Opera de monte carlo Carmen
Accueil > Art > Spectacle Vivant > Jean-Christophe Maillot signe le grand retour de la danse à Monaco !

Jean-Christophe Maillot signe le grand retour de la danse à Monaco !

Retour des spectacles de danse à Monaco, pour cette saison d’hiver 2020 avec les Ballets de Monte-Carlo. Rencontre avec Jean-Christophe Maillot, directeur et chorégraphe de la Compagnie, pour continuer de nous faire rêver grâce au spectacle vivant.

Jean Christophe Maillot repetition a l Atelier Ballets de Monte Carlo 2020


Après cette pause silencieuse où la danse est restée trop longtemps immobile, les Ballets de Monte-Carlo annoncent les prochains spectacles de danse à venir en cette saison d’hiver 2020. Jean-Christophe Maillot, nous fait l’honneur de répondre à quelques questions.

Pour leur retour en Principauté sur la scène de la Salle des Princes du Grimaldi Forum, la Compagnie des Ballets de Monte-Carlo offrira au public un florilège d’œuvres du Directeur-Chorégraphe Jean-Christophe Maillot : du 15 au 17 octobre, la Compagnie sera parmi les premières au monde à remettre ses chaussons pour interpréter les ballets Altro Canto et Vers un Pays Sage.

« Si Altro Canto magnifie les silhouettes androgynes à la lueur des bougies, Vers un Pays Sage traque le moindre temps mort pour mieux célébrer la vie», dixit Jean-Christophe Maillot.

Danseurs des Ballets de Monte Carlo en tournee à Biarritz

Les Ballets de Monte Carlo en tournée à Biarritz ©Alice Blabgero

Rencontre avec Jean-Christophe Maillot, directeur et chorégraphe de la Compagnie des Ballets de Monte-Carlo

Viviane Leray – Projecteur TV : En cette saison si particulière, vous avez réussi à partir en tournée. Comment avez-vous senti le public à Biarritz ? Vous allez, je crois partir en Allemagne et à Paris à Chaillot avec Coppél-I.A. Quelques mots sur le choix de ce ballet mythique ?

Jean-Christophe Maillot : Biarritz restera un moment très particulier. Non seulement nous avons retrouvé la scène mais nous avons également senti que le public renouait avec quelque chose qui lui avait manqué. Nous avons comblé une attente qui va au-delà du spectacle que nous avons pu leur offrir. Nous avons d’une certaine manière symbolisé le retour de la danse, toute tendance confondue. Pour ce qui est de Coppél-i.A. le ballet a été créé l’année dernière à Monaco où il a été merveilleusement accueilli. Nous avons hâte de le faire partir en tournée maintenant. Ludwigshaffen et Paris seront les premiers à l’accueillir. C’est toujours un moment excitant de présenter une œuvre hors du cadre qui l’a vue naître.

V.L.R – Projecteur TV : Avec votre Compagnie des Ballets de Monte-Carlo, et votre complice l’Orchestre philharmonique, en scène dès le 15 octobre, c’est la vie culturelle, qui renaît, la vie tout court, j’allais dire… Comment vous et vos danseurs vous sentez-vous à la veille de retrouver votre public ?

Jean-Christophe Maillot : Heureux et très impatients comme vous pouvez l’imaginer. Les danseurs ont effectué une reprise progressive et je dois le dire très efficace, intelligente. Ils sont restés à l’écoute de leur corps. Ils n’ont pas cédé à l’euphorie du retour dans le studio qui aurait pu les inciter à danser de manière brusque et risquée. Ils ont évité les blessures et aujourd’hui, ils sont dans une forme éblouissante.

V.L.R – Projecteur TV : Après avoir été soliste au Ballet de Hambourg, vous prenez la tête du Ballet de Tours en 1983, puis celle des Ballets de Monte-Carlo en 1993. Que vous inspire ce long chemin aujourd’hui ?

Jean-Christophe Maillot : Ça, c’est une question difficile. J’ai autant de mal à me projeter dans l’avenir qu’à me retourner sur mon passé. Je crois qu’on ne peut ni prédire efficacement le premier ni commenter objectivement le second. Je m’efforce d’être attentif et l’esprit en éveil au moment où les choses adviennent. Accueillir les potentialités du présent, c’est peut-être ça finalement l’inspiration. En tout cas, jusqu’ici cela m’a plutôt réussi.

V.L.R – Projecteur TV : En quelques mois, jeune chorégraphe, vous avez, on peut le dire « révolutionné » la danse en Principauté, face à un public, à l’époque, encore peu ouvert à la modernité… Où avez-vous puisé cette force, la fougue de la jeunesse ?

Jean-Christophe Maillot : Mon travail était en phase avec l’identité que souhaitait donner la Princesse Caroline à cette compagnie de ballet. J’utilise un vocabulaire classique que je mets en adéquation avec notre époque grâce à une narration contemporaine. C’est une démarche qui correspond bien à des danseurs ayant reçu une formation académique et qui aspirent en même temps à explorer de nouveaux horizons artistiques.

Affiche de la saison automne-hiver 2020 Ballets de Monte Carlo

Affiche de la saison automne-hiver 2020 Ballets de Monte Carlo @ Alice Blabgero

V.L.R – Projecteur TV : Cependant vous n’avez jamais renié le passé, la longue histoire en majuscule de la danse à Monaco, vous avez souvent fait appel à des écrivains d’hier et d’aujourd’hui, raconté des histoires, en un mot vous n’avez pas tué, ni blessé le rêve. Sans doute votre nature profonde ?

J.C.M : Monaco a une histoire chorégraphique unique. Diaghilev, pour qui la Principauté a été l’atelier créatif pendant vingt ans, a réuni autour de la danse les plus grands artistes de son temps. Il a également créé le concept de compagnie itinérante. Si vous regardez la manière dont fonctionnent la plupart des compagnies actuelles, vous retrouvez ce modèle presque partout et a fortiori aux Ballets de Monte-Carlo. Pour ma part, créer un ballet en collaborant avec des écrivains, des compositeurs et des plasticiens participe au plaisir que me procure depuis quarante ans ce métier de chorégraphe.

V.L.R : Enfin, comment éviter la question sur la Covid 19 qui n’est pas le nom de ballet… mais celui d’un cauchemar, réel certes, mais j’allais dire aussi la conséquence d’un principe de précaution établi presqu’en loi par les politiques ?

J.C.M : Nous verrons bien dans quelques mois, quand nous compterons les points, qui du mouton de Panurge ou du résistant du dimanche a eu raison. Probablement aucun des deux. Dans l’immédiat, l’urgence pour ce qui est du secteur culturel est de faire en sorte que le spectacle vivant, et en particulier la danse, ne soit pas le grand sacrifié de cette crise. Les politiques doivent faire preuve de bon sens, tenir compte des spécificités de notre art et ne pas l’étouffer en légiférant sans faire dans le détail.

V.L.R : Les humains du XXIème siècle n’oublient-ils pas que le risque est inhérent à la vie ?

J.C.M : Pas sûr… Au fond, les humains savent très bien que vivre comporte des risques. Comment pourrions-nous l’oublier ? Nous sommes gavés d’informations, d’images et de fictions qui font entrer dans notre crânes ce que Michael Haneke appelle « la pornographie de la violence ». Dans un monde qui n’a jamais été aussi sûr, la représentation de la violence a explosé de manière exponentielle. Notre peur de la mort a juste suivi la courbe.

V.L.R : Enfin, allons-nous revivre en 2021 ce grand moment de liberté et de partage que fut la création de votre grande fête de la « danse dans tous ses états ?

J.C.M : Le chemin est encore long avant de savoir si nous pourrons offrir au public une deuxième édition de F(ê)aites de la danse ! Nous espérons vivement pouvoir revivre ce merveilleux moment. Tout le monde en a besoin et nous allons faire notre maximum pour que cela soit possible.

Spectacle danse LAC Ballets de Monte Carlo ©Alice Blangero.-1

Spectacle de danse LAC – Création Ballets de Monte-Carlo ©Alice Blangero

Jean-Christophe Maillot :

de Tours à Monte-Carlo en passant par Hambourg…

Né en 1960, Jean-Christophe Maillot étudie la danse et le piano au Conservatoire National de Région de Tours, puis rejoint l’École Internationale de Danse de Rosella Hightower à Cannes jusqu’à l’obtention du Prix de Lausanne en 1977. Il est alors engagé par John Neumeier au Ballet de Hambourg en qualité de soliste. Un accident met fin brutalement à sa carrière de danseur. En 1983, il est nommé chorégraphe et directeur du Ballet du Grand Théâtre de Tours. Dix ans plus tard, S.A.R. la Princesse de Hanovre le nomme Directeur-chorégraphe des Ballets de Monte-Carlo… Le chorégraphe crée plus de 40 ballets parmi lesquels Vers un pays sage (1995), Roméo et Juliette (1996), Cendrillon (1999), La Belle (2001), Le Songe (2005), Altro Canto (2006), Faust (2007), LAC (2011), Casse-Noisette (2013), qui consacreront la réputation des Ballets de Monte-Carlo dans le monde entier. En 2014, Jean-Christophe Maillot crée La Mégère apprivoisée pour le Ballet du Théâtre Bolchoï qui lui vaudra le Masque d’Or du meilleur spectacle chorégraphique, tandis que ses danseurs Ekaterina Krysanova et Vladislav Lantratov recevront les Masques d’or pour les meilleurs rôles féminin et masculin…

De la danse et du spectacle ! Un feu d’artifice pour célébrer le passage à 2021 à Monaco…

Pour les fêtes de fin d’année, le Grimaldi Forum accueillera à nouveau Les Ballets de Monte-Carlo :
Du 11 au 13 décembre, la Compagnie interprétera Dov’è la luna ainsi que la nouvelle création de Jean-Christophe Maillot : Opus 60. Suivront trois grands ballets narratifs de retour sur scène pour le grand bonheur d’un public privé trop longtemps de spectacle vivant : Cendrillon, Roméo et Juliette et LAC. Les danseurs seront accompagnés par l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, dirigé soit par Igor Dronov, soit son Chef en titre : Kazuki Yamada.

Le 7ème Art à l’honneur autour des Ballets de Monte-Carlo :

En hommage au réalisateur Jacques Demy, en partenariat avec Les Archives Audiovisuelles de Monaco, le Dimanche 20 décembre à 11 heures, sera projeté le film « Les Demoiselles de Rochefort » (1966), avec Catherine Deneuve et Françoise Dorléac. (Entrée libre et gratuite)

Saison d’hiver 2020 des Ballets de Monte-Carlo, Demandez le programme !

Les spectacles de danse du 15 octobre 2020 au 2 janvier 2021

Les 15, 16, 17 octobre 2020 : 20h00
« ALTRO CANTO 1 »
« VERS UN PAYS SAGE » –
Chorégraphie : Jean-Christophe Maillot

11, 12 décembre 2020 : 20h00
13 décembre 2020 : 16h00
« DOV’È LA LUNA » – Chorégraphie : Jean-Christophe Maillot
« OPUS 60 » – CRÉATION : Jean-Christophe Maillot

18, 19 décembre 2020 : 20h00
« CENDRILLON »
Chorégraphie : Jean-Christophe Maillot
Avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Direction : Igor Dronov

23, 26 décembre 2020 : 20h00
« ROMEO ET JULIETTE »
Chorégraphie : Jean-Christophe Maillot
Avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Direction : Igor Dronov

30, 31 décembre 2020 : 20h00
2 janvier 2021 : 20h00 // 3 janvier 2021 : 16h00
« LAC » Chorégraphie : Jean-Christophe Maillot
Avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo –
Direction : Kazuki Yamada

Renseignements et réservations pour les prochains spectacles d’hiver 2020 de la saison des Ballets de Monte-Carlo : balletsdemontecarlo.com

Autres articles à explorer : 

Le Philharmonique de Monaco se veut optimiste… La saison 2020-2021 est lancée…
Les Ballets de Monte-Carlo disent à bientôt en leur Compagnie. Wake up !
Les Ballets de Monte-Carlo présentent « Roméo et Juliette » aux Chorégies d’Orange
À Marseille, Faites de la Fraternité les 2 et 3 octobre 2020 au Théâtre Toursky

Localisation : Monte-Carlo
Auteur : Viviane Leray
Date : 15 octobre 2020
anim art 2020 2021Centre Dramatique des Villages - Haut Vaucluse

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

Relayez vos événements sur projecteur TV, le magazine spécialisé dans la culture et patrimoine en Provence.

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus