Festival de lacoste 2020
Accueil > Art > Spectacle Vivant > Féerie pour finir 2014 à l’Opéra d’Avignon, avec La Belle Hélène

Féerie pour finir 2014 à l’Opéra d’Avignon, avec La Belle Hélène

La Belle Hélène, opéra bouffe de Jacques Offenbach, mise en scène de Jérôme Savary, actuellement à l’Opéra du Grand Avignon, pour finir 2014 en féerie et surprises.

 La Belle Hélène est l’une des œuvres les plus connues d’Offenbach, créée en 1864 au Théâtre des Variétés de Paris. Les deux premiers actes se passent à Sparte, le troisième à Nauplie, au bord de la mer Égée. L’intrigue se déroule après le jugement de Pâris, berger sur le mont Ida, pressé par trois déesses de décerner une pomme d’or à la plus belle d’entre elles. Il offre le trophée à Vénus qui lui promet en échange l’amour de la plus belle femme du monde… qui n’est autre qu’Hélène, reine de Sparte mariée à Ménélas, et dont l’enlèvement déclenchera plus tard la guerre de Troie.

La Belle Hélène reprend le procédé, déjà employé par Offenbach et ses librettistes dans « Orphée aux enfers », de la parodie de l’Antiquité gréco-latine : anachronismes, subversion de l’usage artistique des thèmes antiques, contraste entre le sérieux habituellement associé à ces thèmes et des expressions prosaïques ou familières. C’est aussi l’occasion pour les auteurs de faire de nombreuses références satiriques ou critiques à peine voilées de la société française du Second Empire.

L’Opéra Grand Avignon rend hommage à Jérôme Savary qui avait monté pour la première fois La Belle Hélène en 1984 à l’Opéra Comique, un triomphe pour le créateur du Grand Magic Circus, qu’il reprendra dans de nombreuses maisons d’opéra en Europe et en 2009 à Marseille. Tout comme son regretté prédécesseur, Frédérique Lombart montera fidèlement l’œuvre comme elle a été écrite, intégrant ses aspects absurdes et surréalistes avant l’heure, voire dadaïstes. L’atmosphère y est hollywoodienne, avec des images semblant tirées des péplums américains des années 50 et 60. A Marseille, ville que Savary aimait, il avait donné un côté pagnolesque à ses personnages que l’on retrouvera dans la reprise de Frédérique Lombart. « Je suis resté enfant dans l’âme, disait Savary, c’est pour cela peut-être que j’aime autant Offenbach qui, lui-même, avec ses complices Meilhac et Halévy, se comportait souvent comme un gamin espiègle. »

Opéra-bouffe en trois actes de Jacques Offenbach
Livret de Henry Meilhac et Ludovic Halévy

Direction musicale : Dominique Trottein
Direction des chœurs : Aurore Marchand
Etudes musicales : Elisabeth Brusselle

Mise en scène : Jérôme Savary
Réalisation :Frédérique Lombart
Décors : Michel Lebois
Chorégraphie : Eric Belaud
Costumes : Michel Dussarrat
Lumières : Alain Poisson

Hélène : Julie Robard-Gendre
Oreste : Antoinette Dennefeld
Parthoenis : Ludivine Gombert
Loena : Nina Savary
Bacchis : Isabelle Monpert

Pâris : Stanislas de Barbeyrac
Agamemnon : Marc Barrard
Ménélas : Jean-Claude Calon
Calchas : Lionel Peintre
Achille : Philippe Ermelier
Ajax 1 : Franck Licari
Ajax 2 : Virgile Frannais
Philocome : Thibault Jullien
Euthyclès : Cyril Héritier

Orchestre Régional Avignon-Provence
Chœur et Ballet de l’Opéra Grand Avignon

Samedi 27 décembre 2014 à 20h30
Dimanche 28 décembre 2014 à 14h30
Mercredi 31 décembre 2014 à 20h30  

La Belle Hélène, mise en scène de Jérôme Savary, actuellement à l’Opéra du Grand Avignon
Date : 25 décembre 2014
Centre Dramatique des Villages - Haut Vaucluseanimations carpentras

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner
x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus