Opera de monte carlo Carmen
Accueil > Art > Expositions > Les modes, la flore, l’anonymat … le Mucem propose trois expositions pour sa réouverture, qui inspirent à la réflexion

Les modes, la flore, l’anonymat … le Mucem propose trois expositions pour sa réouverture, qui inspirent à la réflexion

Pour sa réouverture et l’accueil avec le public, le Mucem (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) propose trois expositions à découvrir : « Vêtements modèles », « La Flore de A à Z » et « Mon nom est personne » Des expositions qui incitent à la réflexion entre l’histoire, le temps, la nature, l’anonymat.


29 juin 2020, c’est la réouverture du Mucem avec trois expositions qui portent à la réflexion de l’identité, l’essentiel, la nature.
Après une période si particulière où le seul moyen de rencontre était virtuel, ces expositions apportent une respiration, permettant d’avoir une relation directe avec la matière, l’expression, la société, ainsi que de se recentrer grâce à l’histoire racontée par ces hommes et ces femmes, à travers une existence réelle.

Réouverture du Mucem : l’exposition « Vêtements Modèles »

Vêtements modèles, une exposition qui retrace le parcours de cinq vêtements à travers le temps et les modes

Rencontre avec Colline Zellal, conservatrice du patrimoine au Mucem et commissaire associée de l’exposition

L’exposition « Vêtements Modèles » est une exposition qui retrace le destin de cinq pièces de vêtements : le kilt, le débardeur, le bleu de travail, le jogging et les espadrilles. Une exposition de société dans laquelle on va essayer de comprendre pourquoi ces vêtements sont toujours fabriqués à l’identique et quels phénomènes de société ont ils rencontrés, quelles personnalités d’avant-garde ont-ils croisées, qui ont fait basculer leur destin, depuis des origines. Des origines qui sont dans le vêtement de métier, de sport, ou de tradition, jusqu’à arriver dans le vestiaire quotidien.
Cette exposition « Vêtements Modèles » n’a pas vraiment de limites chronologiques, puisque cela dépend des pièces que l’on étudie. Par exemple, pour l’espadrille, on remonte jusqu’à la période du néolithique, ce qui n’est pas le cas pour le bleu de travail. Une très grande partie des pièces exposées datent entre le 19ème et 20ème siècle, qui dont des moments de bascule très importants dans le destin des cinq vêtements modèles. Nous allons jusqu’à la période la plus contemporaine, en évoquant des éléments de culture quotidiens.

On a choisi cinq éléments, mais on aurait pu en choisir beaucoup plus. Ces cinq « vêtements modèles » permettent d’avoir :
une diversité typologique. : on parle d’une veste, d’un haut, d’un pantalon, d’une jupe et d’un paire de chaussures.
une diversité géographique, dans leurs histoires et origines
une diversité d’histoires variées dans les thématiques, avec des pièces qui sont pour certaines, issues de contexte de métiers, de contexte de sport ou de contexte de traditions.

Réouverture du Mucem : Exposition « La Flore de A à Z »

La Flore de A à Z, un abécédaire des collections en 26 lettres

« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir » Henri Matisse

Rencontre avec Françoise Dallemagne, chargée de collections et de recherches au Mucem, et commissaire de l’exposition

L’exposition « La Flore de A à Z » permet de parler des liens que l’Homme a tissé avec certaines fleurs, de parler de leur voyage, parce que toutes ces fleurs ne sont pas indigènes.
Françoise Dallemagne est tombée en amour avec les fleurs depuis toute petite. Sa mère enseignait la botanique. « J’ai été sensibilisé très tôt à la flore. J’ai un jardin et c’est mon hobbie favori »
Cette exposition s’ouvre dans une situation particulière, après trois mois de confinement qui a privé pour certains, une connexion avec la nature.
« Je pense que l’on a pris conscience que la nature était fragile et qu’elle nous manquait quand on ne pouvait pas y accéder. »

A comme acanthe, b comme badiane, H comme héliotrope (tournesol), J comme jasmin, L comme lin, M comme marguerite, R comme rose, S comme safran, W comme wallpaper etc….

Cet abécédaire, qui met en lumière les plantes méditerranéennes, invite aussi le visiteur à parcourir et redécouvrir le jardin des Migrations du Fort Saint-Jean, en pleine floraison.

Réouverture du Mucem : Exposition « Mon nom est personne »

« Mon nom est personne », 1 300 oeuvres d’art anonymes

Rencontre avec Marie-Charlotte Calafat, Conservatrice du patrimoine au Mucem, et commissaire de l’exposition

Cette exposition est très généreuse dans sa proposition puisque 1 300 oeuvres sont données à voir sur ce plateau d’exposition, ce qui est du jamais vu. Elle a aussi cet avantage, vu l’absence matérielle des objets, on n’a pas ce problème de conservation préventive, de cimaises, et l’espace est réellement ouvert et donne à voir aussi le bâtiment dans son architecture et le paysage autour.
Dans cette installation, il s’agit de questionner l’anonymat à travers, à la fois des collections de beaux arts, art contemporain, art brut, art populaire, des objets de la vie quotidienne, du design d’artistes dont on ne connait pas le nom. On est vraiment sur une question assez cruciale. Dans notre Société, c’est la célébrité d’un artiste qui fait venir du monde à une exposition, là le sujet est complètement inversé.
Cette installation prend tout son sens dans des faits de société marquants. La question d’égocentrisme qui pousse l’individu à transparaître partout, à être présent partout, c’est aussi le rapport au visuel.
Ici, on est au contraire dans une forme de déambulation. On peut se pencher, on peut regarder, on peut jouer visuellement à se raconter des histoires à travers des juxtapositions d’oeuvres au format identique.
Cette exposition est pluridisciplinaire. Il y a de la nature morte, des paysages qui transparaissent. Une riche expérience à vivre pour le visiteur.

L’artiste Alexandre Perigot, à l’initiative de cette installation, explore aux côtés de la commissaire d’exposition, la question de l’anonymat à travers ces reproductions de peintures, photographies, dessins, objets d’artisanat et design, répertoriés entre le 17ème et 21ème siècle de collections anonymes.

Informations pratiques sur les expositions proposés pour la réouverture du Mucem : 

Exposition Vêtements modèles : du 29 juin au 6 décembre 2020 (Fort Saint Jean)
Exposition La Flore de A à Z : du 29 juin 2020 au 11 janvier 2021 (Fort Saint Jean)
Exposition Mon nom est personne : du 29 juin au 17 août 2020 (Mucem J4)

mucem.org

Autres articles à explorer :

« Affleurements » une exposition où le passé rencontre le présent et pense le futur – Centre de conservation et de ressources
Le Mucem à la maison, collections et expositions virtuelles avant sa réouverture
Le MUCEM, un Musée pour la Méditerranée
Exposition au Mucem, Voyage Voyages : Regards croisés d’artistes sur le … Voyage
Exposition Mucem : Giono et ses zones d’ombre
Kharmohra : L’Afghanistan au risque de l’art, une exposition au Mucem pour rappeler la mémoire
Exposition au Mucem : Jean Dubuffet, un barbare en Europe

 

Localisation : Marseille
Date : 20 juillet 2020

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

Relayez vos événements sur projecteur TV, le magazine spécialisé dans la culture et patrimoine en Provence.

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus