Accueil > Art > Spectacle Vivant > Pierre Cardin, Festival de Lacoste, dès le 24 juillet 22 … Des soirées à faire frémir les étoiles

Pierre Cardin, Festival de Lacoste, dès le 24 juillet 22 … Des soirées à faire frémir les étoiles

« Au cœur du Luberon, Lacoste, d’une lumineuse beauté, accueille cette année la 22ème édition du Festival de Lacoste et la 3ème édition du Festival de Cinéma Musical. Dans ce lieu unique cher au Marquis de Sade, je vous propose de nous retrouver à partir du 24 juillet 2022 pour l’un des événements culturels majeurs de cet été. » Rodrigo Basilicati-Cardin

Rodrigo Basilicati Cardin Festival de Lacoste 2022

Que dire de l’emblématique Festival Lacoste, créé par Pierre Cardin et désormais mené haut la main par son petit-neveu Rodrigo Basilicati-Cardin, que dire sinon qu’il magnifie le lieu magique où il se déroule, le splendide château du Marquis de Sade à Lacoste, que l’esprit de Pierre Cardin est toujours là, et que son héritier et successeur y apporte sa patte, sa fraicheur, ses idées, son inspiration, son immense talent. Gérard Depardieu, Isabelle Adjani, Thierry Lhermitte, Cali, André Dussolier, de grands noms et des spectacles triés sur le volet, des jeunes talents prometteurs, le Festival de Lacoste du 24-30 juillet / 1-13 août 2022, cette année encore, est synonyme d’excellence et de nouveauté.

Le festival de Lacoste, un Festival sous le signe de l’élégance et du talent

De grands noms, des nouveautés et des créations

Rodrigo basilicati neveu Pierre cardinRodrigo Basilicati-Cardin possède un trésor que son oncle, Pierre Cardin, a développé pendant de longues décennies, ‘un trésor qu’il ne faut pas perdre’. Rodrigo Basilicati-Cardin est né à Padoue en Vénétie, le 29 décembre 1970. Neveu et proche collaborateur du célèbre créateur Pierre Cardin, c’est un designer aux multiples talents et un concepteur graphique qui a rejoint la maison du grand couturier dans les années 2000. Administrateur dès 1999 de différentes sociétés du groupe Pierre Cardin basées en Italie, il a également dirigé à travers le monde des dizaines de productions artistiques issues du théâtre de l’Espace Pierre Cardin. A la même époque, il crée à Venise un prototype innovant : une gondole transparente et lumineuse et entame une activité de designer et de graphiste dans laquelle il va exceller et exprimer sa créativité, notamment dans la conception et la production de meubles, d’objets d’ameublement et d’accessoires poursuivant la collection des « Sculptures utilitaires » initiée par Pierre Cardin dans les années 70. Il est nommé directeur général du groupe le 30 octobre 2018 et président le 29 octobre 2020. Depuis le 30décembre 2020 il est également le directeur artistique de la maison.

Rodrigo Basilicati-Cardin a l’élégance rare et l’humilité des très grands. Nous l’avons rencontré.

Danielle Dufour Verna/Projecteur TV – Merci Rodrigo Basilicati-Cardin de nous accorder cette interview pour Projecteur TV, partenaire du Festival Lacoste. C’est la 22e édition du Festival et la 2e sans Pierre Cardin. Est-ce que son souffle est toujours présent dans l’ADN du Festival ?

Rodrigo Basilicati-Cardin – Oui, absolument ! Je l’ai suivi pendant les derniers dix ans de son Festival en portant les productions et en participant même aux mises en scènes etc. Je suis donc vraiment imprégné de son esprit, depuis plus longtemps en réalité car j’ai connu l’espace Cardin avant Gerard Depardieu Festival Lacoste 2022Lacoste et je trouve géniale cette approche aux artistes et aux créateurs en général. J’ai aimé cet esprit dès le début. Personnellement, en tant qu’artiste, sachant ce que veut dire la scène, j’ai une attraction spéciale pour tout cela, et je trouve qu’associer le monde de la culture, surtout de la création, en portant surtout l’attention aux nouveautés, parce qu’effectivement le festival a des nouveautés à l’intérieur, c’est génial. C’est très bien de faire voir que la maison Cardin, mon oncle avant et moi après, nous sommes attirés par les jeunes productions, les nouvelles productions, les nouvelles créations.

DDV – C’est la question que j’allais vous poser : qu’y apportez-vous de nouveau tout en conservant cet esprit propre à Pierre Cardin?

