Lorenzaccio – Château de Grignan – le théâtre au rythme de la danse

18 août 2017

Les Fêtes Nocturnes accueillent Lorenzaccio, au Château de Madame de Sévigné, Grignan en Drôme Provençale, où le théâtre et la danse se rencontrent, s’entremêlent et fusionnent.

Quand la danse se met au rythme des mots, ou les mots au rythme d’un langage corporel, Lorenzaccio, de son vrai nom Lorenzo de Medicis, révolté par le règne tyrannique de son cousin Alexandre.

Adaptation des mots d’Alfred de Musset écrits en 1834 sur une idée de George Sand, drame romantique situé à Florence en 1537, Lorenzaccio , joué pour la première fois par un homme en 1957 au Festival d’Avignon,  Gérard Philippe, connaîtra en 2017 une métamorphose des mouvements, où le gestuel donne un sens profond aux mots, création inédite de trois artistes inédits.

C’est une rencontre entre la danse et le théâtre, entre les mots et les gestes, entre l’expression et le corps que nous avons pu découvrir dans la cour du Château de Madame de Sévigné à Grignan, lors de la 39ème représentation de Lorenzaccio dans le cadre des Fêtes Nocturnes de Grignan.
Mise en scène de Marie-Claude Piettragalla, Julien Derouault et  Daniel Mesguish et une chorégraphie du binôme Pietragalla – Derouault, fondateur de la Compagnie Théâtre du Corps, une création inédite dans le lieu unique du Château de Grignan, a plongé le public vers le 16 ème siècle dans un décor futuriste en 3D grâce aux projections sur la façade du château signée Gaël Perrin.

Histoire intemporelle et actuelle, la chorégraphie et scénographie associent un monde parallèle entre le romantisme et la modernité, une duplicité d’un Lorenzaccio fidèle serviteur de son cousin le duc Alexandre de Médicis, pour mieux méditer son assassinat. Frustré par l’impossible retour de l’enfant qu’il était, seule l’idée du meurtre d’Alexandre lui donne une consistance.

Mi ange, mi démon, l’ambiguïté permanente de Lorenzo résonne encore : l’homme moderne et le héros romantique se trouvent-ils dos à dos? Les concessions de l’individu aujourd’hui rejoignent elles les confessions d’un enfant du siècle ?

Création inédite d’un dialogue entre le théâtre et la danse, écrit par deux monstres reconnus respectivement dans le monde de l’Art Daniel Mesguish et Marie-Claude Pietragalla, accompagnés du chorégraphe et comédien Julien Derouault qui apporte tout une modernité et fraîcheur à l’approche du personnage incarné de Lorenzaccio.

Un nouveau rapport entre la danse et le théâtre, de la danse théâtralisée au théâtre habillé par le gestuel, comme pour sensibiliser davantage le public et l’imprégner  dans un monde où s’unissent les contraires : grotesque et sublime, obscurité et élégance, mouvement et immobilité, réel et virtuel.

La prochaine représentation dans la région sera au Théâtre Toursky à Marseille .
Le vendredi 16 février 2018 – 21h

Julien Derouault (Lorenzo de Médicis), Marie-Claude Pietragalla (Marquise Cibo), Abdel Rahym Madi (Duc Alexandre de Médicis), François Pain-Douzenel (Philippe Strozzi), Anouk Viale (Marie Soderini), Simon Dusigne (Cardinal Cibo), Fanny Gombert (Catherine Ginori), Caroline Jaubert (Louise Strozzi, Tebaldeo), David Cami de Baix (Pierre Strozzi), Benjamin Bac (Giomo, Scoronconcolo), Olivier Mathieu (Salviati)

Conception visuelle et scénographie 3D : Gaël Perrin
Création costumes : Sylvaine Colin
Création musicale : Yannaël Quenel
Création lumière : Samuel Boulier