Un soir d’été à Gordes, balade nocturne dans l’un des plus beaux détours de France

8 novembre 2016

Un soir d’été du mois d’août, visite guidée dans les calades de Gordes, l’un des plus beaux villages de Provence, où l’on découvre les plus belles terrasses du Pays du Luberon. En avant avec notre Guide conférencière Catherine Mifsud.

 

Rendez-vous devant l’Office de Tourisme, clairement situé dans l’enceinte du château de Gordes, place Genty Pantaly.
Genty Pantaly était un cuisinier qui a fait les beaux jours au début du XXème siècle,  du restaurant que l’on connaît aujourd’hui, La Renaissance.
Nombre de personnalités politiques et artistiques y faisait une halte gourmande. L’on dit même que le roi d’Espagne Alphonse XIII y oublia son beret.

Autrefois nommée place de La Sarrasse,  de sa traduction étymologique « ma porte est fermée« , qui en provençal se dit « ma porto es sarrado« , voici peut- être l’explication de l’enceinte de la place, place de la porte qui se ferme, place ressérée.

Sa fontaine, La fontaine de la Sarrasse, fait le charme de cette place où chacun se pose pour admirer la porte archée du château, et baigner dans l’atmosphère de la Provence.
Mais avant 1957, date à laquelle les Gordiens ont bénéficié de l’eau courante, ce fût l’unique point d’eau de la partie haute du village, à partir de 1826 date de sa création.

 

GORDES, UN PATRIMOINE STRATÉGIQUE :
Visiter le village de Gordes, c’est arpenter dans les calades et admirer les façades des belles demeures cachées par les portes d’entrée, dont l’architecture en est extraordinairement riche.
L’Hôtel de Pluvinel est un exemple. O y remarque même une figure humaine parfois effrayante, au-dessus de la porte d’entrée, dont la fonction était d’éloigner les mauvais présages et mauvais esprits.
Madame de Pluvinel, née Clary, était la fille de François Clary, riche fabriquant de soie à Marseille, qui avait deux soeurs qui sont rentrées dans l’Histoire.
L’une Julie qui épousa Joseph Bonaparte (le frère de Napoléon), devient reine de Naples, puis d’Espagne et Désirée deviendra reine de Suède et de Norvège, par son mariage avec le Maréchal d’Empire Jean-Baptiste Bernadotte.

 

L’une des caractéristiques de Gordes, c’est l’étonnante hauteur de ses maisons avec peu d’ouvertures.

Construites comme un défi d’escalade pour les agresseurs, elles ont autant d’étages en dessus qu’en dessous. Cette disposition a donné naissance à un dicton : « A Gordes, les ânes braient du troisième étage »

 

Le Portal de Costubague, architecture en chicane avec meutrières, est un passage pour la herse, ce qui signifie du côté de l’Ubac, autrement dit du Nord.

Autrefois blocus à partir du bas du village, il etait utilisé contre toute intrusion pour protéger Gordes, place stratégique entre Cavaillon et Apt.

Au-delà des gigantesques terrasses qui portent sur un éventail de couleurs entre Grand Luberon, Petit Luberon et les villages de Bonnieux, Oppède et Saignac, où un soir d’été nos yeux s’égayent devant ce paysage riche et diversifié, restent à découvrir l’Eglise Saint-Firmin et le Château.

L’église doit son nom à St Firmin, évêque d’Uzès mort en 552 après JC.

Construite entre 1749 et 1757, elle a été bâtie sur les restes d’une église appelée Notre-Dame, entièrement détruite pour construire celle-ci.
Sur les huit chappelles de l’église, certaines appartenaient à des confréries. Le Choeur montre une grande fissure dont l’origine serait un tremblement de terre du 11 juin 1909.

 

Le château de Gordes, patrimoine emblématique et historique.

Construit en 1031, puis renforcé en 1123 par un fossé creusé à ses pieds par un roc, sa position dominante de ce grand bâtiment qui impose, permet une surveillance de la vallée .
Dès les premières années du XVIeme siècle, les Agoult Simiane, l’une des plus illustres familles provençales et considérés tels des Seigneurs de Gordes, opérèrent une transformation plus considérable, qui entraîna une refection du château, édifice que l’on peut voir aujourd’hui. Edifice quadrilatéral, il est conçu pour la guerre avec ses murs très épais, ses puissantes hautes tours à machicoulis, de vastes embrassures plus conçues pour utiliser l’Arquebuse, le tout couronné d’un chemin de ronde qui permettait une surveillance stratégique du château.

Il a été reconstruit dans sa grande partie à la Renaissance. On voit d’ailleurs la transition entre les temps troublés du Moyen-Âge et l’Art de Vivre de la Renaissance.
Au 19ème siècle, ce fût une école pour garçons, puis siège administratif en 1811,  devenu propriété de la Commune  jusqu’en 2006.

Il a abrité pendant 30 ans le Musée Dictatique de Victor Vaserely, qui fut inauguré le 5 juin 1970 par Mme Claude Pompidou.

 

Aujourd’hui, dans sa continuité d’esprit artistique, le château sert de lieu d’expositions temporaires pendant les périodes estivales.

Reportage réalisé avec l’aimable collaboration de Catherine Mifsud, qui nous a mis à disposition ses sources. Guide conférencière à Gordes, elle organise des visites guidées tout au long de l’été.
Renseignements à l’Office de Tourisme : 04 90 72 02 75