Opera de monte carlo Carmen
Accueil > Art > Artistes > Rencontre Cheval Passion : Jérôme Sefer « Ne faire qu’un avec son cheval »

Rencontre Cheval Passion : Jérôme Sefer « Ne faire qu’un avec son cheval »


Rencontre avec Jérôme Sefer , et Rubis, son partenaire comtois, doté d’une rare sensibilité, à Cheval Passion.
Extrait de son numéro au Gala des Crinières d’Or.
Acrobate, voltigeur, cavalier, artiste complet du spectacle équestre, il y présente un duo de voltige en grande piste, empreint de puissance, de force et de légèreté.

Jérôme Sefer, artiste issu de la compagnie Jehol, revient au Gala des Crinières d’Or en soliste avec Rubis, pour présenter un numéro qui raconte son histoire .

Blessé au genou aux premières répétitions, Jérôme Sefer a du adapté son numéro en faisant appel à son ami Samuel Hafrad, quant à lui, tombé amouré du cheval dès l’âge de 8 ans lors d’une sortie scolaire à Cheval Passion.

Entretien avec Jérôme Sefer :

J’ai eu Rubis à l’âge de 6 mois. Il était destiné à être l’étalon reproducteur des juments de mon père. Il l’est toujours …
C’est mon premier cheval que j’ai dressé pour faire du spectacle, avec qui j’ai parcouru beaucoup de chemin.
C’est pour cela qu’il y a une grosse part de sensibilité avec ce cheval là. Et cela me tenait vraiment à coeur de participer au Gala des Crinières d’Or avec ce cheval.

Aujourd’hui, Rubis a 15 ans. Nous avons parcouru beaucoup de chemin ensemble, autant dans la vie que dans le spectacle. Il y a eu beaucoup de premières ensemble. C’est pour cela qu’émotionnellement, je suis très content de faire ça aujourd’hui avec lui.

On a grandit ensemble physiquement mais aussi dans la tête. Comme c’est un cheval sensible, il m’a permis beaucoup d’évoluer, dans la façon de faire, dans la façon de dresser les chevaux, à travers la voltige ou la liberté.

Rubis est un cheval qui peut faire toutes les disciplines : la haute-école montée, le dressage, la liberté. Aussi, il m’a permis de faire vraiment de tout, mais dans une certaine justesse, même avec ses 700kg, dans la limite de ses capacités.

Il avait déjà participé au MISSEC, il y a près de 10 ans, avec la Compagnie Jehol. C’était son premier spectacle.

La base su spectacle pour moi, c’était de m’amuser avec des copains, avec des chevaux. C’était ce que j’aimais faire, concrètement .
J’ai fait partie de la Compagnie Jehol pendant 10 ans. Cela m’a permis d’évoluer, de prendre du caractère, de faire de belles pistes.

Tout travail de troupe, c’est très bien, mais à un moment, il faut aussi investir pour soi, alors j’ai souhaité partir seul dans l’aventure en tant que soliste.
Et puis être présent pour ma famille. Et travailler pour soi, cela incite à avoir un fonctionnement pour aller en spectacle, se recentrer sur soi-même et de bien s’occuper de ses chevaux. Lorsque j’étais en troupe, je voyageais beaucoup, et ne pouvais pas prendre tous mes chevaux.

Rubis, cheval comtois et athlète de haut-niveau

Ce spectacle demande un entrainement de haut-niveau pour un athlète de haut niveau : stretching, travail musculaire du cheval.
Pas seulement un travail de numéro . Pour pouvoir me porter, courir, durer dans le temps, parce qu’un cheval de cet âge là, qui a des capacités comme cela, le dressage permet une durabilité de ses capacités. Rubis a un avantage, il peut galoper sur une longue durée. C’est grâce à l’entrainement qu’il a reçu depuis qu’il est tout petit .

Ne faire qu’un avec son cheval

Rubis, c’est celui qui m’a tout appris, qui m’a fait pleuré, avoir les pires colères de ma vie, mais c’est lui qui m’a presque donné tout cet enthousiasme que j’éprouve à travers ce métier d’artiste de spectacle équestre.

Ce numéro, créé spécifiquement pour le Gala des Crinières d’Or, est dédié à Rubis.
C’est un cheval que je n’ai jamais pu trop amené avec nous, parce qu’il ne supportait pas trop la pression, dû à sa sensibilité .
Comme j’étais un acrobate, et qu’il devait faire beaucoup d’acrobaties avec les chevaux, tout allait vite et on était nombreux, le cheval n’acceptait pas cette pression que je lui mettais.

Aussi, j’ai créé un numéro pour lui, de manière à ce qu’il se détende sur la piste, et qu’il s’y sente bien. Si un exercice ne lui plait pas, on passe à côté. C’est cette sensibilité là que j’ai avec le cheval.

Ce numéro est en quelque sorte mon autobiographie avec Rubis, avec toutes les disciplines : voltige, acrobatie, dressage de haute-école.
C’est un duo, mais on peut dire solo, parce que l’on est qu’un quand on est sur la piste.

Localisation : Avignon
Date : 18 janvier 2020

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Communiquez sur Projecteur TV

Relayez vos événements sur projecteur TV, le magazine spécialisé dans la culture et patrimoine en Provence.

Découvrez nos services

x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus