Accueil > Art > Expositions > Laurent Delaire, le peintre de l’intensité – « Ces blancs que je creuse »

Laurent Delaire, le peintre de l’intensité – « Ces blancs que je creuse »

Laurent Delaire, artiste plasticien, Muriel Catala, Directrice du centre d’art Campredon et la Ville de l’Isle-sur-la-Sorgue se sont associés pour offrir au public un moment de délectation culturelle particulièrement enrichissante.
Laurent Delaire expose au Centre d’Art Campredon à l’Isle-sur-la-Sorgue ‘’Ces blancs que je creuse’’, un titre que l’on peut prendre au sens propre puisque l’artiste essuie la peinture pour retrouver le dessin et retrouver le blanc du support qui traduit la lumière. C’est un travail par soustraction car, pour la dernière étape de son travail, Laurent Delaire retire l’image avec des cutters, avec des lames. C’est donc d’un support qui résiste dont il a besoin et il travaille sur bois.

« Ces blancs que je creuse », l‘exposition temporaire de Laurent Delaire, artiste plasticien, est à voir jusqu’au 2 octobre 2022 à Campredon Centre d’Art à L’Isle-sur-la-Sorgue.

Laurent Delaire, « Ces blancs que je creuse »

Centre d’Art Campredon, l’Isle-sur-la-Sorgue

« Ils devenaient tous des ombres »

Ils devenaient tous des ombre Laurent Delaire artiste plasticien

© MCS Capture Vidéo

Construite en trois chapitres, l’exposition « Ces blancs que je creuse » présente des peintures, des dessins et des installations.
​Au rez-de-chaussée, Laurent Delaire a nommé l’installation ‘Ils devenaient tous des ombres’. Cette installation, créée il y a 18 ans et réinstallée à nouveau, parle principalement de l’absence et de la permanence de notre condition d’être humain. Installation qui a été, depuis le début, l’inspiratrice de son œuvre.
Dans des dessins qui mettent souvent en scène des intérieurs intimes, l’artiste plasticien parasite les codes habituels de la perspective en prélevant des parties de l’image ou en les fragmentant.
​Toutes ces figurations invitent à un voyage immobile que l’on peut relier symboliquement à l’exploration intérieure.

Ces blancs que je creuse Laurent Delaire Expo Campredon centre art

© MCS Capture Vidéo

Le noir de Mars

D’abord peintre de chevalet traditionnel, il découvre ensuite le noir de mars qui le happe dans son travail d’artiste. Le noir de mars est un oxyde de fer de synthèse qui remplace le pigment minéral naturel utilisé depuis la préhistoire. Il crée un noir opaque, couvrant, siccatif, résistant à la lumière et légèrement bleuté. C’est une peinture très particulière lorsqu’elle est notamment travaillée à l’huile, comme le fait Laurent Delaire, révélant tout un tas d’autres couleurs, parfois des bruns, parfois des rouges, parfois des verts, selon la lumière ambiante.

Les écritures asémiques

« Se concentrer sur l’instant présent »

ecriture asemique laurent delaire exposition 2022 Campredon

© MCS Capture Vidéo

Enfin l’artiste consacre deux salles à ses écritures asémiques. L’écriture asémique est une graphie cursive au stylo ou à la plume, régulière, maîtrisée et indéchiffrable. Ascétique, cette expérience nécessite de la part de l’artiste-scribe une présence au geste. Elle lie intimement le processus plastique et la vie dont elle exprime le flux. L’artiste a découvert cette pratique un peu, dit-il, en réaction à ce qu’il vivait dans la peinture et dans le dessin. Cette écriture qui ne communique aucun message lui permet de se concentrer sur le moment présent, sur le geste exclusivement, sur le temps présent.

L’acte de création tel que le produit Laurent Delaire est une manière intéressante de présenter l’écriture asémique, dans lequel l’écriture elle-même devient une partie de l’art. Cela peut être utilisé pour mettre en évidence la relation entre l’auteur et le texte, ainsi que le rôle intégral du processus physique de l’écriture dans la production de cet art. Les œuvres de l’artiste sont alors des instantanés de poésie.

Laurent Delaire, artiste plasticien

Peintre de la profondeur

Né à Clermont-Ferrand en 1971, Laurent Delaire est un artiste plasticien autodidacte. Il s’investit pleinement dans sa création et ses recherches plastiques dès 2010, tout en consacrant quelques heures par semaine à des ateliers de pratique artistique à l’Université Clermont-Auvergne. On a pu voir son travail à plusieurs reprises au salon MacParis ou à Puls’art. Il a notamment exposé à la galerie Empreintes et à la galerie Picot-le-Roy. En 2019 il participe avec la Maison des Arts Plastiques en Auvergne-Rhône-Alpes à la biennale de Lyon, ainsi qu’en 2018 et 2021 au Parcours de l’Art à Avignon. Il vit et travaille à Bellerive-sur-Allier (03)
Peintre, dessinateur, graphiste, Laurent Delaire est le peintre de la profondeur, mû par une nécessité qui l’empêche d’être ailleurs que dans son atelier. Là il sonde l’univers, le sien, le nôtre, pris d’une passion que ses œuvres transmettent avec une intensité surprenante.

Informations pratiques, réservations, billetterie, Exposition Campredon Centre d’Art Isle-sur-la-Sorgue – Laurent Delaire « Ces blancs que je creuse »

Commissaires de l’Exposition :
Laurent Delaire, artiste plasticien et Muriel Catala, Directrice du centre d’art Campredon.

Du 2 juillet au 2 octobre 2022
CAMPREDON Centre d’Art
Horaires d’ouverture
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.
Fermeture des caisses à 17h30.
Fermeture hebdomadaire le lundi.

20 Rue du Docteur Tallet
84800 Isle-sur-la-Sorgue
04 90 38 17 41

Localisation : Isle sur la Sorgue
Date : 5 août 2022

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS, ACTEURS CULTURELS
Pour promouvoir votre marque, votre territoire, vos événements

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus