Isle-sur-la-Sorgue : remise en beauté de la Collégiale Notre-Dame des Anges

28 janvier 2017

Beaucoup de monde ce matin s’est rassemblé sur le parvis de la Collégiale Notre-Dame des Anges, de L’ Isle-sur-la-Sorgue, pour apprécier et admirer la réception les travaux de restauration qui se sont déroulés entre 2014 et 2016, à « mains de fourmis ».

  

Pierre Gonzalves, Maire de la Ville a invité nombreuses personnalités et habitants pour féliciter les entreprises de métiers d’art et du bâtiment qui ont oeuvrés pour la restauration consistant à la remise en éclat des façades altérées au fil du temps par la pollution atmosphérique, entraînant un dépôt noir qui dégradait fortement le patrimoine architectural. 
Durant ces deux années, divers corps de métiers ont pu mettre au service du patrimoine leur savoir-faire, tels que tailler les pierres, sculpter, travailler le fer, le bois, le verre, les vitraux, qui pour la plupart, ont été accomplis par de jeunes compagnons ou apprentis, alliant formation et travail,  et qui perpétueront alors les traditions de leurs métiers.

Les spécialistes désignent la Collégiale Notre-Dame des Anges de L’ Isle-sur-la-Sorgue l’un des plus beaux ensembles baroques du Midi de la France. Elle est classée Monument Historique depuis le 4 avril 1911.

Après inauguration officielle devant M. le Maire, le préfet du Vaucluse Bernard Gonzales, la vice-présidente du Conseil Départemental Elisabeth Amoros, le représentant de la Direction du patrimoine de la Ville, François Guyonnet (archéologue), les conviés se sont rassemblés à l’intérieur de la Collégiale, pour assister à un concerto de tuba et violoncelle, interprétés par le duo « Tubacello« . 

Composé de deux jeunes virtuoses artistes aux côtés décomplexants de la musique classique, Xavier Chatillon, violoncelliste, et Thomas Leleu, tubiste, le duo Tubacello a présenté un petit concerto de compositions entre Rossini et Bach.

Des compositions arrangées par les deux jeunes prodiges, car à l’époque rien ne fût écrit pour le Tuba, cet instrument de musique originaire des années 1830.

Et après le classique, place au moderne, puisque c’est avec brio et énergie, qui’ils nous ont offert « Libertango » d‘Astor Piazzolla. Violoncelle et Tuba, vous imaginez ?
On aura l’occasion de savourer leur musique un peu plus longtemps le 7 avril prochain, à l’occasion du Festival de Cuivre, à 21h toujours dans la Collégiale Notre-Dame des Anges de L’ Isle-sur-la-Sorgue.