Paris : l’Orchestre Bernard Thomas fête ses 50 ans

1 décembre 2017

Paris – Eglise Saint Roch. A l’occasion de la répétition générale du concert anniversaire de l’Orchestre Bernard Thomas

Des noces d’or pour l’amour de la Musique !

A l’occasion de ses 50 ans de vie et de passions musicales avec les musiciens de son orchestre, Bernard Thomas a proposé une soirée anniversaire en l’église Saint Roch à Paris. Eglise des artistes, Saint Roch est une des églises où Arts et Musiques se côtoient avec de nombreuses personnalités du spectacle dans l’harmonie du lieu.

Bernard Thomas, la passion plus forte que la raison

Après des études de droit, Bernard Thomas décide de se consacrer à sa passion, la Musique. C’est au cours de la saison musicale 1967/68 qu’il fonde son l’orchestre. Les musiciens qui le composent sont les purs représentants de l’école française de violon, de flûte, des bois et des cuivres ; tous issus du Conservatoire, ils partagent avec leur chef une sympathique amitié et complicité. Les plus grands solistes jouent avec lui. Parmi eux, nous pouvons citer Eric Heidsieck, Jean-Jacques Kantorow, Alexis Weissenberg, Paul Tortelier, Mstislav Rostropovitch, Maurice André, Nathalie Dessay, Jessye Norman, Ruggero Raimondi…

« J’ai, pour ma part, vécu ces années comme un immense bonheur humain et musical » Jean-Jacques Kantorow (violon).

L’Orchestre Bernard Thomas célèbre son 50ème anniversaire

Dés les débuts de l’orchestre, de nombreux organisateurs et de grands festivals français l’invitent, comme les Amis de Saint Victor à Marseille pour la création de leur manifestation.
Il s’y produira en octobre 1967 avec Alexandre Lagoya et Pierre Amoyal ; bien évidemment, le succès est immédiatement au rendez-vous.
En octobre dernier, il fait l’ouverture officielle du 50e anniversaire de la création du Festival des Amis de Saint-Victor avec le sublime Requiem de Fauré et dirige à cette occasion l’Orchestre Régional Avignon Provence! Une belle marque d’amitié et de fidélité entre un homme passionné et des organisateurs qui lui témoignent ainsi une reconnaissance on ne peut plus méritée.

Dés la création de son orchestre, il est le premier chef français a jouer dans les églises à Paris et c’est sous sa direction que sont créées des œuvres majeures comme le Requiem et le Via Crucis de Liszt. Il sera également découvreur de compositeurs de grand talent comme le Chevalier de Saint George dont il enregistre chez Arion, de 1974 à 1982, les concertos et symphonies avec des interprètes comme Jean-Jacques Kantorow (violon) et Brigitte Haudebourg (clavecin).
Chef invité permanent à la RAI (Radio Télévision Italienne), il est invité à diriger l’Orchestre de l’Opéra de Marseille ainsi que de nombreux orchestres à travers le monde.

« Ouvrir ce concert par Mozart ajoute à la lumière et la ferveur, la joie ! »

Homme de passion, Bernard Thomas sait faire partager sa vision de la Musique et transmet vie et chaleur humaine à son public mais également aux musiciens de son orchestre, comme nous l’a prouvée cette soirée du 9 octobre, forte en émotions et en plaisirs musicaux partagés.

Un florilège d’artistes pour rendre hommage à la passion et au partage

Pour célébrer cet anniversaire, des musiciens sont venus de toute la France afin de communier à ce moment très émouvant. Un programme riche, avec en première partie des œuvres de compositeurs majeurs comme Mozart, Vivaldi, Bach ; puis en deuxième partie Verdi et Puccini, deux génies de l’art lyrique.
Le chœur de chambre Amadeus, le groupe Lyrique et le chœur Colonne ont accompagné l’orchestre, et nous avons eu la joie d’entendre les solistes Jacques Bonvallet (violon), Philippe Grauvogel (hautbois), Thierry Caens (trompette), Michel Michalakakos (alto), ainsi que les chanteurs solistes Catherine Napoli, soprano, et Daniel Galvez Vallejo, ténor.

« Merci à toi, cher Bernard, merci pour tout. Et puissions-nous continuer la fête pour longtemps encore ! » Philippe Grauvogel (hautbois).

Puis à sa façon accoutumée de découvreur de talents, Bernard Thomas nous a réservé la surprise de la soirée, un jeune hautboïste de 9 ans, Thimotée Benbassa, élève de Philippe Grauvogel, aujourd’hui membre de l’Ensemble Intercontemporain.
Il a interprété avec brio le concerto pour hautbois et cordes d’Alessandro Marcello, une pure merveille pour un enfant de son âge. Indéniablement un artiste en herbe !

Il fait ainsi dire à Bernard Thomas dans un élan d’affection « J’ai eu la joie de partager la durable jeunesse de cet orchestre, d’y découvrir de jeunes musiciens, aussi je souhaite remercier de tout mon cœur, pour ce concert du 50ème anniversaire, tous les artistes qui ont prêté si généreusement leur participation, sans oublier bien sûr le public, grâce auquel l’orchestre peut continuer son action »

Pour terminer cet article, j’aimerai rappeler ces mots d’un ami commun qui fut proche de Bernard pendant de nombreuses années, Roland Letteron, aumônier national du spectacle et homme de Lettres : « Un très beau feu d’artifice musical, oui, mais prestigieux bouquet qui ne sera pas le final, pour que « VIVE LA MUSIQUE » qui est langage d’Amour entre les hommes ».