instrumentistes constituent une formation populaire chère à Verdi. Les musiciens ne sont pas dans la fosse, comme cela se pratique traditionnellement à l’opéra. Chanteurs et musiciens forment une seule et même communauté. On retrouve des extraits revisités de La Dame aux Camélias. Marguerite Gautier joue du piano, chante des chansons érotiques, revendique sa liberté. Il flotte autour d’elle comme autour de Violetta ce parfum entêtant composé d’essences de fleurs rares, d’alcools, de médicaments, de peaux caressées et d’argent et de scandale. Une revisitation de la figure romantique transcendée avec passion.

Infos pratiques :

55 Chemin de Faissole – Mougins


Nice

“Wonderful town”

Opéra de Nice

Musique de Leonard Bernstein
Version concert

Distribution :

Eileen Sherwood : Veronica Granatiero
Ruth Sherwood : Kamelia Kader
Frank Lippencott : Adam Horvath
Wrek : Thierry Delaunay
Guide touristique : Florent Chamard
Officier Lonigan : Franck Bard
Premier éditeur et premier policier : Eric Ferri
Second éditeur et deuxième policier : Young-Ju Chang
Franck Lippincott et troisième policier : Andrea Ferrini
Chick Clark et quatrième policier : François Poutaraud
Choeur de l’Opéra de Nice – direction : Giulio Magninini
Orchestre Philharmonique de Nice
Direction musicale : György G. Ráth

Présentation :

Wonderful Town est une comédie musicale dont l’action se déroule à Greenwich Village. Deux sœurs Ruth et sa cadette Eileen débarquent de leur Ohio natal pour conquérir New York. La première ambitionne de devenir écrivain ; la seconde désire être danseuse. Très vite, les deux sœurs sont confrontées à la réalité : personne ne les attend ! Un éditeur de renom conseille à Ruth de retourner dans l’Ohio alors qu’Eileen se fait draguer par des hommes qui n’en veulent qu’à ses charmes…
Mais où est leur talent, en ont-elles vraiment ? l’histoire nous le dira…

Infos pratiques :

Opéra de Nice
4-6 Rue Saint-François de Paule – Nice
www.opera-nice.org


Sainte Maxime

“Traviata – Vous méritez un avenir meilleur”

Le Carré vendredi 21 décembre à 20h30

D’après La Traviata De Giuseppe Verdi
Conception : Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla
Mise en scène : Benjamin Lazar
Arrangements et direction musicale : Florent Hubert et Paul Escobar
Chef de chant : Alphonse Cemin
Scénographie : Adeline Caron
Costumes : Julia Brochier
Maquillages et coiffures : Mathilde Benmoussa
Lumières : Maël Iger

Distribution :

Florent Baffi, Safir Behloul, Jérôme Billy, Renaud Charles, Elise Chauvin,
Axelle Ciofolo de Peretti, Myrtille Hetzel, Bruno Le Bris, Gabriel Levasseur,
Sébastien Llado, Benjamin Locher, Marie Salvat, Juliette Séjourné.

Présentation :

La Traviata de Giuseppe Verdi est inspirée de La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas fils, et de la vie dissolue de la courtisane Marie Duplessis. Avec Traviata vous méritez un avenir meilleur, Benjamin Lazar multiplie l’aller-retour entre l’opéra et le théâtre, entre l’italien et le français. Cinq chanteurs et huit instrumentistes constituent une formation populaire chère à Verdi. Les musiciens ne sont pas dans la fosse, comme cela se pratique traditionnellement à l’opéra. Chanteurs et musiciens forment une seule et même communauté. On retrouve des extraits revisités de La Dame aux Camélias. Marguerite Gautier joue du piano, chante des chansons érotiques, revendique sa liberté. Il flotte autour d’elle comme autour de Violetta ce parfum entêtant composé d’essences de fleurs rares, d’alcools, de médicaments, de peaux caressées et d’argent et de scandale. Une revisitation de la figure romantique transcendée avec passion.

Infos pratiques :

Carré Ste-Maxime
107 route du Plan de la Tour – Sainte-Maxime


Toulon

“Le Barbier de Séville”

Opéra de Toulon les 28 et 31 Décembre à 20h00 et le dimanche 30 à 14h30

Musique de Gioacchino Rossini
Livret de Cesare Sterbini
Création : Rome, Teatro Argentina, en février 1816
Mise en scène : Adriano Sinivia
Scénographie : Adriano Sinivia et Enzo Iorio
Costumes : Enzo Iorio
Lumières : Fabrice Kebour
Vidéo : Gabriel Grinda
Production Opéra de Lausanne

Distribution :

Rosina : Ginger Costa-Jackson
Berta : Dima Bawab
Le Comte Almaviva : Juan José de León
Figaro : Vincenzo Nizzardo
Bartolo : Pablo Ruiz
Basilio : Ivo Stanchev
Fiorillo et un officier : Mathieu Gardon
Orchestre et Choeur de l’Opéra de Toulon
Direction musicale : Jurjen Hempel

Présentation :

Trente ans après Les Noces de Figaro de Mozart, le jeune Rossini âgé de 24 ans, qui a déjà 16 opéras à son actif, s’intéresse à la pièce de Beaumarchais, Le Barbier de Séville. Il composera son Barbier de Séville en une quinzaine de jours faisant beaucoup d’emprunts à ses œuvres antérieures. La création a lieu au Teatro Argentina à Rome, sous sa direction musicale. La première est un fiasco retentissant mais qui se transforme au fil des représentations en un immense succès. Aujourd’hui, cette œuvre est l’un des opéras les plus représentés et le seul de Rossini à être resté sans interruption au répertoire. Cette extraordinaire partition, très enjouée, foisonne d’airs de virtuosité. Sa finesse, son inventivité, son humour et son rythme endiablé en font certainement l’un des plus grands chefs-d’œuvre de l’opéra bouffe.

Infos pratiques :

Opéra de Toulon
Place Victor Hugo – Toulon
www.operadetoulon.fr