Accueil > Art > Artistes > Francis Perrin, « Même heure l’année prochaine » – Interview

Francis Perrin, « Même heure l’année prochaine » – Interview

Francis Perrin , Même heure l'année prochaine - Interview

Francis Perrin en scène pour une comédie théâtrale « Même heure l’année prochaine », avec son épouse Gersende, dans le cadre de la programmation du Centre Dramatique des Villages en Haut Vaucluse .

Il sera le 25 janvier à Mondragon. La séance est à 20H30 . À l’occasion de cette tournée, nous l’avons eu au téléphone pour une interview plutôt sympathique .

Quel est votre regard sur la création de ce Centre Dramatique des Villages ? C’est plutôt courageux en cette période où les moyens liés à la culture sont de plus en plus rares ?

Je trouve cela formidable. C’est plutôt rassurant d’ailleurs. Je trouve que le théâtre a besoin d’être, non pas défendu, mais toujours présent, car c’est tout de même un art vivant. Et c’est très important .

Plus de 9 000 représentations au théâtre pour Francis Perrin

J’ai pris un petit peu de recul avec le théâtre. Sur mes 53 années de carrière, j’ai consacré plus de 9 000 représentations au théâtre. Maintenant, je le considère comme une détente. À chaque fois que je me retrouve en scène, c’est un plaisir total. Mais je trouve que c’est bien d’avoir consacrer plus de 20 années à la scène.
Il faut laisser la place aux autres . Je me suis toujours dis que je ne jouerai pas jusqu’à un âge très avancé. Je trouve que c’est déjà assez suffisant !!! (rires)

C’est pour cette raison que vous vous êtes retiré vers Vaison la Romaine ?
Oui. Et vous savez, j’ai beaucoup de chance aussi de tourner à la télévision une série qui a beaucoup de succès. (Mongeville sur France 3). Cela me convient très bien. c’est un souhait que j’avais depuis des années. Je sais que je ne jouerai plus jamais à Paris. C’est une décision sur laquelle je ne reviendrai pas . Et puis c’est très agréable de jouer cette pièce « Même heure l’année prochaine ». On l’a créée l’année dernière à Lyon, et on l’a jouée 60 fois. Et lorsqu’on nous a proposés cette tournée, j’ai dit « avec grand plaisir », pour la jouer en Province. J’ai beaucoup joué à Paris, mais j’ai toujours fait des tournées en Province, car je trouve que c’est très important d’aller voir le public, où il est, dans les villes où les gens n’ont pas la chance d’avoir des spectacles permanents.

« Même heure l’année prochaine » avec Gersende et Francis Perrin

Mon épouse est comédienne . Je l’ai rencontrée au Conservatoire, où je l’avais engagée il y a 20 ans maintenant, pour jouer une pièce de Jean Anouilh, « Ne réveillez pas Madame ».
On s’est rencontrés là, on a fait notre vie et trois enfants . Gersende a laissé un peu de côté sa vie de comédienne, pour s’occuper de l’autisme de notre fils, Louis, dont elle s’est occupée beaucoup. Et puis comme Louis est maintenant autonome et que tout va bien, on nous a proposé de jouer une pièce tous les deux.
On a donc trouvé cette pièce qui n’avait pas été jouée depuis des années.  On a obtenu les droits par l’auteur, Bernard Slade, qui nous a demandé de refaire une adaptation. On a joué la pièce, cela a été une gros succès. Une tournée qui continue sur cette année.
C’est une opportunité de se retrouver en scène dans une pièce très drôle où l’on joue deux amants ! (rires)

Cela réveille quelques fraîcheurs dans votre couple !
Oh, oui c’est formidable !
Notre couple n’avait pas besoin de ça, mais cela nous a bien amusé ! Cela nous a fait rire !
C’est un peu aussi une performance. Ce sont deux amants qui se retrouvent chaque année, le même week-end. La pièce se passe sur 25 années, de 1951 à 1975. Il ya bien sûr un changement de costumes, physique, avec un énorme travail de maquillage.
C’est très amusant à faire . On la déjà jouée 60 fois . On prend un grand plaisir de retrouver la complicité que l’on a dans la vie. Elle transparaît en scène, et ça donne une couleur à la pièce très importante .

Une comédie avec émotions, rires, tendresse, un couple qui évolue, qui murit, qui vieillit en même temps

C’est le plaisir du théâtre à transmettre . J’ai toujours cette envie là quand je rentre en scène. Cela n’a pas changé.
C’est du théâtre pur, dans le style des comédies à l’américaine des années 70.

On a donc l’impression de se retrouver dans la réalité, avec des faits historiques ?
Complètement ! D’ailleurs, cela doit déranger certaines personnes qui ont des vies un peu compliquées …
Ce qui est formidable avec ces deux personnages, c’est qu’ils sont mariés et ont trois enfants chacun. Ils parlent de leur vie . Il y a quand même cette immoralité de se retrouver tous les ans, qui est amusante . Il y a des gens qui viennent dont la situation est la même ! On nous a même dit : « C’est mon histoire  » !

Ça se passe en Amérique, donc on a gardé tout ce qu’il se passait dans le monde : la guerre du Vietnam, la guerre froide. C’est complètement suggéré dans les dialogues. Il y a plein de rebondissements sur le monde. On voit l’évolution des personnages, et de la vie.

Et vos projets, Francis Perrin ?
Je continue le tournage de Montgeville, et je viens de tourner un téléfilm pour TF1 avec Mimi Mathy .
J’ai beaucoup de recul maintenant. Je pense que j’ai fait pas mal de choses dans ma carrière et que c’est bien de s’occuper de la famille.
J’avais toujours dit que je me retirerai doucement avec élégance .

Propos recueillis le 9 janvier 2020.

Réservations et informations complémentaires 

 

Localisation : Vaison la Romaine
Date : 9 janvier 2020

Les vidéos les + vues

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus