Magnificat, à l’Abbaye de Silvacane par le Choeur Cantabile

30 septembre 2018


C’est au coeur de l’Abbaye de Silvacane, située à la Roque d’Anthéron, que le Choeur Cantabile d’Aix en Provence, a choisi d’interpréter deux oeuvres magistrales du répertoire classique, deux Magnificats,  l’un de Vivaldi, l’autre de Rutter.
Cantiques qui ont inspiré de nombreux compositeurs, ces deux oeuvres, ancienne pour l’une, plus récente pour l’autre, ont résonné dans l’enceinte de l’Abbaye cistercienne, devant une salle archi-comble venue écouter ces deux merveilles musicales.

Sous la direction d’Anne Périssé que l’on avait découvert quelques mois plus tôt dans ce même lieu en tant que choriste pour l’Ensemble Musicatreize, les choristes du Choeur Cantabile et les musiciens de l’ensemble Giocoso, ont formidablement accompagné la voix de la jeune soprano Marion Rybaka.

Le Magnificat d’Antonio Vivaldi, version RV 160 est l’un des premiers opus composé par le célèbre prêtre vénitien vers 1720. D’inspiration baroque, il est conçu pour le service catholique des Vêpres. À cette oeuvre, Vivaldi donne au texte la forme d’une grande cantate du XVIII ème siècle, c’est à dire une suite de mouvements distincts, chacun avec son propre caractère, à la façon d’un de ses concerti .

Le Magnificat de John Rutter, beaucoup moins connu, assume le même défi … Composé en 1990, le compositeur anglais s’est inspiré du Magnificat de Bach, avec une forme de renouveau . Mêlant au cantiques de Marie des prières et un poème anglais du XVème siècle, la pièce invite à goûter, selon les mots du compositeur, au caractères “jubilatoires des fêtes mariales dans les culture hispaniques”

Deux époques pour une même synergie vocale, le cantique, ont permis de faire découvrir au public une autre forme de musique chorale, beaucoup plus moderne, alliée à un compositeur plus ancien mais paradoxalement beaucoup plus connu du grand public .
Une richesse vers la découverte et le partage .

Plus d’infos : www.choralecantabile.org