Patrimoine Vaison la RomaineFestival de lacoste 2020
Accueil > Art > Artistes > #Interviewalamaison : Cordelia Palm, violoniste supersoliste de l’Orchestre d’Avignon

#Interviewalamaison : Cordelia Palm, violoniste supersoliste de l’Orchestre d’Avignon

Interview virtuelle de Cordelia Palm, violoniste super soliste de l’Orchestre d’Avignon. Une autre manière de parler d’art durant cette période si particulière, où nous n’avons plus la possibilité de rencontrer les artistes jusqu’à nouvel ordre, suite à l’annulation de nombreux festivals. Une interview à la maison qui donne une vision plus « cool » des artistes dans leur lieu de vie.

Rencontre virtuelle avec Cordelia Palm, premier violon solo de l’Orchestre Régional Avignon Provence.

L’annulation des festivals liée à la crise sanitaire du COVID19, nous incite à prendre d’autres mesures pour continuer nos interviews. L’importance, pour notre média en Région Sud, étant de garder le lien avec les artistes, nous réalisons ces rencontres avec les moyens virtuels, qui en aucun cas, ne remplacent nos rencontres humaines, mais qui permettent de conserver le lien avec le milieu culturel.

Cordelia Palm,  violon supersoliste

Trio Seraphin avec Cordelia Palm

Le Trio Séraphin avec Cordelia Palm, Fabrice Durand et la harpiste Alienor Girard-Guigas

Au regard de sa brillante carrière, c’est en Provence que la violoniste a choisi de s’installer de retour de ses études à la Julliard’s School de New York. Elle y suit des études de musicologie et travaille à plein temps dans la classe du grand pédagogue du violon, Ivan Galamian.

Elle intègre le poste de premier violon solo de l’Orchestre Régional d’Avignon Provence en 1982.

Originaire d’Allemagne, Cordelia Palm connaît la scène depuis l’âge de 6 ans. Fille d’un papa chef d’orchestre et musicologue, à la direction d’un orchestre de chambre, elle a effectué au sein de cette ensemble, ses premières tournées de violon solo en Allemagne, Belgique et France. À l’âge de 13 ans, elle reçoit son premier prix de l’École Supérieure de Musique de Karlsruh.

Outre son activité de premier violon solo au sein d’un orchestre, Cordelia Palm a créé différents ensembles musicaux en compagnie de ses voisins de pupitre : les Solistes d’Avignon, le Duo Alcor, le Trio Seraphin et l’Ensemble Héra.

Mais depuis le 13 mars, la musique s’est arrêtée. Jusqu’à quand ? Les Orchestres sont devenus silencieux, les musiciens doivent user des nouvelles technologies pour conserver et partager leur art.

La musique avant tout

« Nous sommes musiciens et la musique avant tout. Nous avons pris nos instruments et nous avons fait des vidéos, pour partager notre métier et notre passion avec les gens qui étaient confinés chez eux dans cette période difficile. »

Voici un exemple de répertoire proposé au grand public : Tango de Carlos Gardel,  interprété par le quatuor à cordes Les Solistes d’Avignon, composé de :
Cordelia Palm, 1er violon
Sophie Saint Blancat, 2ème violon
Fabrice Durand, alto
Emmanuel Lécureuil, violoncelle

C’est une période où l’on prend soin de soi, des autres, des moments difficiles mais jamais sans musique.

« Au début, ce n’était pas évident, car nous ne sommes pas ingénieurs du son mais musiciens. C’est un beau défi, même si ce n’est pas un montage pro comme on peut l’imaginer. Mais l’essentiel était de garder le lien avec le public.
C’est une période très difficile, du jamais vécu. Il faut rester positif et surtout faire attention à l’autre.
Faire de la musique, c’était pour aider les gens qui étaient confinés chez eux à rester optimistes, garder confiance et supporter cet état d’anxiété »

Dans cette optique, Cordelia Palm a réalisé également une vidéo en duo avec le pianiste et compositeur Sebastien Damiani, à l’origine de « Paroles de Femmes », une initiative musicale pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Certes, les concerts en vidéo ne remplacent pas les émotions ressenties lors d’un concert. Mais elles permettent de partager l’envers du décors du milieu artistique, qui en filmant dans leur lieu de vie, donnent un accès plus « cool » à la musique, comme d’ailleurs à travers cette visio interview.

La dernière représentation devant un public fût celle de Cavalleria Rusticana à l’Opéra grand Avignon  où forts de lors succès, les musiciens ont quitté la fosse, chargés d’énergie.

Une énergie qui a remplit d’espoir et d’optimisme la violoniste supersoliste. Généreuse et humaine, elle nous offre en direct l’hymne d’espoir de Jean Sibelius, bienvenu en ces moments. (à 8’35 de la vidéo)

« La musique est vitale. On doit recommencer à faire des concerts. Je pense que dans cette situation de crise, on a tous besoin de musique. L’humain a besoin de l’autre pour exister. On ne peut pas exister seul chez soi. Et surtout en musique, c’est un échange qui est très important.
Mon espoir est de faire bientôt des concerts, retrouver mes collègues et amis de l’orchestre, parce nous avons beaucoup de projets pour la rentrée.
Notre métier, c’est de partager sur scène, de ressentir les émotions tous ensemble. » conclue Cordelia Palm.

Date : 28 mai 2020

Télécharger l'application

Réseaux sociaux

S'abonner
x

Newsletter

Gardons le lien avec la culture et le patrimoine en Provence. Restez connectés pour être informés des actualités, et s’évader au coeur de notre beau territoire de la Région Sud.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

En savoir plus