Le Printemps des Arts de Monte-Carlo, ou la découverte d’un nouveau monde

17 mai 2018

“Le Printemps des Arts, ou la découverte d’un nouveau monde”
Monaco, du 16 Mars au 29 Avril 2018

La volonté de cette 34ème édition : permettre au public d’appréhender la thématique du concert de la manière la plus complète et la plus vivante possible.

Le Printemps des Arts vient, après 6 semaines d’activités culturelles intenses, de baisser le rideau sur les scènes monégasques. Marc Monnet, son directeur artistique, a souhaité créer un pont entre les styles musicaux en mettant à l’honneur de cette programmation Wolfgang Amadeus Mozart et Charles Ives, un compositeur américain, tout en nous entrainant dans des lieux souvent insolites du patrimoine culturel de la Principauté.

Articulant sa programmation autour de 9 thématiques, il a su nous entrainer avec brio
de l’époque des trouvères à l’opéra d’aujourd’hui et à la danse contemporaine avec une création de Jean-Christophe Maillot sur une musique spécialement commandée à Bruno Montavi par le Printemps des Arts. Il a mis à l’honneur la clarinette grâce à un concert réunissant les élèves de conservatoires et de l’Académie Rainier III autour de clarinettistes virtuoses. Puis, comme chaque année, il a convié le public à une expérience musicale, visuelle et sensorielle à travers un “Voyage surprise” en Pays de Grasse, Capitale Mondiale des Parfums.
Parmi toutes ces propositions alléchantes, trois événements ont particulièrement retenu notre attention. Ce choix est basé sur la thématique de cette 34ème édition et de manifestations symboliques comme les deux créations mondiales d’Eric Montalbetti et de Bruno Montavani.

Au Printemps des Arts, Quand les anciens et les modernes créent l’événement

Jeudi 22 mars – Yacht Club de Monaco

Musiques de Charles Ives
Interprètes : Isabelle Druet, mezzo soprano – Liana Gourdjia, violon – Matan Porat, piano
Musiques de Wolfgang Amadeus Mozart
Interprètes : Consort Ensemble – Théotime Langlois de Swarte, violon – Sophie de Bardonnèche, alto – Hanna Salzenstein, violoncelle – Justin Taylor, piano forte

Donné dans un lieu insolite du Yacht Club de Monaco, ce concert a mis en valeur le thème du festival tout en marquant le mélange des styles alliant la musique moderne de Charles Ives, donnée sur des instruments modernes, à l’interprétation sur instruments baroques du quatuor avec piano k 493 et la sonate pour violon K 301 de Mozart, par le Consort Ensemble, dans le respect de son écriture originelle.
Les artistes ont su nous transmettre toute leur passion et la beauté de ces œuvres, comme Isabelle Druet, mezzo-soprano avec les mélodies d’Ives ou Liana Gourjia et Théotime Langlois de Swarte au violon dans le miroir musical d’Ives et Mozart. Enfin, Justin Taylor nous a particulièrement séduit par son style et son vécu de la musique avec une extrême sensibilité dans l’interprétation du quatuor avec piano n°2 de Mozart.
Une soirée de grande qualité dans un lieu original mais avec cependant une acoustique difficile ; une belle réussite pour cette rencontre des anciens et des modernes qui a séduit les spectateurs, et une salle comble, ce qui prouve l’intérêt du public pour ce genre d’événement.

Une création mondiale dans la palette harmonique des notes !

Samedi 24 Mars – Auditorium Rainier III

Luciano Berio – Ieva Sruogyté, alto
Eric Montalbetti – Création mondiale
Charles Ives – symphonie n° 1
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Direction : Kazuki Yamada

Pour cette soirée, le Printemps des Arts et l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo ont voulu créer un événement exceptionnel en passant commande à un compositeur français Eric Montalbetti. Avec “Eclair physionomique, fantaisie symphonique d’après Paul Klee”, le compositeur nous entraine dans un monde où musiques et couleurs se mélangent dans l’alchimie des sens en nous ouvrant une dimension nouvelle, la synesthésie, un phénomène extrasensoriel cher à de grands artistes peintres et musiciens comme Marc Chagall, Alexandre Scriabine ou Olivier Messiaen qui ont été largement inspirés par la couleur des notes. Eric Montalbetti est très impressionné par sa façon d’approcher cette écriture dans les tons harmoniques ; c’est une écriture très intense et très personnelle ; pour lui, la création musicale est avant tout la construction indispensable d’un patrimoine et l’éducation d’un public à la réceptivité d’œuvres nouvelles. Passer commande à des compositeurs est, n’en doutons pas, le devoir de tout organisateur culturel ; c’est cette volonté qu’a voulu nous faire partager Marc Monnet en mettant au programme de cette 35ème édition deux créations mondiales, ce qui est particulièrement symbolique dans l’esprit de l’héritage artistique de Monaco tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Un spectacle dans la grande tradition des Ballets Russes de Monte-Carlo

Dimanche 29 Avril – Grimaldi Forum

Igor Stravinski – Concerto pour violon
Sur une chorégraphie de George Balanchine
Soliste : Liza Kerob, violon
Bruno Montavani – “Abstract/Life” œuvre en création mondiale
Sur une chorégraphie de Jean-Christophe Maillot
Scénographie et costumes, Aimée Moreni – lumières, Dominique Drillot
Soliste : Marc Coppey, violoncelle
Ballets de Monte-Carlo et Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Direction : Pascal Rophé

Pour cette deuxième commande, Marc Monnet nous plonge au cœur de la tradition et du patrimoine artistique des Ballets Russes de Serge Diaghilev, implantés à Monaco. Cela marque indéniablement le début d’une forte présence de l’art de la danse sur la Principauté. Jean-Christophe Maillot, aujourd’hui en digne héritier de ce patrimoine immatériel et intemporel, a voulu renouer aux bases même de cette tradition avec cette volonté de proposer en première partie un ballet de Stravinsky sur une chorégraphie de Balanchine dans le respect de son expressivité scénique ; puis il nous a nous offert avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Pascal Rophé, une œuvre en création mondiale grâce à une commande du Printemps des Arts.
Une deuxième partie fort intéressante, avec un esthétisme chargé d’expressivité poétique. Une recherche chorégraphique qui nous immerge au cœur d’une musique on ne peut plus avant-gardiste où Jean-Christophe Maillot puise indéniablement son inspiration dans une évocation “abyssal” souvent déroutante. Une chorégraphie poétique et fort intéressante avec une scénographie et des costumes tout d’abord sobres puis originaux de part leurs effets lumineux, nous entrainant dans un monde irréel. Un véritable challenge pour Jean-Christophe Maillot qui nous propose un spectacle auquel nous avons assisté symboliquement pour la Journée Mondiale de la Danse de l’UNESCO et la clôture de l’édition 2018 du Printemps des Arts de Monte-Carlo.

Photo à la Une : Abstract / Life  – Jean Christophe Maillot – © Alice Blangero