Cannes : le Festival d’Art Russe honore Marius Petipa

23 septembre 2018

L’évolution de la danse contemporaine s’inscrit dans l’histoire avec Marius Petipa

Depuis la création du Festival d’Art Russe de Cannes en 1997, les organisateurs nous font découvrir chaque année une nouvelle Région de Russie. Ils nous ont proposés du 23 au 27 août 2018, au Palais des Festivals de Cannes, de multiples activités artistiques : du cinéma avec des films de cinéastes russes, des concerts de jeunes musiciens de la Fondation des Arts Russes ainsi que le prestation de l’Ensemble de Chants et Danse de la République de Tatarstan, ainsi que deux spectacles chorégraphiques du Ballet du Théâtre d’Opéra et de Ballet, Natalia Sats de Moscou, en l’honneur de Marius Petipa, génial chorégraphe du Ballet Impérial de Saint-Pétersbourg.

Une Histoire féérique née à Marseille en 1818

Evidemment les 200 ans de la naissance de Marius Petipa à Marseille en 1818, cela se fête, surtout que toute sa vie a été inspirée par notre belle Provence et les contes et légendes qui ont été la base même de ses inspirations chorégraphiques. De “Carmen” à “La Fille Mal Gardée“, des “Contes de Perrault“, aux “Saisons” ou un “Miroir magique” sur un livret des frères Grimm en 1903, son dernier ballet, Marius Petipa a su enchanter et créer une expression artistique propre à la Danse. De nombreux artistes prestigieux ont su s’en inspirer et puiser leur source créatrice dans son héritage comme Diaghilev, Fokine, Balanchine ou Lifar. Aussi était-il logique que, pour commémorer cet anniversaire, les organisateurs du festival d’Art Russe, organisent en 2018, autour de cet événement, et en toute symbolique, une programmation spéciale avec la représentation de l’art et des expressions culturelles Russes dans leurs diversités, 200 ans obligent !

Du Festival d’Art Russe à Cannes, plus qu’une histoire, une tradition

Ainsi, le Festival d’Art Russe à Cannes renoue une tradition vieille de plus de 150 ans, lorsqu’en 1879 la Tsarine Maria Alexandrovna, épouse d’Alexandre II, fait le choix de la ville de Cannes pour y passer l’hiver pour des raisons médicales. Organisé depuis Moscou, Le Festival est par une institution officielle dirigée par Tatiana Shumova, présidente du Centre des Festivals de films et des Programmes internationaux de Russie, organisme placé sous la présidence d’honneur de Nikita Mikhalkov. Cette manifestation a reçu à nouveau pour cette édition le parrainage officiel du Ministère de la Culture de la Fédération de Russie faisant ainsi de Cannes un des fleurons de la promotion des arts russes en Europe.

La splendeur des costumes et l’excellence des danseurs et chanteurs de l’Ensemble de Chants et Danse de la République de Tatarstan savent séduire un large public.

Festival d’Art Russe à Cannes : édition 2018

Le 23 août, sous la direction artistique d’Aïrat Khametov se produisait l’Ensemble de Chants et Danse de la République de Tatarstan, avec les danses des Tatars d’Oufa, de Perm, de Nijni-Novgorod, de l’Asie Centrale, ainsi que les rituels folkloriques de Nogaïbak, les chants d’Orenbourg et de Samara. L’ensemble de ces chants et danses nous invite à une plongée dans la culture millénaire des peuples du Tatarstan dispersés entre la Volga et l’Oural, de la Sibérie orientale à la Crimée et travaille à la transmission fidèle de leur héritage intergénérationnel, de leurs traditions et de leur poésie.

Puis dans le cadre de ces événements nous avons été conviés à deux manifestations en hommage à Marius Petipa, qui mettaient cependant plus l’accent sur le devenir de l’art chorégraphique avec les “Saisons Russes” de Diaghilev et les chorégraphies de Michel Fokine.

 

Deux spectacles de danse de grande qualité produits au Palais des Festivals de Cannes
par le Théâtre National de Ballet et d’Opéra de Moscou – Natalia Sats

Dimanche 26 août – 20h30 – Théâtre Debussy – Palais des Festivals
“Hommage à Marius Petipa”

Au travers de réputés Pas de deux, de variations de solistes et le déploiement du corps de ballet, ce spectacle a célébré le génie de celui qui a posé les fondements de l’école du ballet classique.
Avec des extraits de Ballets célèbres comme : “Casse-noisette”, “Petrouchka”, “Le Lac des Cygnes”, “Le Corsaire”, “Raymonda” ou “Shéhérazade” ; George Isaakyan, le directeur artistique du Théâtre National de Ballet et d’Opéra de Moscou Natalia Sats, a su porter à l’avant de la scène sa compagnie et mettre en valeur les danseurs solistes avec de merveilleux “Pas de deux” du grand répertoire classique.

Lundi 27 août – 20h30 – Grand Auditorium – Palais des Festivals
“Sheherazade”, “Chopiniana” et “Les danses Polovtsiennes”

Les Danses Polovtiennes, de la région Russie du Tatarstan, sont mises en valeur par cette édition 2018 du Festival d’Art Russe, elles en sont par ailleurs, très symboliques. Chorégraphiées par Michel Fokine et recrées par Andris Liepa, elles racontent la merveilleuse histoire d’amour de Vladimir, le fils du Prince Igor qui tombe fou d’amour pour Kontchakovna la fille du Khan. Les Danses Polovstiennes nous font vivre dans l’allégresse ce soir de fête, où les bruits de guerre s’estompent laissant place aux jeunes filles qui dansent et chantent leurs chansons préférées, comparant la fleur qui a soif avec la jeune princesse qui attend son bien ainé. Chants mélodiques et danses pénétrées de lyrisme s’enchainent tout au long de ce ballet avec en particulier le célèbre « Vole sur les ailes du vent ».
Michel Fokine a écrit de cette création “Comment j’ai inventé les pas pour ce spectacle ? C’est la musique qui m’a inspiré. Je voyais le dessin des danses très clairement, et même si les Polovetsiens dansaient autrement sous la musique de Borodine, ils devaient danser comme je le voyais…”

Enfin pour clore cet article et célébrer comme il se doit ce mariage d’amour et de passions artistiques entre la Russie et la Ville de Cannes, j’aimerai à nouveau rappeler ces mots de Nikita Mikhalkov président de la Fondation de la Culture Russe : “La France et la Russie, c’est une vieille histoire d’amour… la beauté magique de la nature et la couleur azurée de la méditerranée ont toujours inspiré les écrivains, les artistes et les musiciens russes. Ici encore aujourd’hui vibre l’âme russe qui s’est diffusée dans le midi, il y a un siècle et demi et y est encrée pour toujours”

 

© Photos : Nathalie Sternalski