Rodrigo Basilicati-Cardin – Je vais parler du théâtre musical, l’art de la scène, du 1er au 13 août. Il y a là de grands noms, c’est vrai, mon oncle a toujours mis de grands noms, mais à part les spectacles comme ‘Barbara’ de Depardieu qui était déjà chez nous il y a deux ans, c’était en plein Covid et il y avait beaucoup de demandes. Pour les autres, ce sont toutes des créations. Même Isabelle Adjani avec son spectacle ‘Marylin’ est une création. Cette pièce vient de démarrer. Elle cherchait des lieux spéciaux et particuliers pour l’exposer et elle a beaucoup aimé ce lieu. Cali, par exemple, a accepté d’interpréter des morceaux de Léo Ferré que mon oncle adorait. Il y a une petite partie que j’ai voulue personnellement pendant ce concert. Le reste, ‘Broadway Rythm’ par exemple, est une nouveauté. C’est la première fois qu’il est représenté. C’est une soirée festive avec six artistes sur scène dont trois qui travaillent sur le jazz. C’est le monde américain pur, la comédie musicale, le Music All américain avec Cole Porter, Irving Berlin, Harold Arlen, Duke Ellington, Oscar Hammerstein II, Gershwin. Ce sont vraiment les grands de la musique américaine des années 50, 60, 70 et d’autres plus modernes, mais réalisés en claquettes. La technique est typiquement américaine et de très haut niveau. La créatrice de la pièce est Emma Kate Nelson, une anglaise que j’ai connue l’année dernière dans un

CALI Festival Lacoste 2022

spectacle que nous avons réalisé. Elle m’a proposé cette nouveauté avec deux claquettistes 40 fois champions du monde. Ce sera donc d’une perfection absolue. La musique est de très haut niveau. Ce sera très festif et les gens sont curieux et ont envie d’y assister. Je le vois à la vente des billets, pourtant, ils ne sont pas connus. Une autre nouveauté, c’est la production d’une lecture sur Saint-Exupéry et Romain Gary. Cette lecture, je la ferai toutes les années si je peux parce que cela permet à une pièce non encore aboutie, non encore produite, d’être représentée. Il faut savoir par contre que ce n’est pas une lecture pure. Il y a également de la musique, de la mise en scène, des projections. La seule différence réside dans le fait que les acteurs récitent avec leurs textes en mains. Cela pourrait même être une belle idée pour la pièce réelle. C’est une chance qu’on donne aux nouvelles créations de prendre vie sans avoir de coût énorme. Même le prix du billet est moindre. Il faut dire que la nouveauté cette année, c’est que depuis l’année dernière, j’ai fixé la structure technique, métallique autour du théâtre. Je ne l’ai plus démontée et c’est un gain de temps et d’argent considérable. Ce sont quinze jours de préparation en moins. Cela me permet de garder un prix un peu plus bas qu’à l’époque de mon oncle.

DDV – J’avais prévu de vous poser plusieurs questions, notamment : il y a comme un vent de fraicheur dans le choix artistique, est-ce une volonté de votre part. Vous y avez répondu. Je voulais également vous parler de Cali, Cali un peu rebelle, un peu fou-fou, Cali qui nous fait penser au Depardieu des débuts, par exemple dans ‘Les Valseuses’. Et Cali que j’ai entendu chanter Léo Ferré d’une manière extraordinaire.

Rodrigo Basilicati-Cardin – C’est un peu comme ça, c’est vrai.

DDV – Cali que j’ai entendu chanter Léo Ferré d’une manière extraordinaire.

Rodrigo Basilicati-Cardin –Vous parlez d’Avec le temps’ par exemple ?

Isabelle Adjani Festival Lacoste 2022DDV – Oui, au Théâtre Toursky, sublimement, devant une salle en folie.

Rodrigo Basilicati-Cardin – C’est exactement la raison pour laquelle je l’ai voulu. Il ne cherche pas à imiter. Tout est parti, je répète, du fait de savoir qu’il avait interprété Ferré. J’aime bien aussi ses chansons mais mon oncle adorait ce chanteur et spécialement cette chanson-là. Je sais qu’il aurait fait pleurer Pierre. Mon oncle avait beaucoup d’émotion devant la chanson. En général, la chanson à texte lui plaisait beaucoup, surtout celle-là.

DDV – Cali, avec sa fraicheur et sa génialité mais dans un style différent, apportera un autre type de spectateur. C’est aussi votre but ?

Rodrigo Basilicati-Cardin – Oui, j’espère. C’est un peu cela que je voudrais. C’est vrai aussi que les trois, quatre monstres sacrés qui sont là sont moins jeunes mais c’est vrai aussi qu’ils attirent encore les jeunes. Isabelle Adjani reste un gourou du monde du théâtre, comme l’est au piano, Martha Argerich. Adjani, c’est encore la génération précédente. En plus, elle vient de faire ce film, Mascarade, de Nicolas Bedos. Je ne savais pas s’il aurait du succès ou pas mais c’est chez nous que Bedos a tourné le film, au Manoir de Peyrolles sur la Côte d’Azur, chez nous, dans notre palais. Il a pris notre endroit 40 jours pour y tourner la plupart des scènes. C’est là que j’ai réfléchi ; j’ai beaucoup aimé cette coïncidence ; je l’ai invitée et elle a dit oui tout de suite. Il faut dire qu’après vingt ans de Festival Lacoste, il m’est très facile de faire venir les gens. Il faut naturellement s’y prendre à l’avance car mon oncle s’y prenait au dernier moment. Moi j’ai commencé en décembre à bloquer les choses et cette année, je commencerai dès septembre parce que je voudrais de beaux noms pour l’année prochaine.

DDV – André Dussolier, et surtout Thierry Lhermitte, sont dans des registres où on n’a pas l’habitude de les voir.

Rodrigo Basilicati-Cardin – Exactement. Vous savez pourquoi Dussolier ? C’est incroyable ! J’ai une personne qui m’aide dans la presse et surtout me donne des idées qui me l’a présenté l’année dernière et je l’avais imaginé pour ‘Danse des Galaxies’, ma pièce…
–Sublime…
-C’aurait dû être lui, la voix de Dieu. Il l’avait déjà préparé, il avait même modifié un peu le texte, il m’avait même aidé pendant un mois. Mais il a eu tout-à-coup deux productions qui l’ont appelé et qui l’auraient empêché pour le mois d’août. On a changé parce qu’on avait encore le temps et c’est Michel Drucker qui a fait la voix de Dieu. J’ai noté une chose chez André Dussolier, il a une douceur, une élégance, c’est quelqu’un de génial pour moi. Il est toujours gentil avec la technique. Il appelle souvent, je pense qu’il est un peu préoccupé car c’est une nouvelle édition par rapport à ce qu’il avait fait, je sais qu’il a ajouté du texte, et donc il est préoccupé. Donc, il appelle souvent personnellement, c’est certainement quelqu’un de génial et j’ai envie de le connaître.

Thierry Lhermitte festival de Lacoste 2022DDV – Pour Thierry Lhermitte également. Ce ne sont pas des registres faciles, Wiesenthal, le pardon…

Rodrigo Basilicati-Cardin – Oui, c’est quelque chose de spécial, surtout pour Thierry Lhermitte. Les gens connaissent car la pièce n’est pas récente, elle a été créée depuis quelques années je pense. C’est vrai que ce n’est pas son registre normal mais ça lui va parfaitement. C’est triste d’un côté, mais j’imagine comme il va l’aborder sur scène. Je n’ai vu la pièce qu’en vidéo et j’ai vu ce thème du pardon. On se demande, on fait des choses. C’est même très actuel par rapport à ce qui se passe et ça reste intéressant. Il a maintenant un âge, il est mature, parfait pour cela.

DDV –Vous avez créé la mise en espace et lumière pour ‘Gérard Depardieu chante Barbara’…

Rodrigo Basilicati-Cardin –Oui, il m’a confié cela. Il y a deux ans, c’était lui qui l’avait fait, cette année, il a dit ‘c’est toi Rodrigo qui le fait’. J’ai dit d’accord.

DDV –Qu’est-ce-qui vous a inspiré dans ce travail et est-ce que l’amitié joue un rôle crucial lorsqu’il s’agit de composer une ambiance ?

Rodrigo Basilicati-Cardin – Lui me dit ça. Il me fait confiance sur la partie lumière etc. et il sait que je ressemble en cela à mon oncle, c’est-à-dire donner la façon théâtrale de donner la lumière. Ce qu’il avait fait dans sa pièce était déjà parfait à mon avis. On ajoute quelque chose. Il me fait confiance parce que la lumière est déterminante. Je pense que c’est une manière de mieux me connaître. Il m’a connu le jour de l’anniversaire de mon oncle, de ses 98 ans. On a fait une photo le jour de l’anniversaire. Il m’a accueilli comme le neveu de Pierre mais avec la même tendresse. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être par la dimension que j’ai. Je mesure 1m92, lui aussi est massif, important, il a peut-être vu une correspondance physiquement (rires). Il est très subtil, il a un 6e sens et je pense qu’il a compris et il a transposé sur moi la même tendresse qu’il portait à mon oncle. Même au téléphone, quand il m’appelle, ou quand je vais le voir, il est d’une gentillesse rare. Il a toute confiance en moi. Je pense qu’il voit que je suis direct, franc avec lui, un peu comme Pierre, sans non-dits. C’est ce qu’il aime, les choses droites. Je le vois comme un homme qui veut la sincérité, l’intelligence, et après il est l’homme le plus gentil de ce monde.

