1er Festival “Jean Cocteau”- Saint Jean Cap Ferrat . 28 /29 et 30 Septembre 2018

20 septembre 2018

Jean Cocteau ou une conversation à travers le miroir”

Suite à un événement culturel très réussi en 2017 à la Villa Santo Sospir de Saint Jean Cap Ferrat, l’idée d’un festival dédié à la pensée de Jean Cocteau prend naissance. Pour cette première édition, la qualité artistique de la programmation et le choix des artistes invités est indéniablement au rendez-vous. L’esprit de Cocteau veille, soyons en certain, sur cette villa hors du commun où Jean Cocteau passa de nombreuses années avec Francine Weisweiller et de sa fille Carole dans la douceur de nos nuits provençales. 
Un festival qui est composé de théâtre, de poésie, de musique et de danse, telles les grandes épopées grecques, berceau de la mythologie Delphique et de l’extraordinaire Odyssée de ce maître à pensée du patrimoine culturel et littéraire français, qu’est Jean Cocteau.

Voyager 3 jours avec Jean Cocteau c’est faire parler le marbre des statues, chanter les dieux et rêver, tel Ulysse sur la mer de nos songes.

Le premier jour du festival, les organisateurs nous convient au “Bœuf sur le toit”, ce célèbre café́ parisien devenu cabaret littéraire. Un véritable lieu de rencontre où, autour du jazz, de la peinture, du cinéma, du théâtre…, le tout Paris côtoyait des personnalités du spectacle comme Picasso, Diaghilev, Prévert, Eric Satie, le groupe des Six, Yvonne Printemps, Francis Poulenc, Edith Piaf…
Pour cette “rencontre à travers le miroir”, cinq admirateurs de Jean Cocteau vont nous faire partager leurs passions ; il s’agit de Felicity Loth, Catherine Salviat, Patrick Poivre d’Arvor et de Gérard Chambre. Ils passeront, chacun leur tour, à travers le miroir pour nous accompagner dans l’œuvre du poète et de ses muses dans cet univers magique constellé d’étoiles.

Pour la seconde journée, Carole Weisweiller nous fera découvrir avec une extrême sensibilité “Je l’appelais Monsieur Cocteau” avec Berengère Dautun et Guillaume Bienvenu ; un récit contant les dernières années, peut-être les plus riches, du poète au travers des récits passionnants évoquant la Villa Santo Sospir, en nous conviant à une promenade dans l’univers de Jean Cocteau et de sa constellation aux poussières d’étoiles… Un spectacle qui rend un bien bel hommage au Prince des Poètes.

L’histoire qui est du vrai qui devient du faux alors que le mythe est un faux qui s’incarne en vrai.

Puis la troisième et dernière journée, nous embarquerons pour la Grèce avec une déambulation littéraire de Gérard Chambre dans la Villa Kérylos de Beaulieu-sur-mer. Jean Cocteau nous fait découvrir ce pays peuplé par les dieux, loin des recherches des archéologues et des précisions historiques. Il ne veut pas réinventer la Grèce, seulement lui redonner, à travers le miroir de ses illusions, une vie au milieu de ses oliviers millénaires, dans un décor surréaliste où les vivants et les morts se côtoient sous le charme de la lyre d’Orphée à la recherche de son Eurydice.
Nous n’oublierons pas cet hommage légitime à la Danse avec le “Ballet Anima” dans une chorégraphie et une interprétation de Magali Lesueur avec la voix d’Isabelle Carré. Avec ce ballet, Magali Lesueur nous immerge dans l’univers fantastique de Jean Cocteau et de la danse. Grace à la très riche participation de Jean Cocteau aux Ballets Suédois de Rolf de Maré et aux Ballets Russes de Sergei Diaghilev, la chorégraphe nous entrainera dans une “Parade” expressive de mouvements, de formes qui s’enchaineront dans ce miroir magique qui ne pourra que nous étonner et nous fasciner.

Le festival sera clôturé par un ouvrage majeur de Jean Cocteau, “Le Théâtre de Poche”, édité en 1955. Un spectacle original, mis en scène par Gérard Chambre et interprété par Isabelle Carré, qui met en avant cette œuvre, nous laissant entrevoir l’immense personnalité de Jean Cocteau avec sa verve, son humour, son sens du clin d’œil et l’absolue virtuosité de sa plume.

Une merveilleuse promenade dans l’univers de Jean Cocteau comme des poussières d’étoiles… un bel hommage au Prince des Poètes !

Un rendez-vous à ne pas manquer et surtout inscrire sur son agenda ; vous ne pourrez être que transporté dans l’univers le plus intime de Jean Cocteau et de Carole Weisweiller, avec comme maitre des cérémonies Gérard Chambre accompagné d’artistes de renommées internationales, dans l’évocation de la quiétude et du charme discret de la Villa Santo Sospir et de Saint Jean Cap Ferrat.

Le programme du 1er Festival Jean Cocteau Saint Jean Cap Ferrat

Salle Charlie Chaplin, Quai Lindbergh, le vendredi 28 septembre à 20h00
“Le bœuf sur le toit”
Mise en scène : Gérard Chambre

Interprètes :
Catherine Salviat, Gérard Chambre et Patrick Poivre D’Arvor
Pianiste Fabrice Coccito

Deuxième partie
Felicity Lott, interprète des chansons écrites par Jean Cocteau

Salle Charlie Chaplin, Quai Lindbergh, le samedi 29 septembre 2018 à 20h00
“Je l’appelais Monsieur Cocteau”

Adapté du livre de Carole Weisweiller par Berengère Dautun
Mise en scène : Pascal Vitiello
Interprètes :
Berengère Dautun – Guillaume Bienvenu

Villa Kérylos, Beaulieu-Sur-Mer, le dimanche 30 septembre à 15h00 et 18h00
1er Partie à 15h00
“Jean Cocteau et la Grèce”

Déambulation à la Villa Kérylos
Lecture des textes de Jean Cocteau sur la Grèce par Gérard Chambre

2ème Partie à 18h00
Ballet Anima

Chorégraphie et danse de Magali Lesueur sur des poèmes lus par Isabelle Carré
Suivi du :
Théâtre de Poche de Jean Cocteau dit par Isabelle Carré

Informations et Réservation :
Tél. 33 (0)4 93 76 00 16
www.saintjeancapferrat-tourisme.fr

Pour terminer cet article, je souhaite vous faire partager cette pensée de Jean Cocteau : “Mon âme est une zone d’ombre où le réalisme ressemble à l’absurde rigueur du rêve, une zone d’ombre où l’intelligence, notre pire ennemi, n’exerce pas son contrôle et ne gâche pas le meilleur de nous-mêmes”

© Photo archive publiée avec l’aimable autorisation du 1er Festival Jean Cocteau
De gauche à droite : Edouard Dermit, Jean Cocteau et Francine Weisweiller sur le yacht de Francine Weisweiller, qu’elle baptisa “Orphée II” en l’honneur de Cocteau.