Rodrigo Cardin Pianiste

DDV –Vous êtes le Directeur de la Société Pierre Cardin Evolution, très grand musicien, architecte de formation, et vous êtes né en Italie. Est-ce-que votre italianité en ce qu’elle représente d’art, de douceur et de richesse, vous inspire dans votre travail au quotidien et dans votre vie ?

Rodrigo Basilicati-Cardin – Mon oncle, et moi aussi d’ailleurs, avons toujours apprécié ce côté italien d’être toujours positif sur les projets nouveaux et les défis surtout. Parce que mon oncle proposait toujours des défis. Moi aussi d’ailleurs, j’aime les défis et je suis toujours positif : on y arrivera. Surtout si les idées sont bonnes, Pierre et moi on adore l’enthousiasme des gens autour de nous et on arrive à la transmettre. J’ai gardé l’équipe de mon oncle, la même. Je n’ai pas changé. Des gens qui sont depuis 40, 50 ans avec mon oncle, pour eux c’est leur papa. Il est parti, il y a son petit-neveu, ce n’est pas pareil. Ils me connaissaient tous parlait de moi, j’ai dessiné pour lui, je suis un designer. Ils connaissaient mon talent, mais ils avaient un peu de méfiance, j’imagine. J’ai donc abordé la relation avec eux très doucement. Et au bout de 18 mois maintenant, on est très solides. On a quatre designers et on recommencera à faire le tour du monde pour, par exemple, parler avec les jeunes étudiants des écoles de designers. Et cette italianité, c’est moi aussi. Pierre ne niait jamais d’être italien, au contraire, il disait « C’est la France qui m’a construit ».

DDV – Il a aussi construit la France. Pierre Cardin fait partie de cette génération d’émigrés italiens, puisque ses parents ont fui l’Italie mussolinienne en 1924, de cette génération qui a aidé à construire la France. On retrouve beaucoup de noms célèbres d’origine italienne.

Rodrigo Cardin designer espace cardinRodrigo Basilicati-Cardin – Oui, Pierre Cardin, c’est aussi la fierté de la France dans le monde. Je le vois, madame Macron m’écrit. Elle était à l’enterrement de mon oncle. Je pense que le Président et la première dame comprennent que Pierre Cardin a osé aller loin et qu’il a porté la France partout. Il y a un livre sorti par un Italien en Français qui s’appelle « Les hommes qui ont construit la France » avec en sous-titre « de Léonardo da Vinci à Pierre Cardin » (rires). Il y a un savoir-faire en France, comme la capacité de commercialiser, de diffuser, c’est une chose typiquement française. L’Italien est toujours un peu faible dans ce sens. Maintenant moins, mais à l’époque, oui, surtout pour la mode, l’élégance, la beauté…

DDV – Depuis la mort de Pierre Cardin, il y a près de deux ans, le profil de la France a changé. Qu’aurait-il pensé d’une France hostile aux émigrés ?

Rodrigo Basilicati-Cardin – C’est vrai. Mon oncle était quelqu’un de très ouvert. Chez nous, il y a toutes les nationalités, on parle toutes les langues. Je vous dis simplement pour les designers : il y a un Polonais français, un Japonais, un Vietnamien et deux Italiens, dont moi. Ça a toujours été le cas, à tel point que lorsque Dionne Warwick qui a enregistré son disque chez nous quand elle a débarqué chez nous a été étonnée de voir ce mélange car nous étions dans une époque de tensions, surtout en Amérique. Je ne sais pas comment il verrait la situation aujourd’hui mais il est important, pour nous, de continuer de façon ouverte.

DDV – Une dernière question si vous le permettez, quelle est votre conception du bonheur ?

Rodrigo Basilicati-Cardin – Obtenir satisfaction. Avoir des projets propres, à nous, et pouvoir les réaliser. Des projets qui ne soient pas copiés sinon la satisfaction est partagée. Nous avons tellement de respect pour la créativité des autres, si j’ai l’impression d’imiter quelqu’un, j’ai l’impression de le voler. L’idée est d’être toujours soi-même.

Localisation : Lacoste
Date : 19 juillet 2022

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus